Saint-Pierre-le-Vieux (Vendée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre et Saint-Pierre-le-Vieux.
Saint-Pierre-le-Vieux
Image illustrative de l'article Saint-Pierre-le-Vieux (Vendée)
Blason de Saint-Pierre-le-Vieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Maillezais
Intercommunalité Communauté de communes Vendée Sèvre Autise
Maire
Mandat
Christian Henriet
2014-2020
Code postal 85420
Code commune 85265
Démographie
Gentilé Saint-Petruscain
Population
municipale
964 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 14″ N 0° 44′ 54″ O / 46.3872222222, -0.74833333333346° 23′ 14″ Nord 0° 44′ 54″ Ouest / 46.3872222222, -0.748333333333  
Altitude Min. 0 m – Max. 25 m
Superficie 23,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux
Liens
Site web http://www.saintpierrelevieux.fr

Saint-Pierre-le-Vieux est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune connait une dispersion de son habitat. En effet, la commune s'étend sur 2319 hectares (après la cession en 1861 de Puyletard à la commune de Nieul-sur-l'Autise) et comprend les localités de Souil, La Porte de l'Ile, Le Bourg, Chalais, Le Buisson Maréchal, Le Pontreau et Mauvais.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la fasce d'azur.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du nom "Saint-Pierre-le-Vieux"[modifier | modifier le code]

La commune fut le théâtre de nombreux événements qui étayent encore quotidien au vu de quelques bâtiment plus ou moins délaissés. Pourtant, ceux-ci sont les derniers témoins d'un passé riche que beaucoup d'habitant (anciens comme nouveaux) ignorent. Nous passons fréquemment devant sans connaître leurs origines et leurs fonctions. C'est pour nous tenterons, au travers de ce petit exposé, de rappeler les faits importants du patrimoine culturel Saint-Petruxain.

La principale curiosité qui frappe tout nouvel habitant est l'éclatement géographique de Saint-Pierre-le-Vieux (ci-précédemment). Il faut remonter aux origines mêmes de notre histoire pour comprendre cette particularité. Celle-ci relève de deux faits principaux: l'un géographique; l'autre purement religieux.
Tout d'abord, il apparaît qu'au Xe siècle une partie de la commune se trouvait sur une ile. En fait, le marais poitevin tel que nous le connaissons aujourd'hui est le résultat de nombreuses campagnes d'assèchement effectuées entre le XIe et le XIXe siècle. Cet immense espace sur lequel s'établit aujourd'hui la renommée de la région était donc primitivement un immense marécage en partie inaccessible et appelé Golfe Des Pictons. Bien sûr, ce paysage évolua au cours des siècles du fait d'un envasement rapide et de nombreuses actions anthropiques[1]. Néanmoins, nous savons qu'au XVIIe siècle Maillezais était une ile ceinte d'une eau douce, de même que les localités avoisinantes qui demeuraient difficilement accessibles, d'où cet éclatement. Les "pôles" de développements se rencontraient soit sur le rivage (Souil et Chaslais) marquant ainsi de probables points d'accostage, soit sur l'ile aux endroits particulièrement stratégiques (La Porte de l'Ile et Saint Pierre) au niveau de l'entrée même de l'île. Par conséquent, il apparaît que différents points de peuplement se sont développés au cours des âges, mais ceux-ci ont été conditionnés par les aléas géographiques que l'homme a tenté de modeler sans parvenir cependant à les maîtriser, d'où ce probable éclatement.

Cependant, nous allons voir que ces contingences "marécageuses" ne suffisent pas à interpréter l'éclatement géographique de Saint-Pierre-le-Vieux. Outre cette particularité, nous allons nous interroger sur l'origine même du nom de la commune. Or, nous abordons ici une des pages les plus importantes de son patrimoine historique.

