Aller au contenu

Vicques (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vicques
Vicques (Calvados)
L'église Saint-Gervais.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Falaise
Maire
Mandat
Jean-Yves Leboucq
2020-2026
Code postal 14170
Code commune 14742
Démographie
Population
municipale
71 hab. (2021 en augmentation de 1,43 % par rapport à 2015)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 54″ nord, 0° 04′ 36″ ouest
Altitude Min. 33 m
Max. 64 m
Superficie 2,66 km2
Type Commune rurale à habitat très dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Falaise
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Vicques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Vicques
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
Vicques
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Vicques

Vicques est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 71 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins de la campagne de Falaise et du pays d'Auge. Son bourg est à 9 km au sud-ouest de Saint-Pierre-sur-Dives, à 12 km au nord-est de Falaise et à 16 km au nord-ouest de Trun[1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[4]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat des plateaux abrités », correspondant à la plaine agricole de Caen à Falaise, sous le vent des collines de Normandie et proche de la mer, se caractérisant par une pluviométrie et des contraintes thermiques modérées[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 689 mm, avec 11,4 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Damblainville à 4 km à vol d'oiseau[6], est de 11,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 716,8 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Vicques est catégorisée commune rurale à habitat très dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[10]. Elle est située hors unité urbaine[11] et hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,1 %), zones agricoles hétérogènes (14,9 %), prairies (4 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes feodum de Wikes en 1198 (Stapelton) ; feodum de Wiches (sans date) ; magister de Wiques en 1233[15] ; Viques (sans date); Vicques début XVIIe siècle (chronique de Jean 1er Canivet ou Canyvet, seigneur du Vaumissel et du Moley)[16] ; Vicques vers 1750 (carte de Cassini d'Argentan).

Les toponymistes, comme Albert Dauzat[17] ou Ernest Nègre[18], n'ont pas traité ce toponyme, seul René Lepelley propose une explication : Vicques aurait pour origine le mot latin vicus, « petite agglomération »[19], alors qu'il ne cite aucune forme ancienne.

Cependant, les autres toponymistes excluent Vicques de la série toponymique remontant au gallo-roman VICU, terme issu du latin vicus[17],[18]. En effet, VICU a abouti régulièrement à vi, vy en langue d'oïl (cf. AMICU > ami), d'où les noms de lieux médiévaux du type Vy, Wy ou terminés par -vy, -wy. En revanche, la graphie Vic ou Vicq au nord de la France (exemples : Vicq (Nord) ; Vy, Vi[20]. Vicq (Yvelines) ; Vi au XIIe siècle[21]) est une réfection savante d'après vicus[21], le nom de ces localités se prononçant traditionnellement « vi » [vi]. C'est ainsi qu'on retrouve en Normandie le composé toponymique Neuvy, dans Neuvy-au-Houlme qui montre bien que le [c] s'est amuï.

D'après les formes anciennes, Vicques remonte à un type *WICAS, dont le radical représente le germanique wīc « village »[15] (éventuellement « hameau, habitation, château », voire « ferme laitière »). Il correspond au vieux saxon wīk, au vieil anglais wīċ (cf. toponymes en -wich) qui, au pluriel, pouvait avoir le sens de « camp »[22]. Vicques se situe près de l'isoglosse où [w] est régulièrement passé à [v] au XIIe siècle, alors qu'au sud de cet isoglosse, il a abouti à [g] antérieurement.

Remarques : Il possède un correspondant exact en Angleterre, Wix (Essex, Wikes 1191 ; Wiches 1198[23]). On identifie le même appellatif dans le nom de trois communes du Bessin en -(v)ieu(x), à savoir : Sommervieu, Manvieux et Audrieu[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 mars 2001 Michel Tesnière    
mars 2001[24] novembre 2011[24] Bernard Lucas SE Fabricant d'aliments de bétail
janvier 2012[25] En cours Jean-Yves Leboucq[26] SE Responsable de zone de vente
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de sept membres dont le maire et un adjoint[26].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2021, la commune comptait 71 habitants[Note 2], en augmentation de 1,43 % par rapport à 2015 (Calvados : +1,02 %, France hors Mayotte : +1,84 %). Vicques a compté jusqu'à 184 habitants en 1831. Elle est la commune la moins peuplée du canton de Morteaux-Coulibœuf.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
161156170182184171157133122
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
11110910911011010010010097
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
827978686781737981
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
806053536350525265
2017 2021 - - - - - - -
7071-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La nef de l'église Saint-Gervais.
  • Situés sur la rive droite de la Dives, le château de Vicques, du XVIe siècle, sa chapelle Notre-Dame et son colombier sont inscrits au titre des Monuments historiques depuis le [31].
  • L'église Saint-Gervais a été édifiée en 1734 pour remplacer l'ancienne devenue trop excentrée[32]. Elle a été construite à l'emplacement d'une chapelle Saint-Roch.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  6. « Orthodromie entre Vicques et Damblainville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Damblainville » (commune de Damblainville) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Damblainville » (commune de Damblainville) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  10. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  11. Insee, « Métadonnées de la commune ».
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. a b et c François de Beaurepaire (préf. Michel Tamine), Les Noms de lieux du Calvados (annoté par Dominique Fournier), Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-14-028854-8), p. 376
  16. Site historique de Vierville-sur-mer
  17. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 711ab - 712a
  18. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Volume Ier Formations préceltiques celtiques, romanes ; Droz, Genève, p. 381, N°5925 (lire en ligne) [1]
  19. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 133
  20. Statistique archéologique du département du Nord - seconde partie- 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books, p. 421.
  21. a et b Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  22. Fernand Mossé, Manuel de l'anglais du Moyen Âge des origines au XIVe siècle, T. I vieil anglais grammaires et textes, notes et glossaires, Bibliothèque de philologie germanique Fondée par A. Jolivet et F. Mossé, Volume VIII, Aubier Montaigne, 1945, p. 524b.
  23. Eilert Ekwall, The Concise Oxford Dictionary of English Place-names, p.529.
  24. a et b « Ouest-france.fr - Le maire de Vicques est décédé » (consulté le ).
  25. « Ouest-france.fr - Jean-Yves Leboucq, nouveau maire de Vicques » (consulté le ).
  26. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Vicques. Un troisième mandat pour Jean-Yves Leboucq », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  31. « Château », notice no PA00111795, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 2, Caen, Hardel, (lire en ligne), p. 384

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :