Sainte-Colombe-en-Bruilhois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Colombe.
Sainte-Colombe-en-Bruilhois
Sainte-Colombe-en-Bruilhois
La mairie et la porte du côté du couchant dans l'ancien rempart du village.
Blason de Sainte-Colombe-en-Bruilhois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton L'Ouest agenais
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Hubert Duffour
2014-2020
Code postal 47310
Code commune 47238
Démographie
Gentilé Sainte-Colombins
Population
municipale
1 659 hab. (2015 en augmentation de 0,18 % par rapport à 2010)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 43″ nord, 0° 30′ 59″ est
Altitude 167 m
Min. 35 m
Max. 168 m
Superficie 21,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Bruilhois

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Bruilhois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Bruilhois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Bruilhois
Liens
Site web Site de la mairie

Sainte-Colombe-en-Bruilhois est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses 1656 habitants sont appelés les Sainte-Colombins et Sainte-Colombines. Elle fait partie de l'arrondissement d'Agen et de son aire urbaine qui compte une population de 103 715 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'aire urbaine d'Agen en Brulhois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Colombe-en-Brulhois[1]
Sérignac-sur-Garonne Colayrac-Saint-Cirq Brax
Sainte-Colombe-en-Brulhois Roquefort
Montagnac-sur-Auvignon Moncaut Laplume

Climat[modifier | modifier le code]

L'agglomération bénéficie d'un climat tempéré doux en automne, avec des printemps le plus souvent pluvieux et humides, des étés assez chauds et secs et des hivers doux. L'hiver est doux et le mois de janvier le plus froid comporte des températures proches de 5 °C. Le record de température minimale a été enregistré à −17,4 °C en janvier 1985. Au printemps, les températures sont en hausse régulière avec des mois d'avril et de mai souvent pluvieux. L'été est chaud et sec et les records de chaleur sont réguliers. Enfin, l'automne est doux et peu pluvieux[2].

Le centre de recherche de météo France se situe sur la commune du Passage, devant l'Aéroport Agen-La Garenne à Estillac[3] .

Tableau comparatif des données météorologiques d'Agen-Sainte-Colombe et de quelques villes françaises[4]
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Agen-Sainte Colombe 1 984 716 4,8 30,1 70,6
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75
Mois Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes °C (Agen-Sainte Colombe)[4] 3,1 4,5 5,0 6,7 10,6 13,2 15,4 15,1 13,0 10,6 6,6 4,0 8,2
Températures maximales moyennes °C (Agen-Sainte Colombe)[4] 8,5 10,8 13,6 16,4 20,2 23,8 26,9 26,2 24,1 19,0 12,5 8,8 17,6
Températures moyennes °C (Agen-Sainte Colombe)[4] 5,1 6,7 8,6 11,3 14,8 18,2 20,8 20,2 18,0 14,0 8,6 5,6 12,6

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bruilhois.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sainte-Colombe-en-Bruilhois Blason D’argent au lion d’azur, couronné d’or, armé et lampassé de gueules[5].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 en cours Hubert Duffour DVD Retraité agricole

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2017, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2015, la commune comptait 1 659 habitants[Note 1], en augmentation de 0,18 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 395 1 257 1 285 1 268 1 533 1 405 1 375 1 339 1 306
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 210 1 174 1 112 1 068 1 020 966 925 922 845
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
851 830 812 686 711 747 708 742 792
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
792 743 920 998 1 238 1 345 1 543 1 656 1 659
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Climat du Lot-et-Garonne », météo France (consulté le 17 octobre 2007)
  3. [1]
  4. a, b, c et d « Observations et Normales d'Agen », InfoClimat.fr (consulté le 17 octobre 2007)
  5. [2]
  6. Site des villes et villages fleuris, consulté le 2 décembre 2017.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Note : suivant les documents et sites consultés, on trouve aussi la dédicace à Notre-Dame-du-Bourg pour cette église. La dédicace à Notre-Dame du Bourg est une erreur qui peut trouver une explication par la présence de la statue de la Vierge au-dessus du portail.
  12. « Église », notice no PA00084224, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Église de Mourrens », notice no PA00084225, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Visites en Aquitaine : Église Notre-Dame de Goulard
  15. Visites en Aquitaine : Nécropole mérovingienne de Coulon
  16. Visites en Aquitaine : Pigeonnier de Marassé
  17. Alain Beyneix, « Les architectures mégalithiques du département de Lot-et-Garonne », Bulletin de la Société préhistorique française, no 2, tome 97,‎ , p. 239-264 (lire en ligne)