Lafox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lafox
Le manoir de Prades.
Le manoir de Prades.
Blason de Lafox
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Arrondissement d'Agen
Canton Le Sud-Est Agenais
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Christine Bonfanti-Dossat
2014-2020
Code postal 47240
Code commune 47128
Démographie
Population
municipale
1 156 hab. (2012)
Densité 221 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 10″ N 0° 42′ 07″ E / 44.1694444444, 0.70194444444444° 10′ 10″ Nord 0° 42′ 07″ Est / 44.1694444444, 0.701944444444  
Altitude 53 m (min. : 45 m) (max. : 146 m)
Superficie 5,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Lafox

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Lafox

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lafox

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lafox
Liens
Site web Site de la mairie

Lafox (en occitan languedocien : Lafocs) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'aire urbaine d'Agen, située dans son unité urbaine au sud-est d'Agen, en rive droite de la Garonne, à sa confluence avec la Séoune, donc en Guyenne, face à la commune de Sauveterre-Saint-Denis qui est située rive gauche du fleuve, en Gascogne. La Séoune s'écrivait autrefois Ceoune. C'est sous les murs du château du XIIe siècle qu'un des bras de la Garonne rejoignait la Séoune.

La commune est proche des départements de Tarn-et-Garonne et du Gers, situés tous les deux dans la région Midi-Pyrénées. Lafox est traversée par la RD 813 (ex-RN 113)[1], - [2] par la Garonne, par le canal latéral à la Garonne, ainsi que par la Ligne Bordeaux - Sète. Bien que la mairie se situe dans le quartier appelé le Bourg, Lafox n'a pas vraiment de centre historique et il faut aller à Saint-Christophe pour trouver l'église catholique et le cimetière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lafox
Castelculier Saint-Pierre-de-Clairac
Boé Lafox Saint-Jean-de-Thurac
Sauveterre-Saint-Denis

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges de l’époque médiévale : Le vieux château datant du Moyen Âge est le principal témoin de l'histoire de la commune de Lafox. Il a été édifié au XIIe siècle, non loin de l'embouchure d'un bras de la Garonne et de la Séoune (le château de Lafox contrôlait le gué de la Séoune à l'endroit où elle se jette dans la Garonne). Une charte de 1282 affirme que c'est là "dans le château" que la justice était rendue. Il fut repris aux Anglais en 1435 et servit de lieu de réunion aux catholiques, s'organisant contre les protestants, au XVIe siècle. Charles IX, Catherine de Médicis, Marguerite de Valois, Montluc et aussi le roi de Navarre, futur Henri IV, y furent reçus. En l'an 1604, le chef-lieu de la juridiction était au château de La Fost (qui donnera son nom à la commune).

Vestiges de l’époque moderne : Château des Durfort construit au XVIe siècle, remanié aux XVIIe et XVIIIe siècles : parties ouest et est, donjon et châtelet, chapelle ayant abrité le tombeau des Durfort (musée de la ville d'Agen). Le manoir de Prades, datant du XVIe siècle, remanié XVIIe siècle, qui est le lieu de naissance du poète Cortères de Prades.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lafox Blason Écartelé : au 1er d'argent au pont droit isolé, crénelé d'or, maçonné de sable, d'une arche enjambant une rivière d'azur surmontée d'une roue de moulin d'or, au 2e de gueules à saint Christophe d'or portant sur son épaule l'enfant Jésus d'or tenant dans sa senestre un monde du même cerclé et croiseté d'azur, au 3e de gueules au léopard d'or armé et lampassé d'azur, au 4e d'argent au filet ondé en barre mouvant d'une fasce ondée d'une pièce et sur lequel broche une trangle, le tout alésé d'azur[3].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs [4]
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1794 Michel Dupau    
1794 1796 Joseph Fourés    
1796 1796 Jean Deger    
1796 1798 Michel Dupau    
1798 1799 Jean Marcadier    
1799 1865 Pierre Ratoin    
1865 1874 Guillaume Benech    
1874 1884 Louis Laroche    
1884 1893 Bertrand Boé    
1893 1900 Arthur Benech    
1900 1904 Jean Pergan    
1904 mai 1944 Jean Bru   Président UPSA[5] - [6]
mai 1944 octobre 1944 Gabriel Herier    
octobre 1944 mars 1980 Jean-Irénée Lagnoux   Gendarme
mai 1980 août 1988 René Joseph Etienne Marty   Agriculteur
1988 juin 1995 Jacques Ugolotti   PDG société menuiserie PVC
juin 1995 en cours Christine Bonfanti-Dossat UMP Infirmière
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 156 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
216 269 297 301 313 322 317 305 271
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
278 241 213 239 362 355 345 344 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
341 359 342 316 316 326 341 351 410
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
437 436 524 595 706 817 957 1 183 1 162
2012 - - - - - - - -
1 156 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population fut en constante augmentation de 1793 à 1836, avant d'entamer un lent déclin jusqu'en 1866, année où fut atteint le minimum démographique de 213 habitants.
Puis Lafox du XXe siècle fait plus que doubler de population surtout à partir des années 1970, jusqu'à atteindre 1 183 habitants en 2006.

