Vinča (Grocka)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vinca.
Vinča
Винча
Vinča vue du ciel
Vinča vue du ciel
Administration
Pays Drapeau de la Serbie Serbie
Province Serbie centrale
Région Šumadija
Podunavlje
District Ville de Belgrade
Municipalité Grocka
Code postal 11 351
Démographie
Population 6 779 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 36″ nord, 20° 37′ 11″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte administrative de Serbie
City locator 14.svg
Vinča

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte topographique de Serbie
City locator 14.svg
Vinča

Vinča (en serbe cyrillique : Винча) est une localité de Serbie située dans la municipalité de Grocka et sur le territoire de la Ville de Belgrade. Au recensement de 2011, elle comptait 6 779 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la municipalité de Grocka dans la Ville de Belgrade

Vinča est située à 13 km de Belgrade, au confluent du Danube et de la Bolečica. Formant une agglomération avec Ritopek, Boleč, Leštane et Kaluđerica, la localité reste officiellement considérée comme un village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vinča-Belo brdo.

En 1908, sur le site de Belo brdo situé sur le territoire de Vinča, une équipe d’archéologues dirigée par Miloje Vasić a effectué des fouilles qui ont mis au jour d’importants vestiges datant de la période néolithique ; compte tenu de l’importance des découvertes réalisées, on a donné le nom de la localité voisine à la culture qui s’est développée le long du Danube entre 6 000 et 3 000 av. J.-C. : elle est désormais connue sous le nom de culture de Vinča[2],[3] ; en raison de son importance, le site est inscrit sur la liste des sites archéologiques d'importance exceptionnelle de la République de Serbie[4].

Figurine en argile retrouvée sur le site de Vinča-Belo brdo, British Museum

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2002 2011
1 767 2 047 2 247 2 280 3 653 5 213 5 819[5] 6 779[1]
Évolution de la population

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)

En 2002, l'âge moyen de la population était de 37 ans pour les hommes et 38,5 ans pour les femmes[6].

Répartition de la population par nationalités (2002)

En 2002, les Serbes représentaient 94,08 % de la population et les Monténégrins 1,46 %[7].

Données de 2011[modifier | modifier le code]

En 2011, l'âge moyen de la population était de 39,4 ans, 38,3 ans pour les hommes et 40,6 ans pour les femmes[8].

Éducation et institut nucléaire[modifier | modifier le code]

L'école élémentaire de Vinča

L'Institut des sciences nucléaires de Vinča[9] possède deux réacteurs nucléaires de recherche, dont 1 de 6,5 mégawatts, et une quantité relativement importante de matières nucléaires et radioactives. La quantité d'uranium et de plutonium présente à Vinča pourrait être utilisée pour fabriquer des bombes radiologiques[réf. nécessaire]. En décembre 2010, 2,5 t de matières radioactives ont été envoyées en Russie à l'installation de retraitement de Mayak[10].

Le Centre d'éducation permanente de Vinča (en serbe : Centar za permanentno obrazovanje) dépend de l'Institut des sciences nucléaires[11], tout comme l'école d'informatique[12].

Site de stockage de déchets nucléaires[modifier | modifier le code]

Début novembre 2011 a été ouvert un hangar de stockage de déchets radioactifs, d'une capacité de stockage de 8 600 tonneaux de 200 litres soit 1 700 m3 de déchets radioactifs. Cette construction, qui a débuté en 2007, est soutenue par l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et par les États-Unis, en raison de la vétusté des anciens hangars et du risque de saisie des matériaux radioactifs par des terroristes nucléaires. La population de Belgrade est inquiète quant à elle de l’utilisation de ce site pour des déchets étrangers, bien que « L’importation de déchets radioactifs et de carburants nucléaires usagés étrangers est interdite sur le territoire de la Serbie »[13].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Vinča est principalement fondée sur l'agriculture. La ferme expérimentale de Radmilovac, qui fait partie de la faculté d'agriculture de l'Université de Belgrade est située à l'est de la localité ; on y conserve et étudie une banque de gènes pour les animaux et les semences, notamment liées à la viticulture[14].

Le secteur situé le long du Smederevski put est devenu une zone commerciale, avec des stations-services, des restaurants, des magasins et des supermarchés.

La décharge (deponija) de Belgrade est située à Vinča ; elle a ouvert ses portes en 1977 et s'étend sur 600 000 m2 ; elle est susceptible de traiter plus de 1 300 t de déchets par jour.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le site archéologique de Vinča-Belo brdo, l'un des berceaux de la culture de Vinča, constitue l'une des richesses de la municipalité de Grocka ; depuis 2010, le site est fermé à cause de problèmes liés à des glissements de terrain ; il a été enfoui dans du sable en attendant que ces problèmes soient réglés[15].

Le site de Vinča-Belo brdo, protégé par du sable

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sr+en) « Livre 20 : Vue d'ensemble comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991, 2002 et 2011, données par localités) » [PDF], Pages du recensement de 2011 en Serbie - Institut de statistique de la République de Serbie, (consulté le 23 septembre 2015)
  2. « Culture Vinca », sur http://www.culture.gouv.fr, Site du ministère français de la Culture (consulté le 11 avril 2013)
  3. (en) Nikola Tasić, Dragoslav Srejović et Bratislav Stojanović, « Vinča : Centre of the Neolithic culture of the Danubian region », sur http://www.rastko.org.rs, Site du Projet Rastko (consulté le 11 avril 2013)
  4. (sr) « Vinča-lokalitet Beli breg, Vinča », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 11 avril 2013)
  5. (sr) Livre 9, Population, analyse comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991 et 2002, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, mai 2004 (ISBN 86-84433-14-9)
  6. a et b (sr) Livre 2, Population, sexe et âge, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-01-7)
  7. a et b (sr) « Population par nationalités au recensement de 2002 », sur http://pop-stat.mashke.org (consulté le 23 septembre 2015)
  8. a et b (sr+en) « Recensement de 2011 en Serbie, Livre 2 : Âge et sexe - Données par localités » [PDF], sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistique de la République de Serbie, (consulté le 23 septembre 2015)
  9. (sr)(en) « Site de l'Institut des sciences nucléaires de Vinča » (consulté le 11 avril 2013)
  10. (en) « Serbia gets rid of dangerous nuclear material », sur http://www.setimes.com, (consulté le 11 avril 2013)
  11. (sr) « O nama », sur http://www.vinca.edu.rs, Site du Centre d'éducation permanente de Vinča (consulté le 11 avril 2013)
  12. (sr) « O nama », sur http://www.vincaskola.rs, Site de l'école d'informatique de Vinča (consulté le 11 avril 2013)
  13. « Ouverture d’un site de stockage de déchets nucléaires en Serbie », sur http://www.affaires-strategiques.info, Site de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), (consulté le 11 avril 2013)
  14. (sr) « Ogledno dobro Poljoprivrednog fakulteta "Radmilovac" », sur http://www.agrif.bg.ac.rs, Site de la faculté d'agriculture de l'Université de Belgrade (consulté le 11 avril 2013)
  15. (sr) Perica Luković, « Kulturno blago iza zaključane kapije », sur http://www.blic.rs, Blic, (consulté le 11 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]