De nos jours, nous voyons encore s'élever les ruines élégantes de l'abbaye de Maillezais et de sa cathédrale. Néanmoins, nous devons savoir que la première fondation n'eut pas lieu sur ce promontoire mallacéen, mais au niveau de l'actuelle église paroissiale de Saint Pierre le Vieux. En effet, une chronique rédigée en 1080 par un moine dénommé Pierre de l"abbaye bénédictine de Maillezais[2] nous éclaire sur l'origine du monastère. En l'occurrence, il nous renseigne sur les circonstances de fondation de l'abbaye. En fait, toute l'histoire se déroule lors d'une partie de chasse, réalisée par Guillaume IV, comte-duc d'Aquitaine. Ce dernier venait très fréquemment à Maillezais où son père Guillaume dit "Tête d'Etoupe" avait bâti une forteresse afin de freiner les invasions de Normand particulièrement virulents au début du Xe siècle; Or, l'histoire de Pierre nous raconte que Guillaume IV se plaisait à poursuivre avec ses vassaux le gibier de la forêt de Maillezais et plus particulièrement un "énorme" sanglier impossible à saisir.

Cependant, un des vassaux de Guillaume, Gaucelinus, décida de suivre ce réfractaire qui venait de pénétrer dans un hallier très épais. Après quelques coups d'épée, celui-ci parvint à se frayer un passage qui lui permit de découvrir les ruines d'une petite église et aperçut le sanglier couché sur l'autel renversé. L'histoire nous dit que le vassal fut frappé d'étourdissement. Or, lorsque les chasseurs le rejoignirent, le sanglier avait disparu et Gaucelinus se trouvait terrassé bien que sans blessure apparente. Emma, la duchesse d'Aquitaine, décida de transporter le chasseur dans le chœur de la chapelle ruinée et des cierges furent allumés autour de celui-ci. Après une nuit de prières, le vassal se réveilla dans une santé éclatante. Dès lors, la duchesse admit qu'il s'agissait d'un miracle et décida donc de fonder un monastère à l'emplacement du lieu supposé sacré, c'est-à-dire sur l'église ruinée que Gaucelin avait découvert en suivant le sanglier.

Cette histoire est certes imprégnée d'un fort caractère apologétique. Ce moine rédigea cette histoire pratiquement un siècle après les fait à la demande de l'abbé. Ce dernier avait certainement pour objectif de glorifier les origines de son abbaye par cet acte providentiel et sacré. Néanmoins, cette chronique vaut la peine d'être prise en considération car elle demeure un document important quant à l'histoire de Saint Pierre le Vieux. Elle signifie que le premier bâtiment monastique fut érigé sur cette commune. Il est très difficile d'établir une date précise pour le début des travaux. Quoi qu'il en soit, le monastère est consacré au mois de juin 989[3], lors du concile de Charroux et Emma fait appel à son cousin Gauzbert de Saint Julien de Tours qui fit venir treize moines avec lui. Cette première abbaye fut dédiée à Saint Pierre. Nous retrouvons donc ici les origines mêmes du nom de notre commune: "Saint Pierre le Vieil de Maillezais".

Par ailleurs, cette chronique nous apprend que le monastère fut fondé sur les ruines d'une chapelle. Ceci nous montre donc une occupation du site plus ancienne que celle exclusivement monastique. Il faut comparer ces hypothèses avec certaines découvertes effectuées au siècle dernier par un érudit local, Louis Brochet. Ce dernier réalisa des fouilles partielles aux alentours de l'église paroissiale. Or, il découvrit un cimetière daté de l'époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle), ainsi que des haches celtiques, des fragments de vase de terre de Samos, de briques, de tuiles à rebords[4] et de médailles romaines. Toutes ces découvertes nous laissent donc envisager l'hypothèse d'une occupation encore plus ancienne, mais ces informations sont à considérer avec une très grande prudence fautes de fouilles très précises ne nous permettant pas de réelle interprétation. En outre, ces artefacts d'époque romaine demeurent trop succincts pour affirmer un réel aménagement antérieur au Ve siècle après J.C.