Économie[modifier | modifier le code]

Économiquement, Lafox est caractérisée par les activités agricoles (agriculture et industrie agro-alimentaire), comme la Coopérative de séchage de prunes ou les pépinières. On trouve également des services (petits commerces...) et divers artisans, installés au bord de la route nationale. La Poste a été rouverte depuis quelques mois. Au niveau des constructions résidentielles, la commune a connu un certain développement dans les années 1975 et 1985, puis a connu une nouvelle phase de développement à partir du milieu des années 1990, avec une accélération dans les années 2000. La population a sensiblement augmenté, et de nouveaux commerces et entreprises ont ouvert, ce qui donne à la commune de Lafox une apparence plus « péri-urbaine » (aire urbaine d'Agen). Il existe une gare ferroviaire n'étant plus en activité depuis de nombreuses années mais habitée par des particuliers.

Vie locale[modifier | modifier le code]

La fête patronale et communale a lieu le 25 juillet.

Associations communales[modifier | modifier le code]

Associations Responsables
ASSAD "un cœur, un sourire" Mme Roman de Matteï
Art et peinture Mme Dellong
Culture et loisirs M. Betous
Parents d'élèves (FCPE) Mme Grolleau
Club de pétanque M. Standaert
Comité des fêtes M. Maccalli
Crèche Les Frimousses Mme Bonfanti-Dossat
Cyclo club M. Saint-Martin
Judo club M. de Reddon
Mober's club M. Richard
Société de chasse M. Darquié
Soleil d'automne Mme Sauvat
CAP2A (club de plongée) M. Barbé

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Teglio Veneto (Italie)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Lafox, qui se trouve sur la Séoune au confluent avec le ruisseau la Gaule, non loin de Saint-Pierre-de-Gaubert. Le donjon est la partie la plus ancienne et date du Moyen Âge. La première mention du château date de 1239. Les Durfort ont acheté le château en 1477. Après la guerre de Cent Ans, au XVe siècle, le château a été reconstruit. Il a été réaménagé au XVIe siècle. Alain de Durfort a fait construire la chapelle et une partie du logis après 1535. Son tombeau qui se trouvait dans la chapelle a été transporté au musée d'Agen. Charles IX a séjourné au château en 1564. On remarquera certaines fenêtres murées. Il a été classé au titre des monuments historiques en 1951[9].
  • Manoir de Prades[10],[11] sur le CD 16. Le manoir actuel a été construit dans la première moitié du XVIe siècle (le manoir existait en 1528) et agrandi au XVIIe siècle. La terre a appartenu à la famille de Cortète depuis le XVe siècle. Le membre le plus célèbre de cette famille a été le poète François de Cortète (1571-1655). Le manoir de Prades a été inscrit au titre des monuments historiques en 1959[12].
  • Église catholique Saint Christophe (XIIe siècle) et cimetière

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Transfert de compétence par AP 2005-355-2 du 21.12.2005 Conseil Général de Lot-et-Garonne
  2. Arrêté permanent du Conseil Général n° 2006-813-001 du 10.11.2006 portant sur la numérotation de l'ex RN 113 Conseil Général de Lot-et-Garonne
  3. Armorial de France
  4. Les informations fournies entre 1791 et 1904 proviennent du site FranceGenWeb.org rubrique Maires
  5. Historique UPSA sur le site BMS (Bristol-Myers Squibb)
  6. Historique UPSA Mise à jour janvier 2014 (l'ancien lien est visualisable en "archive" seulement)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  9. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Philippe Lauzun, Le château de Prades, p. 5-20, Revue de l'Agenais, 1906, tome 33 ( lire en ligne )
  11. J. Dubois, Le château de Prades, p. 124-153, 355-382, Revue de l'Agenais, 1906, tome 33 ( lire en ligne )
  12. « Manoir de Prades », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Saint Pierre de Clairac