Saint-Pierre-Canivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canivet.

Saint-Pierre-Canivet
Saint-Pierre-Canivet
L'église Saint-Pierre.
Blason de Saint-Pierre-Canivet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Falaise
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Falaise
Maire
Mandat
Jean-Pierre Goupil
2014-2020
Code postal 14700
Code commune 14646
Démographie
Gentilé Canivetois
Population
municipale
406 hab. (2015 en augmentation de 7,69 % par rapport à 2010)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 53″ nord, 0° 13′ 07″ ouest
Altitude Min. 142 m
Max. 231 m
Superficie 7,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Pierre-Canivet

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Pierre-Canivet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-Canivet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-Canivet

Saint-Pierre-Canivet est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 406 habitants[Note 1] (les Canivetois).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à cheval sur la plaine de Falaise et la ligne de crête des bois du Roi et de la Tour, entre Soulangy et Aubigny. Son bourg est situé à 3 km au nord de Falaise et 30 km de Caen. Son altitude moyenne est d'environ 150 m[1].

Communes limitrophes de Saint-Pierre-Canivet
Villers-Canivet Soulangy Epaney
Villers-Canivet Saint-Pierre-Canivet Versainville
Noron-l'Abbaye Aubigny Aubigny

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Quenivetum en 1150, Kenivet en 1195[2], Sanctus Petrus de Canivet vers 1335[3].

Le nom de Canivet, doit dater du XIe ou XIIe siècle et signifie simplement « petit canif », couteau mince et aigu; peut-être, parce que la terre avait été donnée à une léproserie par le symbole d'un canif déposé sur l'autel, ou comme sobriquet d'un propriétaire[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cœur des bois de la Tour, au lieu-dit l'Île d'Amour, on trouve trace des vestiges d'une motte féodale qui était le premier château seigneurial de la Tour. Il fut notamment occupé par Ravent de Séran. Cet emplacement fut abandonné et transformé en un petit écrin dénommé localement la Fontaine Bouillante. C'est à cet endroit que se réunissaient au XVIIIe siècle des grands esprits tel le poète Marmontel[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Jean-Pierre Goupil[7] SE Cadre PSA
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[7].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) en association avec les communes voisines de Soulangy et Aubigny[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2015, la commune comptait 406 habitants[Note 2], en augmentation de 7,69 % par rapport à 2010 (Calvados : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
267254298276300344344371392
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
409442422400392376332332320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
273298309315258237243323334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
303334281338381342350377406
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Outre les tuileries, dont le nom d'un hameau évoque ll'existence passée, de nombreuses carrières souterraines exploitaient activement la partie supérieures de la formation du calcaire de Caen, pierre de taille de qualité appelée localement pierre d'Aubigny. Cette pierre fut utilisée pour la fabrication des dalles de l'ancien tribunal de Caen, et pour la construction des monuments de la ville de Falaise. Par manque de localisations précises des anciennes carrières, l'urbanisation actuelle du secteur se trouve ralentie[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de la Tour[modifier | modifier le code]

Le château de la Tour.

Le château de la Tour, datant du XVIIIe siècle, est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1967.

De nos jours le domaine de la Tour est une propriété privée offrant gites, chambres d'hôtes et locations de salles pour réceptions et séminaires[14].

Bois du Roi[modifier | modifier le code]

En partie attaché au domaine de la Tour, le bois du Roi recouvre près de 40 % de la surface de la commune. Un réseau d’innombrables sentiers[15] parcourt le bois.

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre renferme les pierres tombales de la famille de Séran. C'est en 1444 que cette famille entra en possession de ce fief qui lui fut accordé par Henri VI avec lequel il été revenu d'Angleterre.

Lavoir[modifier | modifier le code]

Ancien lavoir, alimenté par le ruisseau du Cassis.

Sites protégés[modifier | modifier le code]

Une des anciennes carrières souterraines de la commune a trouvé une reconversion en devenant un site d'hibernation remarquable pour plusieurs espèces de chauves-souris[16]. C'est même le deuxième site d'hivernage de Normandie pour le Murin à oreilles échancrées. Afin de préserver de façon durable le site, son accès est interdit. Depuis 2015[17], la carrière est un site du Réseau européen Natura 2000.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Pierre-Canivet

Les armoiries de Saint-Pierre-Canivet se blasonnent ainsi :

gironné de sinople et d'argent, à l'écusson de gueules en abîme chargé d'un pommier d'or fruité du champ ; au comble brochant de gueules chargé d'un léopard d'or.

Adopté le 5 novembre 1998.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[18].
  1. Lionel Delvarre, « Saint-Pierre-Canivet », sur www.lion1906.com (consulté le 21 août 2016)
  2. Léon Fleuriot, OB, p. 103.
  3. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Formations dialectales (suite) et françaises, Page 1571.
  4. Dom Jean Laporte, moine de Saint-Wandrille, Saint Germain, apôtre du Cotentin martyrisé dans le Val de la Bresle, 1959, page 13.
  5. A.J. Greimas, Dictionnaire de l'ancien français, p 85.
  6. Panonceau d'information dans le village.
  7. a et b Réélection 2014 : « Saint-Pierre-Canivet (14700) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 juin 2014)
  8. « Le Regroupement pédagogique conserve quatre classes » (consulté le 20 août 2016)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. « D'anciennes carrières souterraines freinent l'urbanisation » (consulté le 30 août 2016)
  14. « Bienvenue au Domaine de la Tour », sur Domaine de la Tour (consulté le 30 août 2016)
  15. « Le bois du Roi » (consulté le 20 août 2016)
  16. Panonceau d'information dans le village
  17. Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - FSD Natura 2000 - FR2502013 - Ancienne carrière souterraine de Saint-Pierre-Canivet - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 30 août 2016)
  18. « Saint-Pierre-Canivet sur le site de l'Institut géographique national » [archive du ] (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :