Wright Flyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wright et Flyer.
Flyer
Image illustrative de l'article Wright Flyer

Constructeur aéronautique Drapeau : États-Unis Frères Wright
Type Prototype
Premier vol 17 décembre 1903
Motorisation
Moteur 1 moteur de 12 ch (9 kW) Wright (4 cyl.) entraînant deux hélices
Dimensions
Envergure 12,29 m
Longueur 6,43 m
Hauteur 2,74 m
Surface alaire 47,5 m2
Nombre de places 1 pilote
Masses
Masse à vide 274 kg
Masse maximum 338 kg
Performances
Vitesse maximale (VNE) 43 km/h

Le Wright Flyer est l'avion avec lequel les frères Wright effectuèrent les premiers vols contrôlés et motorisés de l'histoire de l'aviation, à Kitty Hawk en Caroline du Nord le 17 décembre 1903.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a été dessiné et construit par deux Américains, les frères Wright. Cet avion est également appelé Kitty Hawk, le nom de la localité où eurent lieu ces vols.

Avant de construire le Flyer, les deux frères avaient effectué de nombreux essais avec des planeurs, à Kitty Hawk, entre 1900 et 1902. L'expérience acquise avec le dernier planeur de 1902 leur permit d'envisager le vol motorisé. Ne pouvant trouver un moteur automobile répondant à leurs besoins, les frères Wright en firent réaliser un par leur employé Charlie Taylor.

Le 14 décembre 1903, les frères Wright furent enfin prêts pour leur premier essai. C'est Wilbur Wright qui fit le premier vol. Mais l'appareil était instable en tangage et par conséquent difficile à piloter. Le pilote ne réussit pas à stabiliser la trajectoire, l'avion se cabra et chuta en entraînant quelques dommages légers.

Les réparations furent effectuées en trois jours, et c'est le 17 décembre, à Kitty Hawk, qu'Orville Wright prit à son tour les commandes. Écourté par la difficulté de pilotage en tangage, ce premier vol ne dura que 12 secondes ; l'avion avait parcouru un peu plus de 37 mètres, face à un vent assez fort. Suivirent deux autres vols un peu plus longs, de 15 et 59 secondes. Faute de puissance suffisante, le Flyer n'avait pas assez de vitesse au sol pour décoller sans un vent de face bien établi[1].

Technique[modifier | modifier le code]

Le Flyer est un biplan à configuration canard, la gouverne de profondeur étant le plan avant. Le pilote est allongé sur le ventre au niveau de l'aile inférieure. Il contrôle l'inclinaison et la direction en se déplaçant latéralement dans un berceau fixé à ses hanches. Le cadre tire sur des câbles qui gauchissent (déforment) les ailes en sens contraire et font en même temps tourner la gouverne de direction (c'est ce que l'on appelle une conjugaison roulis - lacet).

Le moteur est un quatre cylindres refroidi par eau qui tourne au régime unique de 1 200 tr/min, donc sans réglage de régime. La puissance est d'environ 12 ch, la masse du bloc est de 62 kg. La masse complète avec le refroidissement, la transmission et la propulsion (hélices) est d'environ 90 kg. La transmission utilise une chaîne comme sur une bicyclette et entraîne deux hélices bipales de 2,60 m de diamètre tournant en sens inverses.

L'avion est dépourvu de roues, il repose sur des patins et glisse sur un rail de lancement de 18 mètres de long disposé face au vent ; le rail présente une pente de 8,5 degrés[2], soit 15 %, facilitant ainsi le décollage avec peu de puissance.

La photo[modifier | modifier le code]

Une des plus belles photos de l'aviation (ici dans l'infobox en haut à droite), elle fait partie des plaques négatives au format 127 x 178 déposées au Congrès des États-Unis en 1949. L'appareil avait été monté sur un pied par Orville Wright, qui avait expliqué à John T. Daniels de la station de sauvetage de Kill Devil Hill (en) quand et comment déclencher la prise de vue. Daniels fit ce qu'il fallait, et le résultat montre parfaitement le décollage du Flyer. Orville est aux commandes, allongé dans le berceau coulissant permettant le contrôle du vrillage des ailes. Wilbur, qui a accompagné la machine en la tenant, vient de lâcher un des montants de l'aile et a un peu reculé pour mieux voir ce qui se passe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Télégramme d'Orville Wright à Kitty Hawk, en Caroline du Nord, adressé à son père annonçant quatre vols réussis, 17 décembre 1903 », sur World Digital Library,‎ 1903-12-17 (consulté le 2013-07-21)
  2. Icare "les frères Wright", page 124, Wright Papers, Orville Journal, 14 décembre 1903

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]