Astaffort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Astaffort
Église Sainte-Geneviève.
Église Sainte-Geneviève.
Blason de Astaffort
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton Le Sud-Est Agenais
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Louise Cambournac
2014-2020
Code postal 47220
Code commune 47015
Démographie
Gentilé Astaffortais
Population
municipale
2 030 hab. (2014)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 54″ nord, 0° 39′ 08″ est
Altitude 59 m (min. : 52 m) (max. : 215 m)
Superficie 35,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Astaffort

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Astaffort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Astaffort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Astaffort

Astaffort est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Astaffortais et les Astaffortaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Traversée par le Gers, la commune est située dans le Brulhois, à une dizaine de kilomètres au sud d'Agen.

Accès par la route nationale 21 entre Agen et Lectoure.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Astaffort
Marmont-Pachas Layrac Fals
Astaffort Cuq
Pergain-Taillac
(Gers)
Sempesserre
(Gers)
Gimbrède
(Gers)

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, à partir du , ce village de la zone libre a accueilli les 350 habitants du village mosellan de Solgne, évacués juste avant l'annexion de la Moselle par le Troisième Reich[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Astaffort Blason De gueules à la bande d'or, accompagnée de six croisettes du même.
Devise 
"Stat fortiter" (La ville fortifiée)[1]
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 André Garros   Fonctionnaire de la DGCCRF
mars 2014 en cours Louise Cambournac    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 030 habitants, en diminution de -1,84 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 729 2 372 2 474 2 631 2 785 2 527 2 414 2 581 2 608
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 518 2 434 2 560 2 511 2 583 2 515 2 536 2 194 2 059
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 960 1 857 1 781 1 619 1 707 1 668 1 773 1 700 1 740
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 792 1 740 1 802 1 835 1 828 1 880 2 016 2 015 2 030
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe Burty, (1830-1890) critique d'art, dessinateur, lithographe et collectionneur français.
  • Francis Cabrel (né en 1953), auteur-compositeur-interprète. Il a également été conseiller municipal de 1989 à 2004.
  • Henri Caillavet (1914-2013), homme politique, ancien député, sénateur et secrétaire d'État a été conseiller général du canton d'Astaffort (1951-1963).
  • Pierre-Marie Carré (né en 1947), évêque, a été curé d'Astaffort,
  • Philippe Dauzon (1860-1918), conseiller général d'Astaffort (1886-1918), député d'Agen (1893-1910) et président du conseil général de Lot-et-Garonne (1899-1913).
  • Louis Denis Jules Gavarret (1809-1890), polytechnicien et médecin.
  • Jean-Marc Mazzonetto (1983- ), joueur de rugby à XV
  • Jacques Sadoul (1934-2013), directeur de collection, directeur littéraire et anthologiste spécialisé en science-fiction [6].
  • La Maison de Preissac, qui portait le titre de comte d'Astaffort sous l'Ancien Régime.
  • Jean Pierre Dupin (né en 1957), auteur, comédien, humoriste.
  • Jacques Doazan (1953-2002), auteur dramatique, réalisateur, médecin.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau du Québec Saint-Zénon (Québec) depuis 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Baradat de Lacaze, Astafort en Agenais, notice historique et coutumes, H. Champion, Paris 1886 ; p. 226 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]