Layrac (Lot-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Unité urbaine de Layrac)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Layrac.
Layrac
Image illustrative de l'article Layrac (Lot-et-Garonne)
Blason de Layrac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton Le Sud-Est Agenais
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Rémi Constans
2014-2020
Code postal 47390
Code commune 47145
Démographie
Gentilé Layracais
Layracaises
Population
municipale
3 520 hab. (2014)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 05″ nord, 0° 39′ 45″ est
Altitude 52 m
Min. 43 m
Max. 182 m
Superficie 38,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Layrac

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Layrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Layrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Layrac
Liens
Site web Site de la mairie

Layrac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Elle est une des principales villes de la région naturelle du Brulhois. Ses habitants sont appelés les Layracais et Layracaises.

La ville de 3 811 habitants, située sur la rive Sud de la Garonne, est au cœur de la Agglomération d'Agen estimée à 90 000 habitants et donc fait partie de l'aire urbaine agenaise qui compte une population de 103 715 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Layrac se trouve dans le Brulhois région du Nord de la Gascogne, et est située à 10 kilomètres au sud d'Agen, sur l'axe Agen-Auch. Elle est l'une des 19 communes de la communauté d'agglomération d'Agen.

Département de Lot-et-Garonne - Arrondissement d Agen.PNG

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Layrac
Boé Sauveterre-Saint-Denis
Moirax Layrac Caudecoste
Marmont-Pachas Astaffort Fals

Distance des grandes villes françaises[modifier | modifier le code]

L'orientation et la localisation de Le Passage par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant

(Par route de centre ville en centre ville).

Ville Agen Toulouse Bordeaux Montpellier Marseille Nantes Lyon Nice Paris
Distance

Orientation

8.5 km

(N)

86 km

(S-E)

127 km

(N-O)

264 km

(S-E)

389 km

(S-E)

385 km

(N)

375 km

(NE)

530 km

(E)

541 km

(N-NE)

Distances approximatives à vol d'oiseau[1]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Layrac au confluent du Gers et de la Garonne

Elle est traversée par le Gers, qui se jette peu après dans la Garonne.

Géologie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

L'altitude minimale est de 43 m la maximale est 182 m soit 113 mètres de moyenne. La mairie est à 65 mètres d'altitude.

Transports[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

  • D17 La départementale 17, en direction de Boé et Agen.
  • D129 La départementale 129, en direction de Caudecoste.
  • A62E72 L'autoroute A62 a une sortie au Passage desservant la ville d'Agen (échangeur no 7).

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transports en commun d'Agen.

Le réseau Tempo exploité par la société Keolis Agen dessert les 31 communes de l'agglomération d'Agen soit un total de 92 042 habitants depuis le , en remplacement du réseau Transbus.

La ville de Layrac est desservie à la fois par la ligne Tempo N°5 (10 rotations par jour environ et par le Ter Midi-Pyrénées Agen - Auch (ligne 932) avec une fréquence d'environ un par heure.

Aéroport Agen-La Garenne[modifier | modifier le code]

Des vols vers l'aéroport Paris-Orly sont proposés, avec trois allers-retours quotidiens du lundi au vendredi et un aller-retour le dimanche soir.

  • 7 244 voyageurs transportés en 2007.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

L'agglomération bénéficie d'un climat tempéré doux en automne, avec des printemps le plus souvent pluvieux et humides, des étés assez chauds et secs et des hivers doux. L'hiver est doux et le mois de janvier le plus froid comporte des températures proches de 5 °C. Le record de température minimale a été enregistré à -17,4 °C en janvier 1985. Au printemps, les températures sont en hausse régulière avec des mois d'avril et de mai souvent pluvieux. L'été est chaud et sec et les records de chaleur sont réguliers. Enfin, l'automne est doux et peu pluvieux[3]. Le centre de recherche de météo France se situe sur la commune du Passage, devant l'Aéroport Agen-La Garenne.

Tableau comparatif des données météorologiques d'Agen-Layrac et de quelques villes françaises[4]
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Agen-Layrac 1 984 716 4,8 30,1 70,6
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75
Mois Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes °C (Agen-Layrac)[4] 3,1 4,5 5,0 6,7 10,6 13,2 15,4 15,1 13,0 10,6 6,6 4,0 8,2
Températures maximales moyennes °C (Agen-Layrac)[4] 8,5 10,8 13,6 16,4 20,2 23,8 26,9 26,2 24,1 19,0 12,5 8,8 17,6
Températures moyennes °C (Agen-Layrac)[4] 5,1 6,7 8,6 11,3 14,8 18,2 20,8 20,2 18,0 14,0 8,6 5,6 12,6

Histoire[5][modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin
Le Pont de la rivière Gers, 1903.

