Gare de Saint-Brieuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Brieuc
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Brieuc
Le bâtiment voyageurs, vu de la place.
Localisation
Pays France
Commune Saint-Brieuc
Adresse Place François-Mitterrand
22000 Saint-Brieuc
Coordonnées géographiques 48° 30′ 27″ nord, 2° 45′ 54″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Code UIC 87473009
Services TGV
TER Bretagne
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Montparnasse à Brest
Saint-Brieuc à Pontivy
Saint-Brieuc au Légué
Voies 5 (+ voies de service)
Quais 3
Transit annuel 1 340 194 voyageurs (2019)
Altitude 99 m
Historique
Mise en service 7 septembre 1863
Correspondances
TUB A, D, E, 7, 40, 50, 60, 80, 90, 120, NCV, M1 à M3, N1 à N3, DF1 à DF3
Cars BreizhGo 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 19, Saint-Brieuc-Loudéac-Pontivy-Vannes/Lorient
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Saint-Brieuc
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Saint-Brieuc
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Saint-Brieuc

La gare de Saint-Brieuc est une gare ferroviaire française des lignes de Paris-Montparnasse à Brest, de Saint-Brieuc à Pontivy et de Saint-Brieuc au Légué. Elle est située sur le territoire de la commune de Saint-Brieuc, préfecture du département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

Elle est mise en service en 1863 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par le TGV Atlantique et des trains express régionaux de Bretagne (TER Bretagne).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 99 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Saint-Brieuc est située au point kilométrique (PK) 474,570[1] de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, entre les gares d'Yffiniac et de La Méaugon.

Elle est également l'origine de la ligne de Saint-Brieuc à Pontivy et de la ligne de Saint-Brieuc au Légué, toutes deux exploitées en trafic fret.

La gare et les quais vus de la passerelle, avec un TER pour Dinan.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de 1931, peu après son achèvement.

La gare de Saint-Brieuc est mise en service par la compagnie des chemins de fer de l'Ouest, le [2], lors de l'inauguration de la section de Rennes à Guingamp de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest.

De 1905 à 1956, Saint-Brieuc possédait une deuxième gare avec la gare centrale du réseau à voie métrique des chemins de fer des Côtes-du-Nord (CdN).

La passerelle surplombant les voies et joignant le quartier de Robien au centre-ville, construite en 1909, est l'œuvre de Louis Harel de la Noë. Elle a été détruite fin [3].

Le bâtiment voyageurs et les installations de la gare de la compagnie de l'Ouest sont remplacés en 1931. La gare est rénovée en 1988 à l'occasion de l'électrification de la section de ligne de Rennes à Brest. Une nouvelle remise en état de la voûte du bâtiment voyageurs intervient en 2006.

Selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare figure dans le tableau ci-dessous[4].

Année 2019 2018 2017 2016 2015
Voyageurs seuls 1 340 194 1 235 284 1 277 265 1 217 822 1 217 908
Voyageurs et non voyageurs 1 675 242 1 544 106 1 596 582 1 522 278 1 522 386

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs avec guichets ouverts tous les jours[5].

Depuis , elle dispose de bornes pour la validation des titres de transports sur les cartes à puce KorriGo.

Desserte[modifier | modifier le code]

TGV[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par le TGV Atlantique des relations Paris-Montparnasse - Rennes - Brest / Lannion[6].

TER Bretagne[modifier | modifier le code]

Saint-Brieuc est desservie[5] par des trains TER Bretagne qui circulent sur les lignes no 1 (Rennes - Brest), no 16 (Rennes - Lamballe - Saint-Brieuc), no 20 (Lannion - Saint-Brieuc), no 21 (Saint-Brieuc - Morlaix - Brest) et no 24 (Dol-de-Bretagne - Dinan - Saint-Brieuc). Un service d'autocars du TER Bretagne fonctionne avec la ligne no 27 (Saint-Brieuc - Pontivy - Vannes/Lorient) accessible sur le parking de la gare.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Il existe un parking payant face à la gare.

La gare est desservie par les lignes A, D, E, 4, 7, 40, 50, 60, 80, 90, 120 et NCV (tôt le mati par les lignes M1 à m3, en soirée par les lignes N1 à N3 et les dimanches et jours fériés par les lignes DF1 à DF3 uniquement) des Transports urbains briochins (TUB) et par les lignes 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 19 et Saint-Brieuc-Loudéac-Pontivy-Vannes/Lorient des cars du réseau régional BreizhGo.

Il y a aussi de nombreux taxis présents à toute heure.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[7]. Elle dessert en outre des installations terminales embranchées.

Pôle d'échanges multimodal[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble du pôle d'échanges.

Le pôle d'échanges multimodal répond a plusieurs objectifs : accompagner le réaménagement des alentours de la gare et ouvrir cette dernière vers le sud et se préparer à l'arrivée de la LGV Bretagne-Pays de la Loire en 2017 permettant de relier Saint-Brieuc à Paris en seulement h 10, et la hausse de la fréquentation de 1,2 à 2 millions de voyageurs annuels en 2020[8],[9]. Il coûtera 27,5 millions d'euros et est porté par sept partenaires[9] : Saint-Brieuc Agglomération, la ville de Saint-Brieuc, l'État, la région Bretagne, le département des Côtes-d'Armor, SNCF Gares & Connexions et SNCF Réseau.

Le projet a été dévoilé le durant le conseil communautaire[8]. Les architectes retenus à la suite d'un concours sont l’Atelier villes et paysages, de Vannes[8]. Le projet avait un coût initial de 14 millions d'euros hors-taxes[8], puis réévalué à 24 millions d'euros en 2014[10].

