Boé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boé (homonymie).

Boé
Boé
Tour de La Cassagne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton Agen-2
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Christian Dézalos
2014-2020
Code postal 47550
Code commune 47031
Démographie
Gentilé Boétiens
Population
municipale
5 572 hab. (2015 en augmentation de 2,79 % par rapport à 2010)
Densité 338 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 38″ nord, 0° 37′ 46″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 59 m
Superficie 16,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Boé

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Boé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boé
Liens
Site web www.ville-boe.fr

Boé est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Boétiens et les Boétiennes. Elle est la 10e ville du département et la 4e de l’aire urbaine d'Agen qui comptait une population de 110 199 habitants en 2010.

La ville de 5572 habitants, située sur la rive droite de la Garonne, est au cœur de l'agglomération d'Agen, structure intercommunale de 92 042 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine d'Agen située dans son unité urbaine, à une dizaine de kilomètres au sud-est d'Agen sur la Garonne. Elle fait partie des Villes fleuries avec trois fleurs.

Carte de Boé et des communes avoisinantes.

L’orientation et la localisation de Boé par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant (par route, de centre-ville en centre-ville) :

Ville[1] Agen Toulouse Bordeaux Montpellier Marseille Nantes Lyon Nice Paris
Distance

Orientation

Attenant

(N)

89 km

(SE)

123 km

(NO)

267 km

(SE)

393 km

(SE)

381 km

(N)

375 km

(NE)

533 km

(E)

539 km

(N - NE)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Boé est limitrophe de huit autre communes, dont Sauveterre-Saint-Denis au sud-est par un quadripoint.

Communes limitrophes de Boé[2]
Agen Bon-Encontre
Le Passage Boé Castelculier,
Lafox
Moirax Layrac Sauveterre-Saint-Denis
(par un quadripoint)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Topographie agen.jpg

L’altitude minimale est de 37 m, la maximale est de 59 m soit 48 m de moyenne. La mairie est à 46 m d’altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bassin de la Garonne.

La commune est traversée par le canal du Midi et longée par la Garonne dans ses parties sud-ouest, sud et sud-est. Elle est aussi arrosée par le Mondot et la Séoune qui confluent avec la Garonne sur son territoire, tous deux affluents de la Garonne. On notera que le Gers conflue avec la Garonne en rive gauche à l'extrême sud de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Équivalent gascon de l'occitan boièr « bouvier », que l'on francise en Boyer[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transports en commun d'Agen.

Le réseau Tempo exploité par la société Keolis Agen et dessert les 29 communes de l'agglomération d'Agen soit un total de 92 042 habitants depuis le , en remplacement du réseau Transbus.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Canal du Midi.

Le canal de Garonne passe dans la commune, elle possède un petit port de plaisance. Cette voie n’est utilisée que par les bateaux de plaisance, en grand nombre l’été. La Garonne n’est plus utilisée du tout.

Aéroport Agen-La Garenne[modifier | modifier le code]

Des vols vers l'aéroport Paris-Orly sont proposés, avec deux allers-retours quotidiens du lundi au vendredi et un aller-retour le dimanche soir.
41 138 voyageurs ont été transportés en 2014.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

TER Aquitaine.JPG

Climat[modifier | modifier le code]

La région d'Agen bénéficie d’un climat tempéré doux en automne, avec des printemps le plus souvent pluvieux et humides, des étés assez chauds et secs et des hivers doux. L’hiver est doux et le mois de janvier le plus froid comporte des températures proches de 5 °C. Le record de température minimale a été enregistré à −17,4 °C en janvier 1985. Au printemps, les températures sont en hausse régulière avec des mois d’avril et de mai souvent pluvieux. L’été est chaud et sec et les records de chaleur sont réguliers. Enfin, l’automne est doux et peu pluvieux[4].

Le centre de recherche de météo France se situe sur la commune du Passage, devant l’Aéroport Agen-La Garenne[5].

Tableau comparatif des données météorologiques d’Agen-Le Passage et de quelques villes françaises[6]
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Agen-Boé 1 984 716 4,8 30,1 70,6
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75
Mois Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes °C (Agen-Boé)[6] 3,1 4,5 5,0 6,7 10,6 13,2 15,4 15,1 13,0 10,6 6,6 4,0 8,2
Températures maximales moyennes °C (Agen-Boé)[6] 8,5 10,8 13,6 16,4 20,2 23,8 26,9 26,2 24,1 19,0 12,5 8,8 17,6
Températures moyennes °C (Agen-Boé)[6] 5,1 6,7 8,6 11,3 14,8 18,2 20,8 20,2 18,0 14,0 8,6 5,6 12,6

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Communauté d'agglomération d'Agen[modifier | modifier le code]

Vue d'Agen et son agglomération.

La communauté d'agglomération d'Agen regroupe vingt-neuf communes de l'aire urbaine d'Agen, dont Boé.

L'idée d'un regroupement intercommunal est née dans les années 1960 sous l'impulsion de Pierre Pomarede, puis développée en 1974 par René Lajunie, alors maire de Bon-Encontre, et le docteur Esquirol, maire d'Agen. Au cours de leur mandat sera créé le District de l'Agglomération agenaise, ancêtre de la communauté d'agglomération d'Agen.

La communauté d'agglomération d'Agen a permis le développement des communes et de nombreux services dont les transports en communs desservant notamment la commune de Boé, mais aussi celui de la collecte des déchets communs à l'ensemble de l'agglomération.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Boé a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[7]. En 2013, la commune obtient le label « Ville Internet @@@@@ »

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 Guy Saint-Martin PS Conseiller général du canton d'Agen-Sud-Est de 1985 à 2011
Conseiller régional (1986-2010)
mars 2001 en cours Christian Dézalos PS Conseiller général du canton d'Agen-Sud-Est depuis le 27 mars 2011
Les données manquantes sont à compléter.

Écologie - recyclage[modifier | modifier le code]

La communauté d’agglomération a équipé tous les foyers de cinq conteneurs (verre, papier et journaux, ordures ménagères, emballages et déchets verts) dans le but d’un tri sélectif de l’usager. Plusieurs ramassages par semaine sont effectués séparément pour chaque matière.

La commune dispose d’une déchèterie Z.A de Boé.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2017, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué trois fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[8].

En bord de Garonne, au nord-ouest de la commune, le parc naturel Agen-Garonne Passeligne-Pélissier, ou parc naturel de Passeligne, s'étend sur soixante hectares dont la moitié est occupée par deux lacs[9]. Quatorze kilomètres de chemins y ont été tracés et le parc comprend des aires de jeux pour enfants, des terrains de sport et des zones de pêche no-kill[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2015, la commune comptait 5 572 habitants[Note 1], en augmentation de 2,79 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
9371 1701 1021 1861 2261 2211 1311 1551 222
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 2041 2171 1721 1011 1071 1581 1621 1911 111
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 1041 1149641 0421 0601 1231 2421 3382 158
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
2 6333 2313 9604 0214 5035 1785 2785 4585 572
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

Juridictions[modifier | modifier le code]

Boé dépend des tribunaux de :

(gère les départements du Lot, du Gers et Lot-et-Garonne)

Forces de l’ordre[modifier | modifier le code]

La commune de Boé a une police municipale.

Pompiers[modifier | modifier le code]

Les pompiers sont basés à Agen.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Clinique Saint-Hilaire.

Pour la santé la ville dépend de celle d’Agen :

  • Hôpital Saint-Esprit au nord d’Agen.
  • Clinique Saint-Hilaire Esquirol (sud d’Agen).
  • Hôpital de Monbran.
  • Hôpital psychiatrique-la Candélie à Foulayronnes.

Sports[modifier | modifier le code]

Club de rugby à XV, le Rugby Club Bon Encontre-Boé évolue en Fédéral 2 pour la saison 2010-2011.
Club de Tir à l'arc, le club des Archers de Boé, est l'un des trois plus grands clubs de France, et compte parmi ses archers des champions du monde et membres de l'équipe de France.

Culture[modifier | modifier le code]

Boé finance l'École de musique associative Musiquenvie

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

On peut trouver dans la commune plusieurs types de journaux, Le Sud Ouest par exemple (siège à Bordeaux) avec une actualité nationale, régionale et locale, Le petit Bleu journal de l’Agenais ou la Dépêche du midi actualité du Lot-et-Garonne.

Radios[modifier | modifier le code]

Quatre radios émettent des décrochages à destination de l’agglomération agenaise :

  • Virgin Radio Agen (89.8 FM) ;
  • 47 FM (87.7 FM), créée en 2007 ;
  • ARL (95.9 FM) ;
  • Radio Bulle (93.6 FM).

Télévision[modifier | modifier le code]

Dans le département de Lot-et-Garonne les chaines régionales se limitent à France 3 Atlantique.

Possibilité d’avoir les programmes de la TNT.

Économie[modifier | modifier le code]

Petit village qui comporte très peu de commerçants et beaucoup d’habitations. Jusqu’il y a quelques années, simple banlieue rurale d’Agen, Boé est devenue peu à peu un pôle commercial d’importance. L’implantation de l’ENAP (école nationale d’administration pénitentiaire) délocalisée de Fresnes (région parisienne) à Agen, en septembre 2000, a en effet déplacé le centre de gravité de l’agglomération vers cette commune, qui accueille pour partie l’École, son restaurant géré par le CROUS, son gymnase. Le campus universitaire Michel-Serres, les résidences universitaires, le centre nautique de l’agglomération, jouxtent la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Thabita ressuscitée par saint Pierre, lithographie par Auguste Bry après le tableau par Alexandre Laemlein.
  • La tour Lacassagne, tour imposante qui a su protéger cet ancien village.
  • L'église Saint-Pierre-de-Gaubert recèle un tableau d'Alexandre Laemlein (1813-1871), donné par l'État, figurant sans doute au Salon de 1843. Le tableau est classé au titre des monuments historiques et montre saint Pierre ressuscitant Thabita[14].
  • Les berges de la Garonne et le parc naturel Agen-Garonne Passeligne-Pélissier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.annuaire-mairie.fr/distance-ville-boe.html
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1702, (ISBN 2600028846).
  4. « Climat du Lot-et-Garonne », météo France (consulté le 17 octobre 2007)
  5. infoclimat.fr
  6. a b c et d « Observations et Normales d’Agen », InfoClimat.fr (consulté le 17 octobre 2007)
  7. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  8. Site des villes et villages fleuris, consulté le 2 décembre 2017.
  9. a et b Jacky Sanugo, « Passeligne et l'embarras du choix », Le Mag no 297, supplément à Sud Ouest, 9 décembre 2017, p. 22-23.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « tableau : Thabita ressuscitée par saint Pierre », notice no PM47000072, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 12 avril 2018.