Basilique Saint-Just de Valcabrère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Saint-Just de Valcabrère
La basilique Saint-Just de Valcabrère
La basilique Saint-Just de Valcabrère
Présentation
Période ou style Roman
Type Basilique
Date de construction Moyen Âge
Destination initiale Église
Propriétaire Commune de Valcabrère
Destination actuelle Église
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
 Patrimoine mondial (1998)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région administrative Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Localité Valcabrère
Localisation
Coordonnées 43° 01′ 42″ N 0° 35′ 05″ E / 43.02836111, 0.584777778 ()43° 01′ 42″ Nord 0° 35′ 05″ Est / 43.02836111, 0.584777778 ()  

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Basilique Saint-Just de Valcabrère

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique Saint-Just de Valcabrère

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Basilique Saint-Just de Valcabrère

La basilique Saint-Just de Valcabrère est un édifice de style roman des XIe et XIIe siècles. Elle se trouve sur la commune de Valcabrère, en Comminges, à 17 km au sud-ouest de Saint-Gaudens (département de la Haute-Garonne, région Midi-Pyrénées, France).

Elle est classée monument historique et, au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1998.

Histoire[modifier | modifier le code]

La basilique Saint-Just et au loin, Saint-Bertrand-de-Comminges et sa cathédrale

Un kilomètre à l'est de la cathédrale Notre-Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges, la basilique est citée pour la première fois dans le Livre des Miracles de saint Bertrand du notaire Vital, qui suggère une occupation depuis l'époque romaine. La basilique actuelle fut bâtie aux XIe et XIIe siècles[1], et consacrée en 1200 par l'évêque Raymond-Arnaud de Labarthe.

Des fouilles ont permis de démontrer que le site était occupé depuis fort longtemps. En témoignent le sarcophage du IVe siècle et les nombreux remplois antiques dans la construction.

Dès 1840, elle est classée monument historique[2].

En 1998, elle est, avec 70 autres monuments français, inscrite au patrimoine mondial de l'humanité « au titre des chemins de Compostelle »[3].

Description[modifier | modifier le code]

L'accès à la basilique s'effectue en pénétrant d'abord dans le cimetière dont le portail d'entrée, du XIIIe siècle, est inscrit aux monuments historiques depuis 1926[4].

Des pierres provenant de la ville romaine de Lugdunum Convenarum ont servi à sa construction et l'on trouve çà et là des bas-reliefs, des colonnes et chapiteaux de l'époque romaine qui ont été réutilisés.

Le portail[modifier | modifier le code]

Le portail est surmonté d'un tympan où l'on peut voir un Christ assis, bénissant et tenant un livre dans sa main gauche. Il est entouré d'une mandorle que portent saint Marc et saint Jean ; ils sont entourés par les deux autres évangélistes Matthieu et Luc et surmontés de deux anges. De chaque côté du portail on trouve des statues colonnes représentant le diacre saint Étienne, saint Just et saint Pasteur ainsi que sainte Hélène. Au-dessus de chaque statue, des chapiteaux racontent le martyre des quatre saints.

Le chevet[modifier | modifier le code]

Le chevet

Le chevet de la basilique est composé de l'abside et de deux absidioles disposées sur un plan polygonal avec des contreforts. Ce dispositif engendre cinq réduits entre les deux absidioles. L'abside centrale, enfermée dans un mur polygonal est couverte d'une toiture à pans coupés. Le chevet, vu son architecture, ne peut être antérieur au XIIe siècle.

L’intérieur[modifier | modifier le code]

Le vaisseau central est divisé en quatre travées. Le chœur est en hémicycle, les absidioles communiquent avec le chœur par une petite porte et une fenêtre.

Les deux bénitiers à l'entrée sont creusés dans des chapiteaux romains, et de nombreuses pierres provenant de la ville romaine de Lugdunum Convenarum ont été réutilisées. Les colonnes et chapiteaux de la nef, de l'abside et des absidioles en sont des remplois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Schenck-David, Saint-Just de Valcabrère, page 5
  2. « Église Saint-Just », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 3 juillet 2010.
  3. Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France sur le site du Patrimoine mondial. Consulté le 3 juillet 2010.
  4. « Cimetière », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 3 juillet 2010.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Durliat, Victor Allègre, Pyrénées romanes, Zodiaque, 1969
  • Anne Laroche de Rosa, Parcours initiatique et Regard symbolique La basilique de St Just de Valcabrère, Les Deux Océans, Paris, 2004, (ISBN 2-86681-124-0)
  • Jean-Luc Schenck-David, Saint-Just de Valcabrère, Éditions Jean-Paul Gisserot, juin 2007, (ISBN 9782877479547)
  • Christian Jacq et François Brunier. Saint-Just-de-Valcabrère. Paris : Éditions des Trois mondes, 1975, 31 p. (Collection Guides et pèlerinages ; 2). Bibliogr. p. 30

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]