Les premières traces de peuplement de Layrac remontent au Magdalénien. On a retrouvé dans sa plaine des traces d'occupation pour les âges du Bronze et du Fer. À l'époque gallo-romaine, plusieurs villae sont attestées sur le territoire de la commune. L'une d'entre elles, après abandon et invasions donnera naissance au premier bourg médiéval situé sur un promontoire dominant le Gers. Une autre permettra la naissance du hameau d'Amans, qui évoluera de la même façon et où l'on peut voir les ruines de l'église romane Sainte-Marie. Le bourg de Goulens, lui sera fondé par les colons Wisigoths.

Un monastère, comprenant l'église Saint-Martin, fondé en 1064 par Hunald, religieux à Moissac et son frère Hugues, vicomte de Brulhois, a permis ensuite au village de Layrac de se développer. Elle fut une cité importante pendant la période du Moyen Âge grâce à sa batellerie installée sur les fleuves du Gers et de la Garonne. Elle se dote d'une charte de Coutumes en 1273.

Des hôtes célèbres l'ont traversé, comme le pape Urbain II, qui se rendit à Layrac le 7 mai 1096 au retour de Clermont où il venait de prêcher la croisade. Il consacra le chœur de l'église St Martin, dont les travaux d'édification par les Bénédictins avaient commencé en 1075. Une mosaïque romane de l'église représente des motifs floraux et un épisode de l'Ancien Testament, Samson terrassant le lion.

La reine de Navarre, Jeanne d'Albret, passa à Layrac le 15 janvier 1572 en se rendant à Paris pour le mariage de son fils Henri. Henri IV vint le 16 août 1576, car Layrac était depuis les années 1560, une place forte du protestantisme en Agenais. Sur ordre du roi Louis XIII, ses fortifications furent détruites en septembre 1621 par les troupes du maréchal de Roquelaure. Le protestantisme à Layrac commença dès lors à décliner. De 1629 à 1631, la ville fut aux prises avec une terrible peste, suivie d'une année de disette (1631), événements qui permirent à une Confrérie de Pénitents Blancs de voir le jour en 1633.

Le XVIIIe siècle apporta un peu plus de quiétude et la ville connut un nouvel essor, grâce à ses productions viticoles et à sa batellerie.

La création de la ligne de chemin de fer Agen-Barrèges en 1869 et l'implantation d'une gare à Layrac ainsi que d'une halte à Goulens favorisèrent cet essor. À la fin du XIXe, Layrac s'industrialise grâce à la naissance et au développement sur son sol des usines KIRPY, fabriquant charrues et matériels agricoles.

Aujourd'hui, la gare de Layrac et la halte de Goulens ne sont plus desservies par la ligne de Bon-Encontre à Auch, réservée au trafic de marchandises. Sa réouverture au service voyageur est régulièrement évoquée[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Layrac Blason De sinople à la grappe de raisin tigée et feuillée de pourpre.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Layrac
De sinople à la grappe de raisin tigée et feuillée de pourpre accompagnée de trois étoiles d’or mal ordonnées[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars1995 Jean Drapé RPR Cadre SNCF
mars1995 mars 2008 Henry Maury DVD Général (Armée de Terre)
mars 2008 mars 2014 Pierre Pujol NC Fonctionnaire police (CRS)
mars 2014 en cours Rémi Constans DVD Médecin retraité, Conseiller départemental
Les données manquantes sont à compléter.

Juridictions[modifier | modifier le code]

Layrac dépend des tribunaux de :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 520 habitants, en diminution de -1,26 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 604 2 627 2 819 2 636 2 925 2 760 2 756 2 680 2 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 890 2 861 2 762 2 703 2 782 2 818 2 673 2 609 2 586
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 434 2 329 2 245 2 071 2 160 2 252 2 235 2 343 2 465
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
2 701 2 635 2 520 2 800 2 983 3 149 3 457 3 532 3 520
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Superficie et Population[modifier | modifier le code]

Population de l’aire urbaine Agennaise
(Recensements Insee de 1999 et 2005)
Zones Population Surface
(km²)
Densité
(/km²)
Layrac 3 548 38.11 93
Unité urbaine 76 350
Aire urbaine 103 715 830.52 113
Région Aquitaine 3 119 778 41 309 76

La ville de Layrac a une superficie de 38,11 km2 et une population de 3548 habitants, ce qui la classe :

Rang[12] Population Superficie Densité
Flag of France.svg France 2920e 2154e 8770e
Aquitaine 144e 193e 436e
Blason département fr Lot-et-Garonne.svg Lot-et-Garonne 16e 19e 39e
Arrondissement d'Agen 8e 1e 18e
Canton d'Astaffort 1er 1er 1er

Économie[modifier | modifier le code]

La commune profite de l'activité d'Agen, situé à 10 kilomètres. Elle dispose d'une forte activité associative et sportive.

D'un point de vue industriel, la ville accueille quelques entreprises agro-alimentaires, et notamment cave coopérative des vins du Brulhois de Goulens.