Cependant, nous remarquons que les services de l'actuelle église paroissiale de Saint-Pierre-le-Vieux connurent une occupation mérovingienne sous la forme d'une chapelle. Cette dernière est ruinée au Xe siècle lorsque la duchesse d'Aquitaine décide d'y bâtir un monastère, comme nous avons pu le voir précédemment. La destruction de cette chapelle fut probablement l'œuvre des pillards normands, au début du Xe siècle et nous ne pouvons donc en définir les formes et les caractéristiques, ni sa fonction.

Enfin, tous ces vestiges démontrent le caractère ancien, voire antique du site même de Saint-Pierre-le-Vieux et nous répondons donc ainsi à la question qui "effleure" très certainement l'esprit de nombreux habitants de notre commune: Pourquoi une zone d'habitat aussi restreinte est-elle le "chef lieu" d'une commune? Or, nous venons de voir qu'il s'agit ici du centre historique par l'érection d'un véritable centre religieux faisant de Saint Pierre le Vieux une paroisse[5].

Le monastère de Saint-Pierre-le-Vieux[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, nous ne conservons plus rien de premier monastère qui fut définitivement détruit en 1859. En effet, la paroisse décida de renverser les vestiges de l'église (alors en très mauvaise état) dans le but de satisfaire à la venue d'un Congrès Archéologique qui eut lieu en 1864. Néanmoins, nous pouvons nous faire une idée très précise du bâtiment au vu d'une description effectuée dans les "chroniques paroissiales" du siècle dernier. Aillery nous montre cette église comme "une des plus anciennes et peut être la plus vieille du diocèse[6]. Nous ne nous étendrons pas davantage sur la description de celle-ci sinon qu'il s'agissait d'un ensemble roman de la première époque sans aucune décoration ni à l'intérieur ni à l'extérieur. De même, Aillery nous fait part de la ruine de l'édifice qui offrait la vue d'une petite basilique dont il n'existait plus que le bas-coté droit et dont les voûtes avaient disparu. Par ailleurs, l'auteur nous apprend qu'à "l'emplacement de l'habitation des moines se trouvait une maison connue sous le nom de Prieuré où l'on apercevait des ruines, des réservoirs et des vieilles promenades. Nous pouvons penser que ces vestiges constituaient les ruines du cloître aujourd'hui totalement disparu. En effet, si nous suivons le plan habituel des abbayes, il est probable que cet aménagement ait pu se situer au sud de l'église actuelle, soit à l'emplacement du cimetière. Néanmoins, il peut aussi s'agir de l'ancien prieuré réaménagé en logement depuis quelques années.

Enfin, notre témoin nous évoque la présence de deux pierres tombales retrouvées sur les lieux. L'une d'elles représentait un valet nommé Lebegues, mort au XIVe siècle alors que l'autre, plus ancienne (1302), représentait un religieux bénédictin dans l'attitude de la prière. Cette dernière était dotée d'une inscription latine gravé tout autour de la pierre : "Cy git Frère Jehan (de Saint Pierre le Vieux) décédé le 19 septembre 1302. Que son âme repose en paix".

Toutes ces informations nous invite donc à considérer une occupation religieuse à partir du Xe siècle, voire auparavant. Cependant, il est certain que la naissance de l'abbaye de Maillezais, qui deviendra rapidement très puissante das tout le Bas-Poitou, fit perdre toute véritable influence pour le monastère de Saint Pierre.

Par ailleurs, notre église actuelle ne conserve aucun artefact de cette période carolingienne. Cependant, le bâtiment actuel a cherché à reproduire l'ancienne, au moins pour la façade. le pignon suit l'inclinaison de la toiture du monument tel qu'elle était auparavant; les 3 portes ne sont plus masquées mais véritables. De même, l'édifice s'est beaucoup inspiré de Maillezais pour ce qui concerne l'intérieur (coupole, voûte octogonale, motif des chapiteaux...). L'édifice demeure sobre d'ornements si ce ne sont quelques chapiteaux qui méritent un plus grand intérêt.

