Hyaenidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hyénidés)
Aller à : navigation, rechercher

Hyènes

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Yenne.

Les hyènes (du grec "ὕαινα" — hýaina) forment la famille des hyénidés (Hyaenidae), des carnivores terrestres. Bien que la hyène ressemble à un gros chien, elle n'appartient pas au sous-ordre Caniformia mais à celui des Feliformia. Elle est connue pour son cri ressemblant à un rire désagréable qui signifie qu'elle a trouvé de la nourriture.

On les trouve en Afrique subsaharienne, principalement dans la savane et près de points d'eau.

Description[modifier | modifier le code]

Les hyènes ont un aspect trapu avec un arrière-train plus bas que l'avant. Leur pelage peut être rayé ou tacheté, et d'une couleur tirant sur le marron. Elles mesurent selon les espèces de 95 cm à 165 cm (pour la hyène tachetée) de long, pour un poids variant de 15 à 85 kg. La femelle est toujours plus grande et plus forte que les mâles, à cause d'un apport en testostérone surélevé chez celle-ci, mais on n'en connaît pas la raison.

Les femelles ont un clitoris très développé ressemblant à un pénis[1]. Cette particularité anatomique et l'organisation matriarcale des hyènes sont déterminantes d'un conflit sexuel dont les femelles sortiraient gagnantes[2]. La gestation est d'environ 110 jours. Les petits seront allaités jusqu'à un an et demi. Il est impossible de discerner par la simple observation un mâle hyène d'une femelle tant l'une et l'autre se ressemblent. C'est en prélevant un poil de hyène et en l'analysant que l'on peut déterminer son sexe.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

* Crocuta - vert * Hyaena - bleu * Proteles - rouge

On les trouve en Afrique subsaharienne, principalement dans la savane et près de points d'eau.

Biologie et comportement[modifier | modifier le code]

Organisation et comportement sociaux[modifier | modifier le code]

Dans une meute de hyènes tachetées, l'individu dominant est généralement une femelle. Les individus dominés doivent se soumettre à une inspection régulière de leurs organes génitaux par les individus dominants. On pourrait prendre les femelles pour des mâles après une observation superficielle, car le clitoris est particulièrement développé et ressemble fort à un pénis. Cela a longtemps occasionné parmi les populations indigènes des croyances selon lesquelles il n'y aurait pas de femelles chez les hyènes. Les femelles produisent de la testostérone en grande quantité. Les individus mâles se font souvent maltraiter par les femelles.

La domination de la femelle est héréditaire. Elle donnera naissance à une future dominante. Si plusieurs petites femelles naissent dans cette portée, on dit[Qui ?] que la petite future dominante tuera très vite les autres petites femelles. Quoi qu’il en soit, elle imposera très vite, encore bébé, sa dominance. C’est la princesse héritière et, quel que soit son âge, le reste de la troupe lui doit le respect… en lui montrant leurs parties génitales. Pour imposer cette marque de respect, elle s’approche tout simplement de ses congénères la queue dressée, tandis que les autres membres de la troupe adoptent une attitude de soumission. Elle copie cette attitude régalienne de sa mère. Cela fait partie de son éducation de future reine.

La dominante n’a pas besoin de chasser. Elle peut réclamer sa part de n’importe quelle proie attrapée par les autres hyènes de la troupe, ou tout au moins les meilleurs morceaux, ce qui lui laisse beaucoup plus de temps pour élever sa petite princesse, en vraie future dominante.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Bien que souvent charognarde, la hyène est un redoutable chasseur en bande et 70 % de son alimentation est issue de la chasse effectuée principalement la nuit, le reste étant composé notamment de charognes abandonnées ou volées à de grands fauves. Ses proies principales sont les zèbres, gnous et antilopes. Ses mâchoires puissantes lui permettent de broyer les os des animaux qu'elle dévore et de les avaler avec le reste de la carcasse. À ce jour, la plus grande puissance de morsure pour une hyène a été mesuré à 917 kg/cm2 [3] [4], soit 9000 Newtons. (une morsure presque 216 % plus puissante que celle du Lion, mesuré à 426 kg soit 4176 Newtons). Les informations qui mentionnent que la hyène a 3 000 kg de force dans les mâchoires n'est qu'un mythe. À ce jour, c'est le seul mammifère terrestre capable de broyer des os d'éléphants et de girafes. Pour cette raison, les excréments de hyène ont une couleur blanche, liée au fort taux de calcium (issu des os) qu'ils contiennent, si bien que les hommes ont longtemps cru qu'il y avait un brasier dans le corps des hyènes et que les excréments étaient des cendres[réf. nécessaire].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Les hyènes, lorsqu'elles sont en très grand nombre, n'ont pas d'adversaire particulier. Cependant il leur arrive de se faire attaquer, même de se faire tuer par les lions (leur principal adversaire), les léopards, les autres meutes de hyènes et les lycaons.

Systématique[modifier | modifier le code]

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon ITIS :


Selon MSW :


Hyaenidae selon McKenna & Bell 1997

Les hyènes et l'homme[modifier | modifier le code]

Menaces pesant sur la famille[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Autrefois le territoire des hyènes s'étendait sur la plupart de l'Europe et de l'Asie, mais il s'est fortement réduit de nos jours du fait des activités humaines. D'autre part, les hyènes font l'objet d'une très mauvaise réputation et sont parfois abattues sans raison.

Prononciation et accord avec l'article[modifier | modifier le code]

L'usage de l'élision est flottant. On trouve « l'hyène » comme « la hyène » . Le Centre national des ressources textuelles et lexicales cite Dupré (1972) pour lequel « l'hésitation vient moins de h qui est généralement muet que de [j] devant lequel on fait difficilement la liaison. On peut considérer l'aspiration comme une prononciation affective (animal de mauvaise réputation, mot péj. au sens fig.). »[5]

Représentations[modifier | modifier le code]

Dans le film Le Roi lion, les hyènes sont les cruelles alliées de Scar dans sa prise de pouvoir de la Terre des lions.

Dans le film Bernie, Bernie Noël (joué par Albert Dupontel) est fasciné par cet animal. Il rêve d'en avoir une pour animal de compagnie.

Dans le film Hollywoo, Farres (joué par Jamel Debbouze) se fait attaquer par des hyènes gardant la propriété privée où il tente de pénétrer.

Dans l'émission satirique Les Guignols de l'info sur Canal+, la marionnette de l'animateur Marc-Olivier Fogiel est accompagnée en permanence d'une hyène prénommée Zaza. Ils rient ensemble d'un rire diabolique à chaque phrase cynique de Fogiel. Ce dernier l'apostrophe en lui disant "Hein Zaza ?" et semble avoir de l'affection pour l'animal.

Dans le film L'Odyssée de Pi, le jeune Pi se retrouve, après un naufrage, dans une barque en compagnie d'un tigre, d'un zèbre, d'un orang-outan, et d'une hyène.

Dans la série Buffy contre les vampires, lors de la saison 1, épisode 6 (Les Hyènes), Alex et d'autres collègues de classe sont possédés par les esprits de hyènes.

La Bête du Gévaudan, selon les représentations, pourrait être apparentée à une hyène de grande taille.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier « La hyène » sur Dinosoria
  2. Thierry Lodé, La Guerre des sexes chez les animaux, Éditions O. Jacob, Paris, 2006, (ISBN 2-7381-1901-8)
  3. JOURNAL OF ZOOLOGY. Mandibular force profiles of extant carnivorans and implications for the feeding behaviour of extinct predators. François Therrien. Novembre 2005
  4. Les aventures de Brady Barr. " Monstrueuses morsures ". Documentaire américain - National Géographique. 2007.
  5. Article "Hyène" de l'ATILF