Potigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Potigny
Potigny
Une rue de Potigny et ses maisons de mineurs.
Blason de Potigny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Falaise
Maire
Mandat
Gérard Kepa
2020-2026
Code postal 14420
Code commune 14516
Démographie
Gentilé Potignais
Population
municipale
2 077 hab. (2018 en augmentation de 6,29 % par rapport à 2013)
Densité 488 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 16″ nord, 0° 14′ 53″ ouest
Altitude Min. 125 m
Max. 206 m
Superficie 4,26 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Caen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Falaise
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Potigny
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Potigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Potigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Potigny

Potigny est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 2 077 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Potigny est située à environ 23 kilomètres au sud de Caen et 9 kilomètres au nord de Falaise. Elle est desservie par la N 158 qui doit évoluer en A88. Cette autoroute reliera Caen à Alençon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Potigny est une commune rurale[Note 2],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Potigny, une unité urbaine monocommunale[4] de 2 075 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56,6 %), zones urbanisées (26,7 %), prairies (10,2 %), forêts (6,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Postingneium en 1198[11].

Le nom de Potigny vient de Potiniacum (demeure de Potinus)[réf. nécessaire].

Le gentilé est Potignais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, l'ancien manoir de Potigny était le siège d'une haute justice.

De 1790 à 1802 la commune de Potigny est un chef-lieu de canton, puis elle est rattachée au canton de Coulibœuf lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801), puis à celui de Falaise-Nord[12].

En 1907, La Société des mines de Soumont voit le jour. Cette mine de fer métamorphose ce petit bourg rural en cité minière cosmopolite. Dès les années 1920, l’arrivée de populations étrangères pour travailler à la mine bouleverse le patrimoine local. Ce ne sont pas moins de dix-huit nationalités différentes qui viennent constituer la population. « La petite Varsovie » est le surnom donné à cette petite commune, à la suite de l'implantation d’une importante communauté polonaise.

Dès 1908, la construction de logements individuels et collectifs de brique rouge rappelle les corons du Nord de la France.

Fin des années 1940, la communauté polonaise érige sa propre chapelle « Notre-Dame-de-Czestochowa ». La messe y est dite par un curé polonais. Les mineurs attendront la fin des années 1950 pour dédier une chapelle à leur patronne, sainte Barbe.

La fermeture des mines de Soumont en est un réel bouleversement pour Potigny.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1894 1906 Ernest Coudray   Épicier
1906 1919 Louis Lefèvre   Rentier
1919 1945 Paul Barbot    
1945 1965 Bernard Gibert    
1965 1989 René Brosseau[13] PCF Ancien secrétaire du syndicat des mineurs CGT du Bassin bas-normand
1989[14] mars 2014 Jean-Marie Gasnier   Enseignant, président de la communauté de communes
mars 2014[15] En cours Gérard Kepa SE Retraité de la fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2018, la commune comptait 2 077 habitants[Note 4], en augmentation de 6,29 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375359376370380400396404402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
376373361305323301276263271
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2392234511 4731 7312 7422 4202 4032 694
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 9262 7202 4082 1201 7761 7031 7311 7652 021
2018 - - - - - - - -
2 077--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-du-Rosaire (XIIIe siècle), qui fait l'objet d’une classement au titre des monuments historiques depuis le [20]. La nef, le chœur, la tour carrée et le clocher datent du XIIIe siècle. Le porche d'entrée certainement du XIXe siècle, les fonts baptismaux du XVIIIe siècle.
  • L'ancienne école des filles (rue Général-Leclerc). Premier bâtiment imposant de la ville construit avant la Première Guerre mondiale, elle est devenue la mairie.
  • L'école de musique (rue Général-Leclerc), anciennement école des garçons. Elle fut construite sur le même modèle que l'école des filles se trouvant en face.
  • Les châteaux d'eau (rue des Tulipes et rue de la Mine), construits lors de l'apogée de la mine de Soumont-Saint-Quentin. L'un des deux datant de 1912, situé rue Louis-Bouillard, a été rénové récemment et a retrouvé son éolienne.
  • Les anciens bâtiments administratifs de la mine (rue de la Mine).
  • Les lavoirs, disséminés dans les cités minières.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque en l'honneur de John Inglis

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Potigny Blason
De gueules au léopard d'or soutenu par une lampe de mineur et un pic passés en sautoir du même ; à la filière d'or[21].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Potigny dans les arts[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Fournier, Les mineurs de Soumont-Potigny, 1907-1989, éditions OREP, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Potigny », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 580 - (ISBN 2600028838).
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. https://maitron.fr/spip.php?article18016, notice BROSSEAU René, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.
  14. « Jean-Marie Gasnier ne briguera pas un 5e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 16 août 2015)
  15. « Élu à l'unanimité, Gérard Kepa succède à Jean-Marie Gasnier », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 16 août 2015)
  16. « Potigny (14420) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 juin 2014)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Église », notice no PA00111623, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=2988

Liens externes[modifier | modifier le code]