"En 1864, les participants au Congrès archéologique de France, XXXIe session, se rendent à Saint-Pierre-le-Vieux où ils découvrent: une église entièrement neuve, à trois nefs qui en remplace une du Xe-XIe siècle. Un dessin de M. Bouet (p. 98) présente une pierre tombale d'un valet nommé Lebegues, mort au XIVe siècle comme l'indique l'inscription: HIC JACET IOHES LEBEGVES VALETVS QVI OBIIT MENSE SEPTEMBRIS ANNO DNI MCCCXXXII CVM AIA REQUIESCAT IN PACE AMEN Traduction de Mme M.-C. Bakkal-Lagarde: Ici repose Jena Lebegues, valet, qui est mort le mois de septembre de l'année du seigneur 1332, que son âme repose en paix, amen."

La chapelle de Chalais[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cependant, si nous ne conservons aucun élément roman, pour le monastère, la commune détient en son sein un des édifices majeurs de l'architecture poitevine. Il s'agit de la chapelle de Chalais élelée à la fin du XIe siècle, alors en bordure du Golfe des Pictons, sur le continent. Nous sommes ici confrontés à un site imprégné de récits légendaires, notamment pour sa fondation. En effet, il apparaîtrait qu'une chapelle fut fondée au VIe siècle par des marins échappés du naufrage ayant échoué en ce lieu. Nous ne pouvons nullement établir la véracité d'un tel récit même si la tradition s'appuie sur les témoignages de Grégoire de Tours et de Pierre de Maillezais[7].

Par ailleurs, ce récit bénéficie d'une certaine autorité à la vue d'un tableau que l'on apercevait encore au XVIIIe siècle sur la voûte en pierre qui couvrait l'autel de la Vierge, représentant douze marins marchant à pieds nus. Or, Louis Brochet se pose une question essentielle qui est de savoir si cette tradition n'est pas une "réminiscence de celle d'après laquelle Saint Pient[8], évêque de Poitiers vers 560 aurait été, avec ses compagnons, jeté par la tempête sur les côtes du pays qu'il venait d'évangéliser". Nous ne connaissons donc pas véritablement les origines de la fondation de cette chapelle qui demeure encore mystérieuse.

Architecture[modifier | modifier le code]

Quoi qu'il en soit, l'édifice que nous voyons aujourd'hui relève d'une construction effectuée au XIIe siècle, même si le lieu fut très tôt occupé, peut être dès le VIe siècle[9]. Cette chapelle dépendait de l'abbaye de Maillezais dès le XIe siècle; c'est-à-dire au moment des premières donations accordées à celle-ci par le Duc d'Aquitaine. En 1232, ce bien sera saisi par l'irascible Geoffroy de Lusignan, comte de Vouvant, dit Geoffroy la Grand'Dent. Il restituera Chalais en 1236 après avoir été frappé d'excommunication puis d'interdit par le pape Grégoire IX. Par ailleurs, lorsque l'abbaye de Maillezais fut érigée en évêché, la chapelle fut rattaché d'un point de vue religieux à l'archiprêtre d'Ardin.

Cependant, ce qui demeure remarquable est l'architecture de cet ensemble, qui mériterait d'ailleurs une rapide rénovation car nous conservons ici le joyau architectural de la commune de Saint Pierre le Vieux. l'abside est certainement la partie la plus remarquable. Effectuée vers la fin du XIIe siècle, elle est semi-circulaire comme à Maillezais et offre à l'extérieur un aspect fort gracieux: 4 colonnettes couvrent le nu de la muraille et s'élèvent dans l'espace libre antre les fenêtres. Sur leurs chapiteaux, on a sculpté des têtes d'hommes ou de femmes entremêlées de serpents. L'une de ces têtes tient même entre des dents les queues de deux serpents. Sous la corniche, nous voyons une série de modillons sculptés et placés quatre par quatre entre les colonnettes; Se sont des sujets variés, tirés de l'agriculture, avec des figures grimaçantes. l'abside est éclairée de chaque côté par deux fenêtres romanes. Jadis, une autre se rencontrait au fond de l'abside, mais elle a été murée[10] pour consolider l'édifice après l'érection d'un tableau, dont nous avons déjà parlé.

La voûte de l'abside est en pierre s et l'on y distinguait encore assez nettement, au siècle dernier, les restes d'une peinture[11]. Il s'agissait d'un tableau représentant les trois personnages de la Sainte Trinité et notamment de Dieu entouré de têtes d'anges. Ce tableau était associé à la légende des marins.

Vers la fin du XVIIe siècle, deux autres tableaux sculptés sur bois furent placés dans la chapelle. L'un représentant l'Assomption de la Sainte Vierge et l'autre ayant pour sujet Saint Roch dont le culte est populaire dans beaucoup de nos églises.

Le chœur, à peine plus large que l'abside, n'est éclairé que par une seule fenêtre à ogive trilobée. La nef ne représente rien de remarquable. Elle n'a qu'une seule fenêtre ogivale aveuglée comme celle du chœur. Une voûte en pierres s'étendait dans sa partie inférieure depuis le chœur jusqu'au bas de la chapelle, mais celle-ci a dû s'écrouler avec le temps et elle a été remplacée à mi-hauteur par un plafond en planches. Le clocher carré, de construction relativement plus récente, est couronné d'une corniche et de modillons uniformes.

D'autres constructions devaient se trouver autour de la chapelle, notamment le presbytère, même si nous savons qu'au temps de la Révolution, il se trouvait à Souil. D'ailleurs, la maison fut vendue an l'an IV de la République (1795) sous le titre de « presbytère de la succursale de Chalais ».

Souterrains[modifier | modifier le code]

Nous venons donc d'évoquer les principales caractéristiques architecturales de cet édifice roman que nous vous invitons à visiter afin d'y découvrir l'étrange quiétude qui y règne. Cependant, vous ne pourrez entreprendre, en dépit d'une curiosité évidente, la descente dans les cavités qui jalonnent l'entrée de la chapelle.

Il s'agit de souterrains que l'homme, avait su rendre habitables. Il n'est pas aisé de se prononcer sur la chronologie de cette structure. Il est probable que ceux-ci furent creusés par les habitants du littoral, pour se protéger, eux et leurs objets les plus précieux, contre les invasions des Normands, aux IXe et Xe siècles. Par ailleurs, ce refuge fut très certainement utilisé durant tous les conflits qui étayèrent le premier millénaire (guerres de Cents Ans, de Religion, de Vendée). En effet, de nombreuses découvertes furent effectuées au sein de ces souterrains au XIXe siècle par Octave de Rochebrune et Louis Brochets tels des vases, en partie brisés et exécutés en argile du pays, des sépultures ainsi que deux statues remarquables, mais mutilés, dont l'une représentant l'archange Gabriel. Or, ces statues possèdent des similitudes avec les bas reliefs des églises de Foussais et Fontaine et laisse présager, au vu d'une taille très brillante, qu'elles furent réalisées par l'un des élèves les plus doués de l'école poitevine et saintongeaise.

Cependant, ce qui demeure plus original réside dans la conception de ce souterrain. Ces galeries avaient été réalisés dans le but d'être habitables. Elles possèdent des largueurs variant de 0,80m à 1,20m et des hauteurs comprises entre 0,50m et 1,80m qui ne permettent d'y pénétrer qu'en s'y glissant à plat ventre. Leurs parois ainsi que la voute sont fort inégalement taillées. les surfaces de ces galeries parfaitement lisses en certains points, portent l'empreinte indiscutable d'un séjour répété de l'homme qu'il avait donc su rendre habitable en forant dans la voûte des tubulures obliques d'environ 0,15m de diamètre. Ces tubulures, qui, par leur accès à la surface du sol, appelaient des courants d'air destinés a renouveler l'atmosphère du souterrain. Ils devaient s'ouvrir au milieu des herbes, des broussailles ou des bois, sans dénoncer l'existence de la retraite ténébreuse.

Par ailleurs, toutes ces galeries viennent converger vers un pilier de 10,50m de circonférence dans lequel a été aménagée une sorte de niche circulaire. Ceci démontre indubitablement cette volonté de constituer un espace où la population pouvait se réfugier pour une durée suffisante afin d'échapper à toute sorte de conflits. En effet, la position d'abri au font du Golf des Pictons, côte basse vaseuse largement ouverte aux incursions marines de toute nature, favorisait l'arrivée de brigands avides de richesses. C'est pourquoi, nous ne constatons aucune fortification notable, notamment pour la chapelle.

Les fortifications de Saint Pierre le Vieux[modifier | modifier le code]

La presqu'île de Maillezais constituait un refuge idéal qui fut aménagé durant près de 7 siècles (depuis le Xe siècle jusqu'au XVIe siècle). Si l'abbaye constitua le pôle défensif de cet aménagement permanent, une logique de mise en défense plus globale et plus étendue permit de faire de l'île de Maillezais un véritable bastion. En effet, différentes campagnes défensives furent mises en place dans la partie orientale de Maillé[12] et dans sa partie occidentale, seul point d'accès terrestre qui se rencontrait à la Porte de l'Ile. Il apparait qu'à l'origine Maillezais était une presqu'île avec un accès étroit au niveau de la pointe occidentale. Or, à une période indéterminée, l'Autize qui confluait avec la Sèvre au sud de la presqu'île, a été détournée dans un canal creusé au nord, appelé La Jeune Autize par opposition à l'Autize qui devenait un de ses affluents. Dès lors, ce canal barrait le seul accès terrestre vers le continent par un large fossé en eau sur lequel tournait un moulin. Au niveau de cet accès, un édifice fortifié fut construit; nous en possédons quelques vestiges aujourd'hui. Par ailleurs, un ingénieur du Roi Louis XIV, Claude MASSE[13], fit une description très intéressante de cet ensemble au XVIIe siècle. Il rapporte que cet édifice commandait le seul accès charretier de l'île par une grosse tour agrémentée d'un pont-levis qui enjambais la Jeune Autize: "Ce canal est traversé par un pont que l'on appelle le pont de l'isle, qui est le seul endroit où l'on n'y entre par Charois, il y avoit autrefois un Pont Dormant et un pont levis qui estoit flanqué par une grosse tour pù estoit le Corps de Garde. Ce pont étoit couvert entièrement par un ouvrage, il n'en paroit plus que quelques fragments, le surplus ayant été ruiné..."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste

La mairie en 2008 des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
18 février 1898 1906 Augustin Pairaud    
1906 1919 Auguste Moinard    
1919 1941 Julien Caquineau    
1941 1969 Mary Laurent    
1969 1977 Édouard Savineau    
1977 1995 Yvon Thibaudeau[Note 1]    
1995 mars 2001 Sylvie Laurent    
mars 2001 mars 2008 Pierrette Chabirand    
mars 2008 mars 2014 André Papin[14]    
mars 2014 en cours Christian Henriet[15]   enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 964 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
358 1 046 1 180 1 434 1 495 1 436 1 471 1 523 1 436
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 442 1 375 1 318 1 247 1 273 1 252 1 259 1 278 1 194
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 182 1 164 1 164 988 994 924 903 862 865
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
843 821 772 812 863 881 922 926 966
2011 - - - - - - - -
964 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,7 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 25 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 18,2 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 18 %, plus de 60 ans = 21,5 %).
Pyramide des âges à Saint-Pierre-le-Vieux en 2007 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,0 
7,0 
75 à 89 ans
8,6 
11,0 
60 à 74 ans
12,9 
20,8 
45 à 59 ans
18,0 
25,0 
30 à 44 ans
22,3 
16,2 
15 à 29 ans
15,2 
19,7 
0 à 14 ans
23,0 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1983 et 1989.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les travaux débutèrent véritablement au XIIe siècle sous l'action des monastères de la région (Maillezais, Saint Maixent, Saint Michel en l'Herm, l'Absie, Luçon). Néanmoins, ces premières actions épargnèrent la partie orientale du Golfe des Pictons. Par conséquent, la région nous intéressant ne fut asséchée qu'à partir de la fin du XVIIe sous l'influence des ingénieurs hollandais. Le caractère tourbeux de ce marécage aux alentours de l'île de Maillezais est beaucoup mieux connu depuis qu'une étude récente de la tourbe fut effectuée dans le marais du Rocher (Route de Doix à Maillezais). Ces prélèvements ont permis de cerner l'évolution du marécage. Ainsi, elle nous apprend que la tourbe s'édifiait jusque vers les périodes datés entre 1438 et 1651.
  2. La publication de cette chronique a été éditée pendant le premier trimestre de l'année 2000. Il s'agit d'une édition et traduction. CHAUVIN Yves, PON George, LABANDE Edmond René sous dir., L'Histoire de Pierre de Maillezais (vers 1070), Edition du C.T.H.S, La Roche sur Yon, 2000
  3. RODON Cédric, le temporel de l'abbaye de Maillezais des origines à 1317, mémoire de maîtrise C.E.S.C.M de Poitiers, 1998
  4. Les tuiles à rebords aussi appelées tegulae sont une spécificité de l'architecture romaine. Leur réemploi sera très pratiqué après la fin de la domination romaine sur la région.
  5. L'île de Maillezais était dotée de quatre paroisses: Maillezais, Maillé, Liez et Saint Pierre le Vieux.
  6. Il s'agit du diocèse de Luçon
  7. Louis Brochet, La vieille église de Chalais, in Revue du Bas Poitou
  8. Nous ne pouvons établir précisément la véracité de cette légende. Toutefois, le culte de Saint Prient est pratiquée à Maillé où la chapelle fut retrouvée au lieu dit "La Pichonnière" lors des fouilles effectuées en 1975 et 1976. les différentes phases d'occupation de cette de cette chapelle, révélées par les fouilles, nous indiquent la présence plus probable de la chapelle Saint Prient.
  9. Ce lieu était reconnu au XIXe siècle car il est mentionné en 963, sous le nom de Cala selon le pouillé de diocèse de Luçon
  10. Nous pouvons nettement distinguer le cintre, supporté par deux élégantes colonnettes aux chapiteaux finement sculptés, à l'extérieur de l'édifice.
  11. AILLERY, chronique paroissiales...
  12. Un fort érigé au XVIIe siècle par un huguenot fort célèbre, Agrippa d'Aubigné, qui, après avoir fortifié l'abbaye de Maillezais, érigea une véritable forteresse sur un piton rocheux en plein marais. Ce fort fut qualifié d'imprenable et menaçait la politique de Contre Réforme de Louis XIV qui décida de le raser complètement peu de temps après son érection. C'est pourquoi, nous ne conservons plus rien aujourd'hui de cette fortification où a pris place une ferme au Doignon, sur a route de Vix à Maillé.
  13. MASSE Claude, Mémoire sur la carte du 46ème quarré de la Généralité des Costes de Bas-Poitou, Pays d'Aunix, Saintonge et partie de la Basse Guyenne, 1720, copie XVIIIe siècle par le père Jaillot, Bibl. Mum. La Rochelle; ms32, p.13
  14. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  15. [1]
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  18. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  19. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :