Estillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estillac
Estillac
Place du village.
Blason de Estillac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Jean Marc Gilly
2020-2026
Code postal 47310
Code commune 47091
Démographie
Gentilé Estillacais
Population
municipale
2 189 hab. (2019 en augmentation de 12,2 % par rapport à 2013)
Densité 276 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 27″ nord, 0° 33′ 55″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 164 m
Superficie 7,94 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Agen
(banlieue)
Aire d'attraction Agen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de l'Ouest agenais
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Estillac
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Estillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Estillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Estillac
Liens
Site web http://ville-estillac.fr/

Estillac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Estillacais et Estillacaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire d'attraction d'Agen située dans son unité urbaine à 7,7 kilomètres au sud-ouest d'Agen en Brulhois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Estillac[1]
Roquefort
Estillac Le Passage
Aubiac Moirax

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les formations glaciaires jouent le rôle de drain vers les alluvions fluviatiles sous-jacentes tout au long de la vallée de la Garonne. On y trouve :

  • Quaternaire - Cônes de déjection post et tardi-glaciaires.
  • Quaternaire - Cônes de déjection contemporains.
  • Quaternaire - Basse terrasse inondable, post-glaciaire.
  • Quaternaire - Basse terrasse tardi-glaciaire.
  • Quaternaire - Moraines à blocs granitiques prédominants, gangue bleuâtre souvent lavée, sables et argiles stratifiés, galets peu

roulés.

  • Quaternaire - Moraines.

L'altitude minimale de la commune est de 54 mètres, sa maximale est de 164 mètres pour une altitude de 109 mètres. La mairie d'Estillac est à 155 mètres.

La commune n'est pas en zone de risque sismique.

Climat[modifier | modifier le code]

L'agglomération bénéficie d'un climat tempéré doux en automne, avec des printemps le plus souvent pluvieux et humides, des étés assez chauds et secs et des hivers doux. L'hiver est doux et le mois de janvier le plus froid comporte des températures proches de 5 °C. Le record de température minimale a été enregistré à −17,4 °C en . Au printemps, les températures sont en hausse régulière avec des mois d'avril et de mai souvent pluvieux. L'été est chaud et sec et les records de chaleur sont réguliers. Enfin, l'automne est doux et peu pluvieux[2].

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune à l'aéroport Agen-La Garenne et mise en service en 1941 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[3]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records AGEN-LA GARENNE (47) - alt : 58 m 44° 10′ 18″ N, 0° 35′ 36″ E
Records établis sur la période du 01-01-1941 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 2,4 4,4 6,6 10,3 13,6 15,4 15,3 12,3 9,7 5,4 2,8 8,4
Température moyenne (°C) 5,6 6,8 9,7 12 15,9 19,3 21,5 21,5 18,4 14,7 9,3 6,1 13,4
Température maximale moyenne (°C) 9,2 11,3 15 17,5 21,5 25 27,6 27,6 24,5 19,6 13,2 9,5 18,5
Record de froid (°C)
date du record
−17,4
16.01.1985
−21,9
15.02.1956
−10,5
01.03.05
−3,9
08.04.1956
−1,6
01.05.1960
2,5
04.06.1953
5,9
08.07.1954
4,7
26.08.1966
1
23.09.1962
−5
30.10.1949
−8,8
27.11.1942
−12,1
26.12.1962
−21,9
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
20,1
02.01.03
25,2
27.02.19
26,3
21.03.1990
30,2
30.04.05
34
29.05.1943
38,8
29.06.1950
40,6
12.07.1949
41
01.08.1947
36,7
03.09.05
32
03.10.1946
25,4
07.11.15
21,6
03.12.1953
41
1947
Ensoleillement (h) 77,5 110,1 172,6 182,3 213,6 232,1 255,4 242,3 204,9 138,2 84 69,4 1 982,4
Précipitations (mm) 55,1 52,1 49,8 67,6 76,1 58,4 51,3 55 59,3 64,3 63,4 59,8 712,2
Source : « Fiche 47091001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Tableau comparatif des données météorologiques d'Agen-Estillac et de quelques villes françaises[4]
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale 1 852 835 16 25 50
Agen-Estillac 1 984 716 4,8 30,1 70,6
Paris 1 662 637 12 17 8
Nice 2 724 733 1 27 1
Strasbourg 1 693 665 26 28 51
Brest 1 530 1 210 7 12 76
Bordeaux 2 035 944 3 31 69

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le réseau de transports en commun Tempo exploité par la société Keolis Agen dessert les 29 communes de l'agglomération d'Agen soit un total de 92 042 habitants depuis le , en remplacement du réseau Transbus.

Elle est traversée par les routes départementales 931, 931e1, la rocade d'Estillac et l'autoroute A62. L'accès en train se fait depuis la Gare d'Agen. L'aéroport Agen-La Garenne se trouvant sur la commune pour les transports aériens.

Mairie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Estillac est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Agen, une agglomération intra-départementale regroupant 16 communes[8] et 80 456 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Agen dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (51,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (19,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (39,3 %), zones urbanisées (28 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (23,1 %), terres arables (8,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,5 %), forêts (0,4 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bruilhois.

La commune d'Estillac annexe Le Buscou en 1826.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Estillac Blason
Écartelé, au premier d'azur à la louve arrêtée d'or, au deuxième de gueules à la tour carrée talutée d'or, maçonnée de sable, au troisième de gueules à la gerbe de blé d'or liée d'azur, au quatrième de sinople à la coquille d'or.
Devise
"Deo duce, ferro comite" (Dieu comme chef, mon épée comme compagnon)[14]
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1954 mars 1983 Marcel Bense    
mars 1983 mars 2008 Gérard Marty UDF Conseiller général du canton de Laplume (2001-2008)
mars 2008 En cours Jean-Marc Gilly DVD Agriculteur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2019, la commune comptait 2 189 habitants[Note 3], en augmentation de 12,2 % par rapport à 2013 (Lot-et-Garonne : −0,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340323367342480476482488485
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
448460420416396401416349349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
336314323337325357369349373
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
5117708979901 1821 3071 5631 5581 904
2015 2019 - - - - - - -
1 9612 189-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Écologie[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Vie Locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Depuis 2013 Estillac est une étape du championnat de France de super cross.

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Climat du Lot-et-Garonne », météo France (consulté le ).
  3. « Fiche du Poste 47091001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  4. « Observations et Normales d'Agen », InfoClimat.fr (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 d'Agen », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. GASO - Banque du blason - 47091.
  15. Site des villes et villages fleuris, consulté le 17 janvier 2021.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Notice no PA00084113, base Mérimée, ministère français de la Culture.