Potigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : Pontigny et Puttigny.
Potigny
Une rue de Potigny et ses maisons de mineurs.
Une rue de Potigny et ses maisons de mineurs.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Falaise
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Falaise
Maire
Mandat
Gérard Kepa
2014-2020
Code postal 14420
Code commune 14516
Démographie
Gentilé Potignais
Population
municipale
1 886 hab. (2012)
Densité 443 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 16″ N 0° 14′ 53″ O / 48.971111, -0.24805648° 58′ 16″ Nord 0° 14′ 53″ Ouest / 48.971111, -0.248056
Altitude Min. 125 m – Max. 206 m
Superficie 4,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Potigny

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Potigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Potigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Potigny

Potigny est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 1 886 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Potigny est située à environ 23 kilomètres au sud de Caen et 9 kilomètres au nord de Falaise. Elle est desservie par la N 158 qui doit évoluer en A88. Cette autoroute reliera Caen à Alençon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Potigny vient de Potiniacum (demeure de Potinus)[réf. nécessaire].

Le gentilé est Potignais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, l'ancien manoir de Potigny était le siège d'une haute justice.

De 1790 à 1802 la commune de Potigny est un chef-lieu de canton, puis elle est rattachée au canton de Coulibœuf lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801), puis à celui de Falaise-Nord[1].

En 1907, La Société des mines de Soumont voit le jour. Cette mine de fer métamorphose ce petit bourg rural en cité minière cosmopolite. Dès les années 1920, l’arrivée de populations étrangères pour travailler à la mine bouleverse le patrimoine local. Ce ne sont pas moins de dix-huit nationalités différentes qui viennent constituer la population. « La petite Varsovie » est le surnom donné à cette petite commune, à la suite de l'implantation d’une importante communauté polonaise.

Dès 1908, la construction de logements individuels et collectifs de briques rouges rappelle les corons du Nord de la France.

Fin des années 1940, la communauté polonaise érige sa propre chapelle « Notre Dame de Czestochowa ». La messe y est dite par un curé polonais. Les mineurs attendront la fin des années 1950 pour dédier une chapelle à leur patronne, sainte Barbe.

La fermeture des mines de Soumont en est un réel bouleversement pour Potigny.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Potigny Blason De gueules au léopard d’or soutenu par un pic et une lampe de mineur passés en sautoir du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1894 1906 Ernest Coudray    
1906 1919 Louis Lefèvre    
1919 1945 Paul Barbot    
1965 1989 René Brosseau    
1989[2] mars 2014 Jean-Marie Gasnier DVD Enseignant, président de la communauté de communes
mars 2014[3] en cours Gérard Kepa SE Retraité de la fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 886 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Potigny[5]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375 359 376 370 380 400 396 404 402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
376 373 361 305 323 301 276 263 271
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
239 223 451 1 473 1 731 2 742 2 420 2 403 2 694
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 926 2 720 2 408 2 120 1 776 1 703 1 731 1 719 1 765
2012 - - - - - - - -
1 886 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-du-Rosaire (XIIIe siècle), qui fait l’objet d’une classement au titre des monuments historiques depuis le 11 octobre 1930[7]. La nef, le chœur, la tour carrée et le clocher datent du XIIIe siècle. Le porche d'entrée certainement du XIXe siècle, les fonts baptismaux du XVIIIe siècle.
  • L'ancienne école des filles (rue Général-Leclerc). Premier bâtiment imposant de la ville construit avant la Première Guerre mondiale, elle est devenue la mairie.
  • L'école de musique (rue Général-Leclerc), anciennement école des garçons. Elle fut construite sur le même modèle que l'école des filles se trouvant en face.
  • Les châteaux d'eau (rue des Tulipes et rue de la Mine), construits lors de l'apogée de la mine de Soumont-Saint-Quentin. L'un des deux datant de 1912, situé rue Louis-Bouillard, a été rénové récemment et a retrouvé son éolienne.
  • Les anciens bâtiments administratifs de la mine (rue de la Mine).
  • Les lavoirs, disséminés dans les cités minières.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Fournier, Les mineurs de Soumont-Potigny, 1907-1989, éditions OREP, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Jean-Marie Gasnier ne briguera pas un 5e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 16 août 2015)
  3. « Élu à l'unanimité, Gérard Kepa succède à Jean-Marie Gasnier », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 16 août 2015)
  4. « Potigny (14420) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 juin 2014)
  5. Date du prochain recensement à Potigny, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  7. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]