Sauveterre-Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sauveterre.

Sauveterre-Saint-Denis
Sauveterre-Saint-Denis
L'église Sainte-Catherine et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton Le Sud-Est Agenais
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Max Laborie
2014-2020
Code postal 47220
Code commune 47293
Démographie
Population
municipale
425 hab. (2015 en diminution de 5,56 % par rapport à 2010)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 19″ nord, 0° 42′ 27″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 53 m
Superficie 8,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Sauveterre-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Sauveterre-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauveterre-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauveterre-Saint-Denis
Liens
Site web http://www.sauveterre-saint-denis.fr/

Sauveterre-Saint-Denis est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine d'Agen située sur la Garonne au sud-est d'Agen.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sauveterre-Saint-Denis[1]
Lafox Saint-Jean-de-Thurac
Boé
(par un quadripoint)
Sauveterre-Saint-Denis Caudecoste
Layrac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 7 février 1762, dame Marie Catherine de Becquey, veuve de Dominique de Bastard, chevalier, seigneur de Saint-Denis-sur-Garonne, des Iles-Chrétiennes et du Bosq, grand-maître des eaux et forêts de France, est inhumée sous son banc dans l'église de Sauveterre-Saint-Denis par le père Soureil, en présence de Bernard Merle et de Martin Pouyaut, laboureurs[2].

Son fils, Jean de Bastard-Saint-Denis, capitaine dans le régiment de Guyenne infanterie et chevalier de l'Ordre de Saint-Louis, est également inhumé dans l'église le 23 février 1767[3].

Entre le 4 et le 5 novembre 1770, des pluies abondantes et la fonte des neiges provoquent une crue importante de la Garonne. Plusieurs maisons du village furent dévastées, la récolte détruite, et beaucoup de bêtes moururent. L'église de Saint-Denis fut remplie de quatre pieds d'eau[4]. Le Château Saint-Denis fut démoli et reconstruit plus haut sur le domaine de Saint-Denis à l'abris des crues du fleuve.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 1977 Dominique de Bastard    
mars 1977 mars 2001 Edmond Turron[5]    
mars 2001 René Balaguer    
mars 2014 Claude Jeantet    
mars 2014 en cours Max Laborie SE Assistant technique
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 425 habitants[Note 1], en diminution de 5,56 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
656712736717671679661632620
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
609613527556544573550577533
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
562513451448447441475494470
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
441422396425421445448437425
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique.




Sauveterre-Saint-Denis dispose d'une école primaire publique. Elle fait partie d'un RPI (Regroupement pédagogique intercommunal) avec les communes voisines de Saint-Sixte et Saint-Nicolas.




Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la France Solgne (France) Jumelée à la commune de Solgne (Moselle) en 1990 , au même titre que la commune d’Astaffort, Sauveterre-Saint-Denis scelle le souvenir d’une période cruelle vécue avec ses amis Lorrains sous l’Occupation.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Saint-Denis, façade Nord, depuis la RD 308.
Le pont suspendu depuis la rive gauche (côté village).
L'église Sainte-Catherine.
La chapelle de Gudech.
  • Le château de Saint-Denis : Le château de Saint-Denis, dans sa forme actuelle, est une chartreuse édifiée au cours du XIXe siècle. Elle s'inspire très précisément d'une précédente chartreuse du XVIIIe siècle, ayant dû être abandonnée par ses occupants. Cette dernière se situait en effet à quelques dizaines de mètres du site actuel, mais à un niveau plus bas, ce qui la rendait vulnérable aux crues de la Garonne toute proche. Le bâtiment se présente sous la forme d’un corps de logis central à un niveau couvert par une toiture à la Mansart, percée de mansardes, encadré par deux pavillons à deux niveaux. Les communs, qui comprennent une orangerie, sont organisés sur une cour en U ouverte à l’ouest. Ils sont antérieurs à la reconstruction du château. Le parc se développe principalement au sud-ouest du château, mais il comprend une pelouse dégagée au nord et il s’étire à l’ouest vers le village sous forme d’un triangle. C’est dans cet angle nord-ouest, en bord de route que se trouve l’entrée principale, soulignée par une demi-lune de bornes en pierre qui encadre l’extrémité d’une allée courbe[10]. Le domaine de Saint Denis appartient à la famille de Bastard, originaire du comté Nantais, qui s'établit dès le XVe siècle en Gascogne, près de Fleurance. La Ségneurie Saint Denis fut acquise par Dominique de Bastard en 1667[11].





  • Le pont suspendu : Le pont suspendu de Sauveterre-Saint-Denis a été construit en 1845. Franchissant la Garonne via la D 308, il est situé en amont d'Agen entre le pont de Layrac (D 17) et le pont de Saint-Nicolas - Saint-Romain (D 114). Cet ouvrage est constitué de deux travées indépendantes de 98,70 m de portée chacune, une pile en rivière, une chaussée de 2,35 m de largeur, deux trottoirs de 1,15 m. Le tout est fait en platelage bois et l'ouvrage est limité à 3,5 tonnes et à 2,90 m en hauteur. D'avril 2011 à mars 2012, le pont a fait l'objet d'une réfection à neuf. Ainsi rénové, il a été inauguré le 30 juin 2012[12].






  • L'église Sainte-Catherine : L’église Sainte-Catherine s’élève, imposante, et se remarque particulièrement par son clocher à l’allure originale. C'est un ensemble néo-byzantin du XIXe siècle. L’église fut confirmée et consacrée le 5 octobre 1873 par l’évêque d’Agen. A l’intérieur les fresques de la demi-coupole représentent le « Christ assis sur son trône » entouré des quatre évangélistes. Ces fresques pourraient être l’œuvre du peintre Jean Louis Bezard qui a réalisé les fresques de la cathédrale d’Agen. L’édifice est intéressant pour son clocher-porche carré se déployant sur plusieurs niveaux dont la taille s’amenuise. Ceux-ci sont percés d’arcades de plein cintre reposant sur des colonnettes ornées de chapiteaux sculptés de motifs végétaux. La commune fait partie de la paroisse Saints-Pierre-et-Paul en Brulhois (Layrac).




  • La chapelle de Gudech : La chapelle de Gudech se trouve dans l'enceinte du cimetière de Sauveterre-Saint-Denis lui-même situé à 1 km au sud-ouest du cœur du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Archives départementales de Lot-et-Garonne - E SUP_275 - p. 60
  3. Archives départementales de Lot-et-Garonne - E SUP_276 - p. 7
  4. Archives départementales de Lot-et-Garonne - E SUP_276 - p. 13-14
  5. FranceGenWeb : Les maires de Sauveterre-Saint-Denis
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/sauveterre-saint-denis-chateau-de-a1390.html
  11. a et b « de Bastard », sur www.genealogie-en-47.fr (consulté le 17 février 2018)
  12. https://www.ladepeche.fr/article/2012/07/02/1391752-le-pont-du-bonheur-partage-a-ete-inaugure.html
  13. « La famille De Bastard liée à l'histoire du village », PetitBleu.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)