Gwadar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Péninsule de Gwadar.

Gwadar
Gwadar
Vue aérienne de Gwadar
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Province Baloutchistan
Division Makran
District Gwadar
Démographie
Population 90 762 hab. (rec. 2017)
Géographie
Coordonnées 25° 07′ nord, 62° 19′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pakistan
Voir sur la carte administrative du Pakistan
City locator 14.svg
Gwadar

Gwadar (en ourdou : گوادر) est une ville portuaire pakistanaise de la province du Baloutchistan, située sur la péninsule du même nom, en mer d'Arabie, à 70 kilomètres de la frontière iranienne à l'ouest et à 460 kilomètres de Karachi à l'est. Gwadar fut une possession du sultanat d'Oman jusqu'en 1958, avant d'être cédée au Pakistan.

Capitale du district de Gwadar, la ville a une population de près de 91 000 habitants en 2017 ; elle est dotée d’un aéroport international, d’un port en eaux profondes, construit entre 2002 et 2007, et d’un terminal pétrolier. En plein développement, elle représente un lieu stratégique pour l'économie et l'armée du Pakistan ainsi que pour les intérêts chinois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gwadar, port du sud-ouest du Pakistan est une position stratégique reliant le golfe Persique au sous-continent indien. Sa position en fait dès les débuts de Mascate et Oman une possession du Sultanat où les Boutres venant d'Arabie font escale jusqu'au , date à laquelle le Sultanat d'Oman cède le port au nouvel État du Pakistan pour trois millions de dollars[1].

Le 1er , Gwadar devient la capitale d'un nouveau district portant son nom[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage et ville de Gwadar en fond.

La ville portuaire est située sur la péninsule de Gwadar, dans le sud-ouest du Pakistan et plus précisément dans la région du Baloutchistan. Elle est bordée par la mer d'Arabie et située à proximité d'Oman et surtout de l'Iran. La zone est un désert aride.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de la ville a été multipliée par près de six entre 1972 et 2017, passant de près de 16 000 habitants à environ 91 000. Entre 1998 et 2017, la croissance annuelle moyenne s'affiche à 3,8 %, largement supérieure à la moyenne nationale de 2,4 %[2].

Démographie de Gwadar
1972 (rec.) 1981 (rec.) 1998 (rec.) 2017 (rec.)
Population 15 794 17 000 45 021 90 762

La ville est majoritairement peuplée de Baloutches.

Économie[modifier | modifier le code]

Port de pêche de Gwadar.

La population de la ville est principalement pauvre, la province du Baloutchistan étant la moins développée du pays. En dehors des activités économiques liées au port développées depuis les années 1990, les habitants vivent surtout de la pêche artisanale.

Port[modifier | modifier le code]

Les installations portuaires (militaires et civiles), inaugurées le , font de la ville un point stratégique à divers degrés :

Le port Gwadar a un coût prévisionnel de 1,2 milliard de dollars, financé à 85 % par la République populaire de Chine et 15 % par la République islamique du Pakistan. Il possède une superficie de 18 600 hectares pour 600 mètres de quai, un bassin de manœuvre de 450 mètres de diamètre et une profondeur de 12 à 14 mètres.

Le financement chinois a facilité l'implantation à Gwadar d’une base navale[3], ce qui répond à la stratégie chinoise d'établissements de bases outre-mer.

Proche du détroit d'Ormuz et de la route maritime venant de la mer Rouge par laquelle passe le pétrole soudanais, le port de Gwadar (en) est idéalement situé du point de vue des intérêts chinois.

En , le port est officiellement loué à une entreprise publique chinoise pour 40 ans, la Chinese Overseas Ports Holding Company (COPHC). Cette société est aussi chargée de la gestion du port. Cette location s'inscrit dans le projet sino-pakistanais de « corridor économique » qui offre à la Chine un port de commerce sur l'océan Indien et un réseau de transport du port vers la Chine[4].

Culture[modifier | modifier le code]

Le rallye automobile de Gwadar.

La ville est sujette à différentes influences : de culture indo-pakistanaise, Baloutche et Arabe Omanaise. La ville est une ancienne possession maritime du Sultanat d'Oman et est situé dans la région du Baloutchistan qui s'étant sur le Pakistan et l'Iran.

Le nom Gwadar vient des mots baloutches « gwat » (vent) et « dar » (porte)[5].

Politique[modifier | modifier le code]

Gwadar est un fief largement acquis aux divers partis politiques baloutches.

Depuis 2002, la ville et son district sont représentés par la circonscription no 51 à l'Assemblée provinciale du Baloutchistan. Lors des élections législatives de 2008, elle a été remportée par un candidat de la Ligue musulmane du Pakistan (Q)[6], durant les élections de 2013, par un candidat du Parti national baloutche[7] et par une scission de ce dernier lors des élections de 2018, le Parti national baloutche (Awami)[8].

À l'Assemblée nationale, ils sont partiellement représentés par la circonscription no 272, partagée avec le district de Lasbela. Lors des élections de 2008, elle a été remportée par un candidat du Parti national baloutche[9], et de même durant les élections de 2013[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]