La plaine de la Garonne permet l’extraction de grave, élément indispensable aux travaux routiers et à la construction.

Une fabrique layracaise de machines agricoles a acquis une certaine renommée dans le monde agricole, et va jusqu'à exporter.

Communauté d'agglomération d'Agen[modifier | modifier le code]

Vue d'Agen et de son agglomération.

La communauté d'agglomération d'Agen regroupe 31 villes et villages de l'agglomération agenaise, dont Layrac.

L'idée de la communauté d'agglomération d'Agen arrive en 1974, René Lajunie, maire de Bon-Encontre de l'époque, relançant avec le docteur Esquirol, ancien maire d'Agen, le syndicat intercommunal, ancêtre de la communauté d'agglomération d'Agen. C'est ainsi que naquirent les bases de la communauté d'agglomération telle qu'elle est aujourd'hui.

La communauté d'agglomération d'Agen a permis le développement des communes mais aussi de proposer plusieurs services dont les transports en commun desservant toute l'agglomération, ainsi qu'un service de collecte des déchets commun à l'ensemble de l'agglomération.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lavoir
Place Royale
  • L'église Saint-Martin, des XIe et XIIe siècles, classée monument historique avec sa mosaïque romane. L'une des plus grandes églises romanes à coupole sur pendentifs plats de France.
  • Le clocher-porche gothique, des XIIIe-XIVe siècles, restes de l'ancienne église paroissiale Sainte Marie et sa salle du 1er étage avec cheminée Renaissance aux armoiries de la ville
  • La vieille ville, au cœur du centre ville, où l'on peut observer plusieurs maisons à colombages en bon état.
  • Plusieurs vieux lavoirs, qui ont résisté au temps.
  • Église Sainte-Marie d'Amans, inscrite au titre des monuments historiques en 1954[13].
  • Château de Goulens, inscrit au titre des monuments historiques en 1921[14].
  • Maison forte de Bois-Renaud, inscrite au titre des monuments historiques en 1973[15].
  • La Grand Peyro : vestige d'un menhir qui ne mesure plus que 1,15 m de haut ; des processions religieuses s'y rendaient encore dans les années 1930 à certaines occasions[16].

Places de la ville :

  • Place Royale ou communément appelée Royal
  • Place Étienne-Bouet
  • Place Jean Jaurès (appelée également Place de la mairie) avec ses arcades ressemblant aux bastides

Environnement[modifier | modifier le code]

Écologie - Recyclage[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération a équipé tous les foyers de 5 conteneurs (verre, papier et journaux, ordures ménagères, emballages et déchets verts) dans le but d'un tri sélectif de l'usager. Plusieurs ramassages par semaine sont effectués séparément pour chaque matière.

La commune dispose de la déchèterie de Boé à 3,9 km.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • La nuit des Bandas (mai)
  • Le marché de noël (décembre)
  • Le Carnaval (1er et 2e dimanche de mars)
  • Le Vide Grenier International (1er dimanche de juillet)

Santé[modifier | modifier le code]

Pour la santé la ville dépend de celle d'Agen :

  • Hôpital Saint-Esprit au nord d'Agen
  • Clinique Saint-Hilaire Esquirol (sud d'Agen)
  • Hôpital de Monbran
  • Hôpital psychiatrique-la Candélie à Foulayronnes.

Cimetières[modifier | modifier le code]

Cimetière
  • 1 cimetière principal à Lagravade, au nord de la commune
  • 1 autre au hameau de Goulens, jouxtant l'église St Pierre
  • 1 troisième à l'ancien hameau d'Amans, jouxtant l'église Ste Marie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dubourg, Paul, Monographie ou histoire du prieuré et de la ville de Layrac depuis le XIe siècle jusqu'au XIXe, Agen, Impr. moderne, , 719 p. (lire en ligne)

Articles communes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.annuaire-mairie.fr/distance-ville-layrac.html
  2. Réseau Ferré de France, « Annexe 4.4 : Localisation des installations terminales embranchées » [PDF], Document de référence du réseau ferré national, sur www.rff.fr, (consulté le 3 octobre 2014), p. 5/23.
  3. « Climat du Lot-et-Garonne », météo France (consulté le 17 octobre 2007)
  4. a, b, c et d « Observations et Normales d'Agen », InfoClimat.fr (consulté le 17 octobre 2007)
  5. Canton Astaffort
  6. Train : ils veulent qu'on rouvre la ligne Auch-Agen
  7. Cercle Héraldique Généalogique Historique du 47
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. http://www.annuaire-mairie.fr/ville-layrac.html
  13. « Église Sainte-Marie d'Amans », notice no PA00084156, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Château de Goulens », notice no PA00084155, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Maison forte de Bois-Renaud », notice no PA00084158, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Alain Beyneix, « Les architectures mégalithiques du département de Lot-et-Garonne », Bulletin de la Société préhistorique française, no 2, tome 97,‎ , p. 239-264 (lire en ligne)