Louis Wagner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’endurance automobile image illustrant le sport automobile image illustrant l’aéronautique
Cet article est une ébauche concernant l’endurance automobile, le sport automobile et l’aéronautique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wagner.
Louis Wagner
{{{alternative}}}

Louis Wagner en 1924 (évoluant alors sur Alfa Romeo).

Date de naissance
Lieu de naissance Le Pré-Saint-Gervais
Date de décès
Nationalité Drapeau de la France France
Louis Wagner sur Darracq en 1905.
La Darracq victorieuse de Louis Wagner (à G.),..
..lors de la Vanderbilt Cup de 1906.
Louis Wagner sur Fiat au Grand Prix de France 1908 à Dieppe.
2e semaine aéronautique de Champagne (en 1910).
Louis Wagner au Grand Prix de France en 1914.
L. Wagner au volant d'une Peugeot 174S pour les 24 Heures du Mans 1926.
L. Wagner au Grand Prix de France en 1922.

Louis Wagner ( au Pré-Saint-Gervais à Montlhéry) était un pilote automobile et d'avion français, actif en course sur quatre roues entre 1903 et 1927.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle il travaille comme mécanicien pour Léon Bollée (fils d'Amédée), puis il est embauché en 1900 par Darracq où son talent s'exerce essentiellement sur les voiturettes de la marque, pour laquelle il court de 1903 à 1907, participant ainsi au Paris-Madrid de 1903 sur une 80HP (30e). En 1904, il obtient le kilomètre départ arrêté du Meeting d'Arras, sur Darracq[1]. Il remporte le Circuit des Ardennes en 1905, en catégorie voiturettes, et la même année il est troisième de classe avec ce type de véhicule Darracq dans le Paris-Madrid, lorsque la course est arrêtée d'autorité à Bordeaux. En juillet il gagne la Coupe de Caters à Doullens (500 mètres en côte), puis il bat le record du monde des 10 kilomètres à Ostende, grâce à sa Darracq des éliminatoires de la coupe Gordon Bennett[2]. En août il gagne encore le Circuit des Voiturettes du circuit des Ardennes, et il bat deux jours après le record du monde des 100 kilomètres, avec la voiture[3].

Wagner est notamment connu pour avoir remporté la troisième édition de la Coupe Vanderbilt sur Darracq en 1906, la première édition du Grand Prix des États-Unis sur Fiat en 1908 à Savannah (course à laquelle il participe en 1908, 1909 et 1910, obtenant sur le circuit le record mondial du mille départ lancé en 1908, à 90mp/h), et la première édition du Grand Prix de Grande-Bretagne sur Delage en 1926 au circuit de Brooklands (avec Robert Sénéchal). Le 19 mai 1908, il remporte la catégorie II (alésage de 107 à 130mm) sur Fiat toujours comme pilote d'usine lors de la course Saint-Pétersbourg-Moscou -victoire finale de Victor Hémery avec un véhicule plus puissant de catégorie I, une Benz, Wagner troisième au général-, après 686.5 kilomètres disputés[4]. En juin 1912, Wagner finit deuxième du Grand Prix automobile de France sur Fiat S74 (derrière Georges Boillot et sa Peugeot), puis il récidive à la même place en juillet 1914 dans cette épreuve, à la veille du premier conflit mondial, cette fois sur une Mercedes comme pilote officiel de Daimler AG.

Louis Wagner obtient son brevet de pilotage aérien en 1910, et décroche de nombreux premiers prix lors de son premier meeting à Budapest. Au 2e meeting de Champagne, il obtient le grand prix de vitesse sur monoplan Hanriot dont il est chef pilote d’essai. En 1910 il est présent au meeting de Bournemouth lors du crash fatal de Charles Rolls. Cependant, fin 1910 il abandonne sa carrière de pilote d’avion pour reprendre la course automobile.

Après-guerre il dispute les 500 miles d'Indianapolis 1919 sur Ballot dessinée par Ernest Henry (roue cassée).

En 1921, il termine troisième du premier Grand Prix d'Italie avec le constructeur Fiat où il a repris du service sur la 802: avec Jules Goux et Jean Chassagne il obtient un triplé français inédit pour cette innovante épreuve nationale transalpine. En 1922, la quarantaine désormais entamée, il court pour Rolland-Pilain où il retrouve son ami Victor Hémery, puis après une saison vierge il réussit une deuxième place au Grand Prix d'Italie à Monza, ainsi qu'une quatrième à l'A.C.F., avec l'Alfa Romeo P2 8C 2000 en 1924.

En 1925, Wagner finit encore deuxième de la Targa Florio, sur Peugeot 174S 4L.[5] ainsi que deuxième lors du GP de l'A.C.F. associé à Paul Torchy sur la 2LCV de Delage, puis en 1926 il remporte le premier RAC Grand Prix (le GP de Grande-Bretagne) au côté de Robert Sénéchal en Delage 155B, ainsi que le GP de La Baule avec la Delage 2LCV[6] (à 44 ans)[7]. En 1927 il abandonne alors qu'il dispute le GP de l'A.C.F. sur une Talbot 700. Il a alors 45 ans, et il aura disputé en tout dix GP de l'A.C.F. (1906, 1907, 1908, 1912, 1914 -5 des 6 éditions organisées avant-guerre-, 1921, 1922, 1924, 1925 et 1927) en obtenant trois deuxième places (1912, 1914, et 1925).

Atteint d'un diabète, il doit être amputé d'une jambe gagnée par une tuberculose osseuse durant les années 1950, alors qu'il est devenu le directeur de l'autodrome de Linas-Montlhéry après y avoir enseigné la conduite, lieu où il décède[8].

Victoires en courses de côte[9][modifier | modifier le code]

  • Course de côte de Doullens (nord d'Amiens) en 1905 (2e édition), sur Darracq 80 hp ;
  • Coupe de Caters (Doullens) en 1905, sur Darracq 80 hp (Automobile Club du Nord) ;
  • Course de côte de Thiers des Crichtons « Crickions » (Liège) en 1905, sur Darracq 80 hp ;
  • Coupe de Caters (Mont Lombert, Boulogne-sur-Mer) en 1906, sur Darracq 100 hp.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Vie au Grand Air du 2 juin 1904, p.441.
  2. La Vie au Grand Air du 21 juillet 1905, p.605.
  3. La Vie au Grand Air du 11 août 1905, p.1.
  4. Early Motor racing in Russia, 1898-1914 (AutoSport).
  5. Détails annuels de la Targa florio
  6. 1926 Grand Prix (team DAN).
  7. (en 1926 toujours, il est l'auteur du meilleur temps au tour lors du GP d'Europe organisé à Lasarte sur la Delage 155B -4e avec André Morel et Edmond Bourlier-, puis une semaine plus tard il finit troisième du GP d'Espagne avec Robert Benoist sur 2LCV, encore à Lasarte)
  8. Wilhelm Werner (deux années de discussion sur le pilote, entre 2003 et 2004 sous la direction de Hans Etzrodt et de Robert Dick - AutoSport).
  9. Hill Climb Winners 1897-1949, by Hans Etzrodt.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Louis Wagner, vainqueur du premier Grand Prix des États-Unis, en 1908.