Abbatiale Sainte-Foy de Conques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbatiale Sainte-Foy de Conques
Image illustrative de l'article Abbatiale Sainte-Foy de Conques
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbatiale
Rattachement Ordre des Prémontrés
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIIe siècle
Style dominant Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1840, 2002)
 Patrimoine mondial (1998)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Commune Conques
Coordonnées 44° 35′ 57″ N 2° 23′ 53″ E / 44.599235, 2.398103 ()44° 35′ 57″ Nord 2° 23′ 53″ Est / 44.599235, 2.398103 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbatiale Sainte-Foy de Conques

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Abbatiale Sainte-Foy de Conques

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

(Voir situation sur carte : Aveyron)
Abbatiale Sainte-Foy de Conques

L'abbatiale Sainte-Foy de Conques est une église abbatiale située dans la commune française de Conques, dans le département de l'Aveyron.

Elle est considérée comme un chef-d'œuvre de l'art roman du sud de la France, et reste surtout célèbre pour son tympan et son trésor comprenant des pièces d'art uniques de l'époque carolingienne, dont la statue-reliquaire de sainte Foy. Depuis 1994 l'intérieur est décoré avec des vitraux de Pierre Soulages, un enfant du pays. Cette abbaye a été construite à partir de 1040 par l'abbé Oldoric à l'emplacement de l'ancien ermitage de Dadon (819), saint homme qui reçut faveurs et protection de Louis le Pieux, fils de Charlemagne et roi d'Aquitaine du vivant de son père[1].

L'abbatiale Sainte-Foy de Conques fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[2]. Elle est également inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France depuis 1998.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbatiale Sainte-Foy, vue Ouest

L'édifice est commencé, entre 1041 et 1052, par l'abbé Odolric[réf. nécessaire]. Le chevet fut certainement achevé avant son décès en 1065[réf. nécessaire]. Ensuite, les travaux traînèrent quelque peu et la nef ne fut terminée qu'au début du XIIIe siècle. Il est, en outre, possible que le monument ait été modifié en cours de chantier. Ainsi, le chevet débute-t-il par une série de quatre chapelles échelonnées pour n'adopter qu'ensuite le système à déambulatoire et chapelles rayonnantes[réf. nécessaire].

Elle est construite suivant un plan en croix classique, mais à cause de la configuration du terrain (en pente) le transept est plus long que la nef. Les deux tours de façade datent du XIXe siècle.

Sainte-Foy a été une des principales sources d'inspiration pour les églises romanes d'Auvergne[réf. nécessaire].

Par son architecture, l'église abbatiale se rattache à une série de cinq édifices, Saint-Martin de Tours, Saint-Martial de Limoges, Saint-Sernin de Toulouse et Saint-Jacques-de-Compostelle, tous situés sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques et présentant des caractéristiques communes : plan à déambulatoire et chapelles rayonnantes, transept pourvu de bas-côtés pour faciliter la circulation des pèlerins. Ces traits communs s'étendent également à l'élévation et au système de contrebutement.

Le tympan de la façade principale[modifier | modifier le code]

Le tympan.

Le portail occidental de l'abbatiale Sainte-Foy est surmonté d'un tympan décrivant le Jugement dernier. Il est considéré comme « l'une des œuvres fondamentales de la sculpture romane par ses qualités artistiques, son originalité et par ses dimensions »[3].

Il représente le Jugement dernier, d'après l'Évangile selon Matthieu. Il comporte 124 personnages, l'ensemble est divisé en trois niveaux. Tout en haut dans les angles on peut voir deux anges sonneurs de cor, au centre trône le Christ en majesté, avec les élus à sa droite, au Paradis, et les damnés à sa gauche, en Enfer.

Derrière lui les anges portent la Croix et le fer de lance évoquant la Passion.

Au niveau médian le cortège des élus est en marche vers le Christ, on peut reconnaître la Vierge Marie et Saint-Pierre (personnages nimbés), qui sont suivis par les personnages ayant marqué l'histoire de l'abbaye : l'abbé Dadon (son fondateur), Charlemagne (son bienfaiteur). Dessous, sainte Foy sous la main de Dieu, à côté des menottes des prisonniers qu'elle a libérés. De l'autre côté des anges-chevaliers repoussent les damnés essayant d'échapper à l'Enfer. On peut y voir de mauvais moines, un ivrogne pendu par les pieds.

Le troisième niveau est divisé en deux parties. À gauche se trouve le Paradis présidé au centre par Abraham, à sa porte un ange fait entrer les élus. La partie droite est consacrée à l'enfer où préside Satan, et où sont châtiés les péchés capitaux : l'Orgueil, désarçonné d'un cheval, l'Avarice pendue haut et court avec sa bourse, la Médisance dont la langue est arrachée par un démon, l'Adultère représenté par une femme, poitrine dénudée, liée par le cou avec son amant. Sur le linteau on peut lire la phrase suivante : « Pécheurs, si vous ne réformez pas vos mœurs, sachez que vous subirez un jugement redoutable ».

L'intérieur[modifier | modifier le code]

La nef

L'intérieur de l'abbatiale est très sobre, la voûte est très haute (22 m), le chœur est entouré d'un déambulatoire permettant aux fidèles de défiler autour des reliques de Foy d'Agen. Il est orné de superbes grilles datant du XIIe siècle. La sacristie est décorée de fresques du XVe siècle qui racontent le martyre de la sainte. Au fond du transept gauche, on peut admirer un haut-relief représentant l'Annonciation, sculpté par le même artiste que celui qui exécuta le tympan. Les vitraux de Pierre Soulages réalisés entre 1987 et 1994 en collaboration avec le verrier Jean-Dominique Fleury ajoutent un aspect contemporain à l'atmosphère sobre et recueillie de l'église.

Les chapiteaux constituent un exemple parfait de l'art roman. Le plus ancien de ceux-ci semble être celui de Saint Pierre crucifié la tête en bas. Des chapiteaux à entrelacs sont également présents. Il y a aussi des thèmes de combats entre cavaliers et hommes d'armes, peut-être liés aux croisades.

Le cloître[modifier | modifier le code]

Chapiteau sculpté du cloître.

Au sud de l’abbatiale subsistent quelques vestiges du cloître, rasé au XVie siècle, dont six baies géminées de la galerie occidentale. Il servit longtemps de réserve de pierres pour construire les maisons du village.
Au centre le bassin claustral de serpentine verte. Remontée et restaurée, cette grande fontaine, de 2,72 m de diamètre, est dépourvue de sa vasque centrale. Sous la margelle, entre les colonnes décorées de motifs végétaux, animaux ou imaginaires, qui cernent le bassin, des atlantes ont été sculptés, des têtes encadrées par les bras et les mains qui les soutiennent.
La construction du cloître par l'abbé Bégon III, à la charnière des XIe et XIIe siècles, entraîna à son tour une véritable floraison de chapiteaux. Dix-neuf d'entre eux restent en place dans la galerie occidentale ouvrant sur l'ancien réfectoire. D'autres se trouvent déposés au musée lapidaire. Un certain nombre ont disparu après la ruine et la destruction du cloître, vers 1830.
Depuis 1975, l'aire du cloître a été rétablie avec un chemin dallé par Bernard Fonquernie, architecte en chef et inspecteur général des Monuments historiques. Cette aire, ainsi que les bâtiments adjacents, a été classée aux monuments historiques le 22 novembre 2002[2].

Le trésor[modifier | modifier le code]

Statue-reliquaire de sainte Foy Xe siècle). Trésor de l'abbatiale Sainte-Foy de Conques

Exposée dans l'ancien réfectoire des moines, la section d'orfèvrerie religieuse est la plus complète collection d'orfèvrerie religieuse française, s'étalant du IXe au XVIe siècle, avec en particulier des reliquaires dus à des artistes locaux et datant du XIe siècle.

La pièce maîtresse du Trésor est la statue reliquaire de Sainte Foy, celle qui est à l'origine de la prospérité de l'abbaye et dont la relique a été volée à Agen. Datant du IXe siècle, elle est faite de plaques d'or et d'argent sur une âme en bois. Au cours des âges, elle a reçu de nombreux bijoux.

