Charles Rolls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles Rolls

Description de l'image Charles-Rolls.jpg.
Naissance
Berkeley Square, Mayfair, Londres
Décès (à 33 ans)
Bournemouth
Nationalité Flag of the United Kingdom.svg Britannique
Profession
Industriel fondateur de Rolls-Royce

Charles Rolls (Sir Charles Stewart Rolls) (Mayfair, Londres - Bournemouth ) est un aristocrate britannique originaire du Pays de Galles, ingénieur en mécanique, pilote pionnier du sport automobile et de l'aviation, titulaire d'un brevet de pilote d'avion daté du 10 janvier 1910 [1] et cofondateur de la prestigieuse marque automobile de luxe Rolls-Royce en 1904 avec Henri Royce.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le 27 août 1877 à Berkeley Square, Londres dans une richissime famille de l'aristocratie britannique. Il est le troisième fils du Lord John Rolls de Llangattock, homme politique originaire de Monmouth au Pays de Galles.

Il entre au Collège d'Eton puis à l'Université de Cambridge d’où il sort ingénieur diplômé en mécanique et en science appliquée.

Premier étudiant de l'Université de Cambridge à s'y rendre en voiture (au volant d'une des premières Peugeot), il se passionne vite pour les voitures et devient pilote pionnier du sport automobile.

Importateur de voitures de luxe[modifier | modifier le code]

Il fonde avec succès une luxueuse concession d'automobiles à Piccadilly à Londres où il commercialise auprès de l'aristocratie britannique des automobiles importées du continent (Peugeot, Panhard, etc.). Hormis les Minerva (voiture belge, véhicule personnel de Charles Rolls), il est très déçu par le faible niveau technique de toutes les premières voitures qu'il essaie alors. Elles sont bruyantes, peu puissantes, vibrent de toutes parts, sont difficiles à manier, tombent souvent en panne, sont peu confortables, etc.

Palmarès automobile personnel

Première Rolls-Royce 10 HP de 2 cylindres et 10 chevaux fabriquée par le génie en mécanique Henri Royce en 1904.

Il obtient pourtant, avec le plus souvent des véhicules français, des résultats probants en course au début du XXe siècle:

  • Course de côte de Petersham Hill (près de Richmond): 1899 (sur Panhard 6HP)[2];
  • Course de côte de Taddington Hill (près de Buxton): 1900 (Panhard 12HP);
  • Course de côte de Dunmail Raise: 1900 (Panhard 12HP);
  • Le One Thousand Miles 1900 de Londres (Londres-Bristol-Birmingham-Manchester-Derby-Kendal-Carlisle-Edinburgh-Newcastle-Leeds-Sheffield-Nottingham-London, sur Panhard 12HP)[3];
  • Course de côte de Birkhill (près de Moffat): 1900 (Panhard 12HP, lors de la course de 1 000 Miles citée);
  • Course de côte de Dashwood Hill: 1903 Napier 45HP (lors des courses de Gordon Bennett);
  • Course de côte de Ballyfinane (à Killorglin Hill): 1903 (Mors (ou Kerry Cup);
  • RAC Tourist Trophy: 1906 (Rolls-Royce 20 HP).

En 1904, âgé de 27 ans, on lui présente Henri Royce, alors âgé de 41 ans, qui vient de fonder la « Royce Company » à Manchester et qui a fabriqué sa propre première voiture (Royce 10 HP, renommée ensuite en Rolls-Royce 10 HP) de 2 cylindres et 10 chevaux, dont tout le monde fait l'éloge de l'exceptionnelle esthétique, luxe, robustesse, fiabilité, silence, confort, souplesse, etc. Il est emballé par les essais. Enfin une voiture anglaise digne de toutes les louanges ; il s'engage à commercialiser sous son nom.

Fondation de Rolls-Royce[modifier | modifier le code]

Le [4] Rolls et Royce s'associent et fusionnent leurs entreprises en Rolls-Royce. La marque se fait immédiatement une réputation fantastique auprès des clients d'automobiles d'élite et aristocratiques de Charles Rolls, pour leur très haut niveau de qualité et de perfection. Les voitures les plus chères, mais aussi les meilleures du monde qui imposent un respect universel dès 1910.

Les premières Rolls-Royce sont présentées avec succès au Salon de l'automobile de Paris de décembre 1904. Les voitures remportent de nombreuses courses des années 1900 où elles se distinguent par leur grande fiabilité.

Charles Rolls abandonne à la célèbre première course du Tourist Trophy de l'Île de Man de 1905 puis gagne l'année suivante au volant d'une Rolls-Royce 30 HP. Il déclare : « Comme je n'ai fait que rester assis à attendre que la voiture franchisse la ligne d'arrivée, le mérite revient à monsieur Royce qui en est le dessinateur et le constructeur.» Devenu membre de l'Aéro-Club de France, il obtient son brevet de pilote en 1906[5].

Wright Flyer III des frères Wright « premier avion à moteur à pétrole » de l'histoire de l'aviation.

Mort dans un meeting aérien[modifier | modifier le code]

Le Charles est le premier homme à faire « l'aller retour » Angleterre, Douvres-France, Calais sans escales au-dessus de la Manche avec un biplan Wright Flyer des frères Wright « premier avion à moteur à pétrole » de l'histoire de l'aviation, une traversée récompensée par une coupe de 2000 francs offerte par M. Ruinart[1]. La même année, il se tue le 12 juillet dans un meeting aérien au-dessus de Bournemouth à l'âge de 33 ans, alors qu'il pilotait un biplan Wright et tentait de s'imposer dans un concours d’atterrissage. Charles Rolls s'est crashé suite à la rupture de la queue stabilisatrice de son appareil[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le 2 juin 1910 dans le ciel : La double traversée de la Manche de Rolls Air-journal.fr 2 juin 2012
  2. Épreuves de montagne - 1897-1914 (LaBerezina).
  3. 1900 One Thousand Mile Trial (GracesGuide).
  4. (en) The Beginning - Historique de la marque sur le site officiel
  5. Charles Rolls sur aviatechno
  6. Le 12 juillet 1910 dans le ciel : Charles Rolls se tue en avion Air-journal.fr 12 juillet 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :