Saint-Pierre-de-Clairac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Pierre-de-Clairac
Saint-Pierre-de-Clairac
Monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton Le Sud-Est Agenais
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Jean-Michel Moynie
2014-2020
Code postal 47270
Code commune 47269
Démographie
Population
municipale
889 hab. (2015 en augmentation de 6,98 % par rapport à 2010)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 49″ nord, 0° 45′ 42″ est
Altitude 100 m
Min. 52 m
Max. 177 m
Superficie 13,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Clairac

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Clairac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Clairac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Clairac
Liens
Site web http://www.stpierredeclairac.fr/

Saint-Pierre-de-Clairac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine d'Agen située dans son unité urbaine à une dizaine de kilomètres au sud-est d'Agen en Agenais dans le Quercy blanc, au confluent de la Séoune et de la petite Séoune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Pierre-de-Clairac[1]
Saint-Caprais-de-Lerm
Castelculier Saint-Pierre-de-Clairac Puymirol
Lafox Saint-Jean-de-Thurac Saint-Romain-le-Noble

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L’occupation allemande[modifier | modifier le code]

Sous l'occupation allemande, la commune est marquée par la tragédie du 7 juin 1944 et l'assassinat de onze personnes. Les faits surviennent dans l'après-midi du 7 juin 1944 à la suite de l'assaut du château de Laclotte, PC provisoire d'une compagnie de la résistance intérieure française du Corps Franc Pommiès, par les SS du 1er bataillon du 4e régiment blindé de grenadiers "Der Führer" de la division DAS REICH stationnés à Valence-d'Agen (Tarn-et-Garonne) sous le commandement du Sturmbannführer Adolf Diekmann, à la demande et sous la conduite du SIPO/SD ( Gestapo d'Agen).

Les nazis font onze victimes[2], laissant onze orphelins et incendient deux ensembles d'habitation dans cette petite commune.

Le monument[3], à la mémoire des onze victimes, a été inauguré le 17 juin 1945 à l'endroit même où sont tombés les neuf patriotes, dont six résistants du C.F.P, fusillés et certains massacrés à la sortie nord du bourg (deux autres résistants ayant été tués aux abords de leur domicile au lieu-dit Rougère).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
février 1979 2014 Jean-Michel Moynie   Directeur C.C.A.S. d'Agen
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 889 habitants[Note 1], en augmentation de 6,98 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
9381 1231 1541 1801 1131 1401 0751 0721 099
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 005966897763694652659620577
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
537527453440444422362433430
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
399436527635721802814825871
2015 - - - - - - - -
889--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Memorialgenweb.org - Saint-Pierre-de-Clairac : monument commémoratif 1939-1945, 15 juin 2011.
  3. www.7juin44.fr « Le monument des fusillés du 7 juin 1944 », 7juin44.fr, 16 mars 2008.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.