Dans l'ordre de la visite (et chronologique des pièces), on peut ainsi admirer :

  • le reliquaire hexagonal, assemblage de pièces différentes du VIIe siècle au XIIe siècle ;
  • le reliquaire pentagonal, assemblage réalisé au XVIe siècle de fragments d'orfèvrerie datant du VIIe au XIIIe siècle ;
  • le A de Charlemagne, que l'abbé Bégon III (1087 - 1107) a fait faire ;
  • la châsse de Pépin, petit reliquaire qui comprend des éléments du IXe au XIe siècle avec quelques ajouts aux XIIe, XIIIe et XVIe siècles ;
  • la plaque de la Crucifixion, découverte en 1954 sur la châsse de Pépin, date de la fin du VIIIe siècle ;
  • la lanterne de Bégon, en forme de tombeau antique, date du XIe - XIIe siècle ;
  • une Vierge à l'Enfant trônant de la fin du XIIIe siècle ;
  • le reliquaire du Pape Pascal, portant une inscription qui indique l'abbé Bégon III comme commanditaire et le pape Pascal II comme donateur des reliques ;
  • un triptyque-reliquaire de la seconde moitié du XIIIe siècle,
  • le bras reliquaire de saint Georges, un moine de Conques devenu évêque de Lodève en 877[4].

Le A de Charlemagne est en argent doré sur âme de bois, selon la tradition, l'empereur dotait chaque abbaye d'une lettre de l'alphabet, il aurait attribué la lettre A à Conques, signe de son excellence. Pour qu'ils soient visibles sur toutes leurs faces, la châsse de Pépin, le A de Charlemagne et la lanterne de Bégon sont présentés sur des socles tournants, commandés par le visiteur.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claire Delmas et Jean-Claude Fau (photogr. André Kumurdjian), Conques, Millau, Éd. du Beffroi, coll. « Tourisme et culture en Aveyron »,‎ 2006, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm, 79 p. (ISBN 2-908123-04-5, ISSN 1242-5052, lien notice BnF?)
  2. a et b « Notice no PA00093999 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Description du tympan du jugement dernier sur le site de l'office de tourisme de Conques.
  4. Descriptions et datations données par Claire Delmas, Conservateur des antiquités et objets d'art de l'Aveyron, in dépliant "Trésor de Conques", distribué aux visiteurs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés pour la rédaction de l'article[modifier | modifier le code]

  • Jacques Dubourg, Les abbayes de Midi-Pyrénées, Saint-Cyr-sur-Loire, A. Sutton, coll. « Passé simple »,‎ 2009, ill. en noir et en coul., carte, couv. ill. en coul. ; 23 cm, 192 p. (ISBN 978-2-8138-0020-6, ISSN 1623-118X, lien notice BnF?), p. 49-58
  • Marcel Aubert, Conques-en-Rouergue : Extrait du "Congrès archéologique de France", 1937, Nogent-le-Rotrou, Daupeley-Gouverneur,‎ 1938, In-8°, 65 p. (lien notice BnF?), p. 459-523
  • Jean-Claude Fau, Rouergue roman : 3e éd. entièrement nouvelle, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps » (no 17),‎ 1989, ill. en noir et en coul. ; 22 cm, 411 p. (ISBN 2-7369-0148-7, ISSN 0768-0937, lien notice BnF?), p. 29-31, 81-247
  • Congrès archéologique de France, Aveyron / Congrès archéologique de France, 167e session, 2009 ; organisé par la Société française d'archéologie : Monuments de l'Aveyron, Paris, Société française d'archéologie,‎ 2011, ill. en noir et en coul., cartes, plans, couv. ill. en coul. ; 27 cm, 442 p. (ISBN 978-2-901837-40-4, lien notice BnF?), pour les articles suivants :
    • Éliane Vergnolle, Henri Pradalier et Nelly Pousthomis-Dalle, Conques, Sainte-Foy. L'abbatiale romane., p. 71-160
    • Christian Heck, Conques, Sainte-Foy. Les vitraux de Soulages., p. 161-165
    • Jean-Claude Fau, Conques, Sainte-Foy. Le cloître., p. 167-174

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (la) Gustave Desjardins (Éditeur scientifique), Cartulaire de l'abbaye de Conques en Rouergue, Paris, A. Picard,‎ 1879, in-8, 518 p. (lien notice BnF?)
    Cartulaire de l'abbaye de Conques en Rouergue disponible sur Gallica
  • Marcel Aubert, L'église de Conques, Paris, H. Laurens,‎ 1939, in-8°, 120 p. (lien notice BnF?)
  • Jean-Claude Fau, Les Chapiteaux de Conques : Extrait des "Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France", Toulouse, É. Privat, coll. « Visions méridionales »,‎ 1956, In-4°, 108 p. (lien notice BnF?)
  • Jean-Claude Fau et Abbaye Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire (photogr. Jean Dieuzaide), Conques, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « Les Travaux des mois » (no 9),‎ 1973, ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 26 cm, 127 p. (ISSN 0493-797X, lien notice BnF?)
  • Noëlle Devilliers, Sainte-Foy de Conques : sa triomphale histoire, Aurillac, Éd. Gerbert,‎ 1983, 38 p. (lien notice BnF?)
  • Jean-Claude Bonne, L'Art roman de face et de profil : le tympan de Conques, Paris, le Sycomore, coll. « Féodalisme »,‎ 1985, 361 p. (ISBN 2-86262-229-X, ISSN 0751-106X, lien notice BnF?)
  • Elisabeth Bolufer (ill. Alain d'Orange), Sainte Foy de Conques, Conques, Syndicat d'initiative de Conques,‎ 1991, ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 29 cm, 33 p. (lien notice BnF?)
  • Pierre Séguret, Abc de Conques, l'ineffable, Conques, Office du tourisme de Conques,‎ 1994, ill., couv. ill. en coul. ; 27 cm, 128 p. (ISBN 2-9508479-0-0, lien notice BnF?)
  • Xavier Kawa-Topor, Conques : le tympan, Toulouse, Le Pérégrinateur éd., coll. « L'esprit curieux » (no 1),‎ 1997, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 19 cm, 10 p. (ISBN 2-910352-12-9, ISSN 1631-6258, lien notice BnF?)
  • Xavier Kawa-Topor, Conques : le trésor, Toulouse, Le Pérégrinateur éd., coll. « L'esprit curieux » (no 2),‎ 1997, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 19 cm, 12 p. (ISBN 2-910352-13-7, ISSN 1631-6258, lien notice BnF?)
  • Danielle Gaborit-Chopin (Éditeur scientifique) et Élisabeth Taburet-Delahaye (Éditeur scientifique), Le trésor de Conques : exposition du 2 novembre 2001 au 11 mars 2002, Paris, Musée du Louvre, Paris, Monum, Éd. du patrimoine : Louvre,‎ 2001, ill. en noir et en coul., couv. et jaquette ill. en coul. ; 28 cm, 79 p. (ISBN 2-901785-18-2, lien notice BnF?)
  • Dominique-Marie Dauzet, Petite vie de Sainte-Foy, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Petite vie »,‎ 2002, ill., couv. ill. en coul. ; 18 cm, 119 p. (ISBN 2-220-05137-4, ISSN 0991-4439, lien notice BnF?)
  • Pierre Soulages, Jacques Le Goff et Centre européen d'art et de civilisation médiévale (Éditeur scientifique) (préf. Xavier Kawa-Topor), De la pertinence de mettre une oeuvre contemporaine dans un lieu chargé d'histoire : entretien / Pierre Soulages, Jacques Le Goff (Textes de la conférence de P. Soulages et J. Le Goff organisée par le Centre européen d'art et de civilisation médiévale de Conques le 25 septembre 1995), Toulouse, Le Pérégrinateur éd.,‎ 2003, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 30 p. (ISBN 2-910352-42-0, lien notice BnF?)
  • Emmanuelle Jeannin (photogr. Henri Gaud), Conques, Moisenay, Éd. Gaud, coll. « Monuments et histoires »,‎ 2004, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 26 cm, 80 p. (ISBN 2-84080-126-4, ISSN 1242-8299, lien notice BnF?)
  • Jean-Claude Fau (photogr. Pascal Moulin), Conques, Bordeaux, Éd. "Sud-Ouest",‎ 2006, ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 30 cm, 93 p. (ISBN 2-87901-697-5, lien notice BnF?)
  • Robert Taussat et Centre européen d'art et de civilisation médiévale de Conques (Directeur de publication) (photogr. Patrice Thébault), Chapiteaux, Sainte-Foy de Conques, Rodez, Éd. Au fil du temps,‎ 2006, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 15 x 21 cm, 80 p. (ISBN 2-9526745-2-3, lien notice BnF?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]