Saint-Caprais-de-Lerm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Caprais.

Saint-Caprais-de-Lerm
Saint-Caprais-de-Lerm
Église Saint-Caprais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton Le Sud-Est Agenais
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Jean-Paul Pradines
2014-2020
Code postal 47270
Code commune 47234
Démographie
Population
municipale
638 hab. (2016 en augmentation de 2,24 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 12′ 50″ nord, 0° 44′ 40″ est
Altitude 76 m
Min. 58 m
Max. 195 m
Superficie 13,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Caprais-de-Lerm

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Caprais-de-Lerm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Caprais-de-Lerm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Caprais-de-Lerm
Liens
Site web https://www.saintcapraisdelerm.fr

Saint-Caprais-de-Lerm est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'aire urbaine d'Agen.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Caprais-de-Lerm[1]
Sauvagnas Saint-Robert
Bon-Encontre Saint-Caprais-de-Lerm La Sauvetat-de-Savères
Castelculier Saint-Pierre-de-Clairac Puymirol

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée par la réunion des paroisses de Saint-Caprais, Margasteau, Roudoulous, Saint-Damien, Malbés et Saint-André. Postérieurement, la paroisse de Roudoulous a été rattachée à Sauvagnas et celle de Saint-Damien à celle de La Sauvetat-de-Savères.

Guerre 39/45[modifier | modifier le code]

Marius Bazille était membre de la résistance à Sète (34). À la suite de l'arrestation de son frère Léon, envoyé prisonnier en Allemagne, recherché par la gestapo, il s'était réfugié avec sa famille à Saint-Caprais-de-Lerm, se rapprochant du cousin Sauveur Forner habitant Saint-Caprais. Son frère Léon, évadé d'Allemagne, l'y avait ensuite rejoint. Après avoir appris, le 7 juin1944, l'attaque de La Clotte à Castelculier il a décidé, avec son frère Léon, d'aller à Saint-Pierre-de-Clairac prévenir le chef du groupe local dont ils connaissaient l'activité par leur ami de Saint-Pierre Antoine Roux. Bazille y a été assassiné par les nazis avec huit autres victimes.

Un groupe de résistants Corps Franc Pommiès commençait à se constituer, sous l'impulsion de l'instituteur Denis Ponsolle. Ce dernier, avait été livré en armes en fin d'après-midi du 6 juin par deux résistants du groupe de Saint-Pierre-de-Clairac, village voisin. Village, où l'après-midi du 7 juin1944 s'est déroulée la terrible tragédie dont Marius Bazille fut l'une des 11 victimes[2].

Article détaillé : tragédie de Laclotte.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 En cours Jean-Paul Pradines   Contrôleur des TPE[3]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 638 habitants[Note 1], en augmentation de 2,24 % par rapport à 2011 (Lot-et-Garonne : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
711725772827819619671635623
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
571574522500518512466513484
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
494435413394394383385361350
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
304302414452476546624638-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]