La gare sera ouverte vers le sud, avec la création d'un parking-silo de 250 places, qui sera séparé des immeubles par un jardin, et de deux aires de stationnement de 90 places chacune. Le dépose-minute et la soixantaine de places de stationnement de courte durée seront également déplacées côté sud[9]. Une esplanade sera construite autour du boulevard Carnot et sera équipée des automates et des tableaux d'affichage de la SNCF ainsi que d'espaces commerciaux[9]. La future gare routière se trouvera quant à elle au nord de la gare, en face de l'amicale laïque, et remplacera l'actuelle gare urbaine (aussi nommée gare routière) afin de centraliser les correspondances entre les différents modes de transport.

Les deux côtés seront reliés par une nouvelle passerelle qui prendra la place de la passerelle construite par Louis Harel de la Noë en 1909[3].

L'enquête publique, menée début 2016, a conduit la commission d'enquête a rendre un avis favorable en émettant quelques réserves[11] : l'impact visuel du parking-silo de 250 places (124,5 m de long, 20 m de large, 15 m de haut), la démolition de l'ancienne passerelle « mal acceptée par la population en raison de son caractère patrimonial, même mineur », bien qu'étant vétuste et plus du tout aux normes, et la non-mise en place d'une passerelle provisoire pour des raisons financières et a suggéré des aménagements urbains pour l'entrée sud, validés par Saint-Brieuc Agglomération.

Chronologie du projet[modifier | modifier le code]

L'ancienne passerelle Harel de la Noë de nuit.

Les travaux du nouveau pôle d'échanges s'étalent de 2014 à 2018[9],[12] :

  • fin 2014 : démolition du bâtiment du Sernam boulevard Carnot. Le terrain vague laissé par la suite a servi de parking sauvage puis a été fermé tardivement en alors que cette fermeture était prévue en  ;
  • de juin à  : début des travaux dans le hall de la gare avec notamment en septembre la déconstruction du buffet de la gare, bar-restaurant aussi connu sous le nom de Quai no 1, afin de supprimer les annexes et de redonner au bâtiment voyageurs son aspect extérieur d'origine ;
  • de janvier à  : déconstruction de la passerelle datant de 1909 fin-avril, puis reconstruction d’une nouvelle passerelle préfabriquée qui sera ouverte à la fin de l'année[3]. Le nouvel ouvrage comprendra des ascenseurs aux extrémités et sur les quais ;
  • du au  : enquête publique ;
  •  : création de nouveaux locaux pour les loueurs de voitures et pour la police ferroviaire, à l'étage. La partie centrale est fermée et le vendeur de journaux Relay déménage dans un espace de vente provisoire ;
  • de mars à  : livraison de l’accueil de la gare et de l’espace de vente intermodal ;
  • de à  : livraison du hall 1 et ouverture en mars/avril des nouveaux commerces ;
  • de à  : construction du parking silo de 250 places côté Robien (côté sud) et de la nouvelle gare routière à l'emplacement du bâtiment du Sernam ;
  • de à  : réaménagement du boulevard Carnot et de la rue Pierre-Sémard ;
  • deux premiers semestres de 2017 : réaménagement des parvis nord et sud de la gare pour coïncider avec l'ouverture de la LGV en mai ;
  • premier semestre de 2018 : réalisation d’un jardin d’environ 2 000 m2 entre le parking aérien et le boulevard Carnot.

La gare au cinéma[modifier | modifier le code]

Scènes de films tournées à la gare de Saint-Brieuc :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), volume 1, page 154.
  2. Université de Rennes faculté des lettres et sciences humaines, Annales de Bretagne, volumes 72 à 73, Facultés des lettres et sciences humaines, Universities of Rennes et Nantes, 1965, p. 531 extrait (consulté le 10 septembre 2010)
  3. a b et c Début de la déconstruction de la passerelle, article sur Ouest-France.fr du 27 avril 2016, consulté le 25 mai 2016.
  4. « Fréquentation en gares : Saint-Brieuc », sur SNCF Open Data, traitement du [cf. l'onglet des informations] (consulté le ).
  5. a et b « Services & Gares / Gare (de) St-Brieuc », sur http://www.ter.sncf.com/, (consulté le ).
  6. Site SNCF Gares en mouvement, Saint-Brieuc lire en ligne (consulté le 10 septembre 2010).
  7. Site Fret SNCF : la gare de Saint-Brieuc.
  8. a b c et d « Saint-Brieuc. Le projet de la gare retenu pour 2017 », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  9. a b c d et e « Saint-Brieuc. À la gare, on devra changer nos habitudes », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  10. « Saint-Brieuc. Un pôle multimodal à 24 millions d'euros », sur http://www.entreprises.ouest-france.fr, (consulté le ).
  11. « Pôle d'échanges multimodal. Des « bons points » et des suggestions », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le ).
  12. « Pôle d'échange multimodal : 4 ans de travaux », sur ouest-france.fr, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pol de Courcy, De Rennes à Brest et à Saint-Malo : Itinéraire descriptif et historique, Paris, Hachette et Cie, coll. « Guides-Joanne », , 421 p. (lire en ligne), p. 2-3.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Lannion
ou Brest
Guingamp
ou Plouaret-Trégor
ou Brest
TGV Lamballe
ou Rennes
Paris-Montparnasse
Brest Guingamp TER Bretagne Lamballe Rennes
Lannion Châtelaudren - Plouagat TER Bretagne Terminus Terminus
Guingamp
ou Terminus
La Méaugon
ou Terminus
TER Bretagne Yffiniac Rennes
Terminus Terminus TER Bretagne Yffiniac Dinan