Thuriféraire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enfant de chœur. Huile sur toile de Julius Scholtz représentant un thuriféraire qui rassemble le haut des chaînes de l'encensoir dans sa main fermée[1] (1854).

Le thuriféraire (du latin turifer, « porteur d'encens », lui-même composé d'un mot grec θυς, thus, l'encens et du latin ferre, « porter ») est le servant d'autel chargé du maniement de l'encensoir lors de la messe ou de certains offices de la liturgie catholique, anglicane ou luthérienne. Il est parfois accompagné du naviculaire, servant qui s'occupe de porter la navette contenant l'encens.

La fumée de l'encens que porte le thuriféraire symbolise à la fois le respect, la purification, et la prière qui monte vers Dieu : «  Que ma prière devant toi s'élève comme un encens  » (Psaume 140), aussi le thuriféraire veille à ce que l'encensoir soit toujours allumé pendant la cérémonie.

L'encensoir est aussi utilisé lors de la Divine Liturgie orthodoxe, mais il est manié en général par un prêtre ou un diacre.

Rôle du thuriféraire dans la messe selon le rite romain[modifier | modifier le code]

Le thuriféraire intervient à de nombreuses reprises pendant la messe.

Avant que la célébration ne débute, le thuriféraire prépare l'encensoir. Puis, juste avant que ne débute la procession d'entrée, il fait imposer l'encens par le célébrant.

Ouverture de la célébration[modifier | modifier le code]

Le thuriféraire s'avance en tête de procession, avec l'encensoir fumant. Il est parfois accompagné du naviculaire, qui est légèrement en retrait par rapport à lui. L'encensoir se tient dans la main droite. En présence d'un naviculaire, le thuriféraire pose sa main gauche sur la poitrine. Sinon, il porte la navette de la main gauche, contre sa poitrine. À la fin de la procession d'entrée, si le prêtre le désire, il peut encenser l'autel et la croix. Le thuriféraire, qui se tient alors sur le côté droit de l'autel, lui tend alors l'encensoir fumant. Pendant que le prêtre encense, le thuriféraire l'accompagne en retenant sa chasuble ; il s'incline en même temps que lui quand cela est requis.

Liturgie de la parole[modifier | modifier le code]

Après la deuxième lecture, avant ou pendant l'Alleluia, le thuriféraire présente l'encensoir au ministre présidant la cérémonie, qui impose l'encens et le bénit. Puis le thuriféraire tend l'encensoir au ministre effectuant la lecture, qui encense le livre par trois coups triples avant de commencer la lecture de l'Évangile.

Pendant la lecture de l'Évangile, le thuriféraire se tient en face de l'ambon et balance l'encensoir durant la lecture de l'Évangile, à la différence qu'il balance l'encensoir en direction de l'ambon donc d'avant en arrière. Si la disposition des lieux ne le permet pas, il se tient devant l'autel, et balance l'encensoir latéralement.

À la fin de la lecture de l'Évangile, il dépose l'encensoir et retourne à sa place.

Offertoire[modifier | modifier le code]

Un thuriféraire portant un surplis blanc

Pendant l'offertoire, juste avant le rite du lavabo, le thuriféraire tend l'encensoir au prêtre qui met de l'encens, le bénit et encense ensuite les dons, la croix et l'autel. Puis, le thuriféraire encense le prêtre célébrant (par trois fois trois coups), puis les concélébrants éventuels, puis les autres servants d'autel, et enfin l'assemblée (par trois fois trois coups).

Consécration[modifier | modifier le code]

Juste après le Sanctus, le thuriféraire peut se diriger aux pieds de l'autel. Pendant la consécration, lors de l'élévation de l'hostie et du calice, le thuriféraire les encense de trois coups triples. Il regagne sa place en principe après la doxologie, ou parfois au moment de l'anamnèse.

Envoi[modifier | modifier le code]

Le thuriféraire pendant la procession de la liturgie d'envoi se place après le cruciféraire, l'église n'ayant plus besoin d'être purifiée.

Sens figuré[modifier | modifier le code]

Au sens figuré, un thuriféraire est un flatteur, un flagorneur[2], cette métaphore attestée en 1801 dans un usage littéraire rappelant le rôle de l'encenseur qui offrait de l'encens aux faux dieux, activité proche de l'idolâtrie[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Missel romain 2002 admet cette pratique car la recommandation de tenir le haut des chaînes, le pouce passé dans le grand anneau, le médius dans le petit anneau de la chaîne qui soulève le couvercle, est peu commode. Source : Fonction du thuriféraire, Missale Romanum 2002 en concordance avec la pratique léguée
  2. Page thuriféraire sur le site Le Trésor de la langue française informatisé]
  3. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert,‎ 1998, p. 3620

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Servir la messe - Guide de l'enfant de chœur, Jean-Pierre Cartier, CLD, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]