Coffea arabica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le caféier d'Arabie (Coffea arabica) est un arbuste de la famille des Rubiaceae.

Autres noms communs : Café arabica, caféier.

Description[modifier | modifier le code]

Fruits

Le caféier d'Arabie est un petit arbre de moins de 9 m de haut, qui apprécie l'ombre d'arbres plus grands. Les feuilles persistantes, d'un vert brillant, de forme elliptiques ont un pétiole court. Les fleurs blanches, suaves, sont groupées en glomérules de 3 à 7 à l'aisselle des feuilles. Leur corolle gamopétale est en forme de tube à 4 ou 5 lobes. Les fruits sont des baies, appelées « cerises », de couleur rouge vif ou violette à maturité, dont la pulpe est sucrée. Elles contiennent deux graines, placées face à face, à la forme caractéristique des grains de café.

Contrairement aux autres espèces du genre Coffea, qui sont diploïdes, Coffea arabica est tétraploïde, c'est-à-dire que chaque cellule compte un total de 44 (4x11) chromosomes au lieu de 22 (2x11).

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Ce caféier est originaire de l'Afrique de l'Est : Éthiopie, Soudan du Sud (plateau de Boma), Kenya. Seule espèce de caféier cultivé jusqu'en 1865, il est largement répandu dans les régions tropicales, notamment en Amérique centrale et en Amérique du Sud (Brésil, Colombie).

Habitat et culture[modifier | modifier le code]

Cette espèce préfère les terres en altitude (200 à 2 000 mètres d'altitude). Son aire de culture s'étend de part et d'autre de l'équateur du 28e degré de latitude nord au 28e degré de latitude sud, mais il donne les meilleurs résultats dans les zones les plus tempérées.

Production[modifier | modifier le code]

Le Brésil (30 millions de sacs de 60 kg en 2008) et la Colombie (12 millions de sacs) sont les deux principaux producteurs d'arabica dans le monde et représentent à eux deux 55 % de la production mondiale[1]. 85 % du café arabica est produit sur le continent américain. Selon les gourmets, le café arabica éthiopien est le meilleur de la planète. Sa culture aide 12 % de la population à survivre. En intégrant la filière bio, le gouvernement tente aujourd'hui d'améliorer les profits, et donc de réduire la pauvreté.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les graines torréfiées de cette plante, connues sous le nom de café, sont utilisées pour préparer le breuvage éponyme. Il y a plusieurs espèces dans le genre Coffea propres à donner la boisson, mais Coffea arabica est généralement le plus apprécié des connaisseurs. Son rival le plus important est le café robusta : plus facile à cultiver et donc moins cher, offrant un meilleur rendement et un taux de caféine bien plus important (250 mg de caféine par tasse de robusta, 100 mg pour l'arabica), il est très utilisé en mélange et représente désormais 35 % de la production mondiale, contre 25 % dans les années 1980[2].

En France, les arabicas représentent environ 50 % des importations de café vert en 2008[3].

Variétés[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

The Impact of Climate Change on Indigenous Arabica Coffee (Coffea arabica): Predicting Future Trends and Identifying Priorities[4]Aaron P. Davis1#*, Tadesse Woldemariam Gole2, Susana Baena1, Justin Moat1#* 1 The Herbarium, Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, Surrey, United Kingdom, 2 Environment and Coffee Forest Forum, Addis Ababa, Ethiopia

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] The Coffee Guide, section 01.02.05
  2. [2] Bitter or better future for Coffee producers by Morten Scholer, ITC
  3. [3] European Coffee Report 2008, p.26