Vicques (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Calvados
Cet article est une ébauche concernant une commune du Calvados.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vicques.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Vic, Vich et Vicq.
Vicques
L'église Saint-Gervais.
L'église Saint-Gervais.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Falaise
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Falaise
Maire
Mandat
Jean-Yves Leboucq
2014-2020
Code postal 14170
Code commune 14742
Démographie
Population
municipale
70 hab. (2014)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 54″ nord, 0° 04′ 36″ ouest
Altitude Min. 33 m – Max. 64 m
Superficie 2,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Vicques

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Vicques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vicques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vicques

Vicques est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 70 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins de la campagne de Falaise et du pays d'Auge. Son bourg est à 9 km au sud-ouest de Saint-Pierre-sur-Dives, à 12 km au nord-est de Falaise et à 16 km au nord-ouest de Trun[1].

Communes limitrophes de Vicques[2]
Jort,
Bernières-d'Ailly
Jort Jort
Bernières-d'Ailly Vicques[2] Louvagny
Bernières-d'Ailly,
Morteaux-Coulibœuf
Morteaux-Coulibœuf Louvagny,
Morteaux-Coulibœuf

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Viques (sans date), Vicques début XVIIe siècle (chronique de Jean 1er Canivet ou Canyvet, seigneur du Vaumissel et du Moley)[3], Vicques vers 1750 (carte de Cassini d'Argentan).

La plupart des toponymistes, comme Albert Dauzat[4] ou Ernest Nègre[5], n'ont pas traité ce toponyme, seul René Lepelley propose une explication : Vicques aurait pour origine le mot latin vicus, « petite agglomération »[6], alors qu'il ne cite aucune forme ancienne.

Cependant, les autres toponymistes excluent Vicques de la série toponymique remontant au gallo-roman VICU, terme issu du latin vicus[4],[5]. En effet, VICU a abouti régulièrement à vi, vy en langue d'oïl (cf. AMICU > ami), d'où les noms de lieux médiévaux du type Vy, Wy ou terminés par -vy, -wy. En revanche, la graphie Vic ou Vicq au nord de la France (exemples : Vicq (Nord); Vy, Vi[7]. Vicq (Yvelines); Vi au XIIe siècle[8]) est une réfection savante d'après vicus[8], le nom de ces localités se prononçant traditionnellement « vi » [vi]. C'est ainsi qu'on retrouve en Normandie le composé toponymique Neuvy, dans Neuvy-au-Houlme qui montre bien que le [c] s'est amuï.
En ce qui concerne Vicques, si vicus en est bien la source, il faut préalablement considérer la terminaison -es comme fautive et l’élément Vicq- comme le résultat d'une latinisation savante, ce qui est impossible à déterminer sans forme suffisamment ancienne. En revanche, Vicques (canton du Jura, Suisse, Vicum en 866, Vic en 1317, Vicq en 1435) remonte bien à VICU, mais le c final ne s’est jamais amuï dans cette région proche de la frontière linguistique avec l'alémanique.

De manière conjecturelle, en se basant sur des faits connus par ailleurs, on peut faire remonter Vicques à un type *WICAS, dont la désinence -as serait analogue à celle des types toponymiques Boos (Bothas 1049[9]), Tostes / Tôtes (Tostas XIIe[9]), Veules (Wellas 1025[9]), Écalles (Escales fin XIIe[9]). Or, ces toponymes sont tous basés sur un appellatif anglo-saxon ou scandinave[9]. Il est donc possible que Vicq- remonte en réalité au vieux saxon ou au vieil anglais dialectal wīc « village, hameau, habitation, château », voire « ferme laitière ». Il s'agit d'une variante correspondant au vieil anglais wiċ (cf. toponymes en -wich) qui, au pluriel, pouvait avoir le sens de « camp »[10]. Vicques se situe près de l'isoglosse où [w] est régulièrement passé à [v] au XIIe siècle, alors qu'au sud de cet isoglosse, il a abouti à [g] antérieurement.

On note par ailleurs la proximité d'un Tôtes à l'Oudon (9 km).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Michel Tesnière    
mars 2001[11] novembre 2011[11] Bernard Lucas SE Fabricant d'aliments de bétail
janvier 2012[12] en cours Jean-Yves Leboucq[13] SE Responsable de zone de vente
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de sept membres dont le maire et un adjoint[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 70 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Vicques[14]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Vicques a compté jusqu'à 184 habitants en 1831. Elle est la commune la moins peuplée du canton de Morteaux-Coulibœuf.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
161 156 170 182 184 171 157 133 122
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
111 109 109 110 110 100 100 100 97
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
82 79 78 68 67 81 73 79 81
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
80 60 53 53 63 50 52 65 70
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006 [16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La nef de l'église Saint-Gervais.
  • L'église Saint-Gervais a été édifiée en 1734 pour remplacer l'ancienne devenue trop excentrée[18]. Elle a été construite à l'emplacement d'une chapelle Saint-Roch.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Site historique de Vierville-sur-mer
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 711ab - 712a
  5. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Volume Ier Formations préceltiques celtiques, romanes ; Droz, Genève, p. 381, N°5925 (lire en ligne) [1]
  6. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253247-9), p. 133
  7. Statistique archéologique du département du Nord - seconde partie- 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books, p. 421.
  8. a et b Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  9. a, b, c, d et e François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et des anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 48
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
  10. Fernand Mossé, Manuel de l'anglais du Moyen Âge des origines au XIVe siècle, T. I vieil anglais grammaires et textes, notes et glossaires, Bibliothèque de philologie germanique Fondée par A. Jolivet et F. Mossé, Volume VIII, Aubier Montaigne, 1945, p. 524b.
  11. a et b « Ouest-france.fr - Le maire de Vicques est décédé » (consulté le 13 décembre 2014)
  12. « Ouest-france.fr - Jean-Yves Leboucq, nouveau maire de Vicques » (consulté le 13 décembre 2014)
  13. a et b Réélection 2014 : « Vicques (14170) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 juin 2014)
  14. Date du prochain recensement à Vicques, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. « Château », notice no PA00111795, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 2, Caen, Hardel, (lire en ligne), p. 384

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :