Thorigné-sur-Dué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thorigné-sur-Dué
Thorigné-sur-Dué
Le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes Le Gesnois Bilurien
Maire
Mandat
Nathalie Gauthier-Chailloux
2020-2026
Code postal 72160
Code commune 72358
Démographie
Gentilé Thorignéen
Population
municipale
1 611 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 17″ nord, 0° 32′ 11″ est
Altitude Min. 64 m
Max. 146 m
Superficie 18,99 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Calais
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Thorigné-sur-Dué
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Thorigné-sur-Dué
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thorigné-sur-Dué
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thorigné-sur-Dué

Thorigné-sur-Dué est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 611 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Thorigné-sur-Dué fait partie de la communauté de communes Le Gesnois Bilurien.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Sur la route de Saint-Michel-de-Chavaignes on trouve deux lieux-dits : le Chat qui fume et en face Chat qui pêche. De plus, sur la route de Nuillé-le-Jalais, au carrefour avec la route de Connerré, un lieu-dit porte le nom de : la Pie Qui Couette.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux années 1950, deux lignes de chemin de fer se croisaient à la gare :

Les trains du TGV Atlantique vers Nantes et Brest empruntent la ligne à grande vitesse qui lui est affectée qui traverse le nord-ouest de la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Thorigné-sur-Dué est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (89,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (52,2 %), prairies (27 %), zones agricoles hétérogènes (9,6 %), forêts (6,9 %), zones urbanisées (4,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'origine gallo-romaine, la cité s'appelait Thoriniacum dérivé du nom d'un propriétaire foncier appelé Taurinus, suivi du suffixe -i-acum de localisation. Équivalent des Thorigny et Thorignat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Durant la guerre franco-prussienne de 1870, la commune est le siège le d'une bataille entre l'armée prussienne et l'armée de la Loire sous les ordres du général Chanzy. Il s'ensuivit une retraite vers Auvours (au sud-ouest du Mans) où l'armée française est définitivement battue les 10 et . Connue sous le nom de « bataille du Mans », c'est une défaite décisive de la France contre l'Allemagne. Comme trace de ces faits, il existe un vestige d'une maison criblée de balles au lieu-dit la Chéquinière sur la route de Connerré, un prestigieux monument aux morts dont le soldat indique avec son bras le chemin que doivent prendre les troupes ennemies pour se retirer de la commune. En 1944, la deuxième division blindée a effectivement utilisé la route vers Dollon pour libérer le village.

En 1994, la commune est le cadre de l'affaire Leprince.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 1989) mars 2001 Claude Plais   Entrepreneur (maçonnerie)
mars 2001 mars 2008 Christian Blache-Comte   Dentiste
mars 2008[9] mai 2020 Jean-Claude Godefroy[10] SE Retraité
mai 2020[11] En cours Nathalie Gauthier-Chailloux SE Responsable assurance de personne
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2018, la commune comptait 1 611 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5241 6011 5561 5851 6761 9221 8521 8651 877
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9161 8661 8531 7751 6561 5921 5651 5641 479
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4481 4261 3981 3561 3581 2671 2851 1911 204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 1821 4241 5551 4931 5181 5461 5571 6291 602
2018 - - - - - - - -
1 611--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population par sexe: Hommes = 51 %, Femmes = 49 %

Situation matrimoniale: Mariés = 52 %, Célibataires = 32 %, Veufs = 10 %, Divorcés = 6 %

Variations démographiques
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Naissances 15 23 23 16 24 13 15 22
Décès 19 22 20 20 21 12 29 28

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foire agricole.
  • Fête de la musique.
  • Tournoi inter-quartier organisé par l'Association sportive de Thorigné-sur-Dué.
  • Comice agricole tous les huit ans.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Association sportive de Thorigné-sur-Dué.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Céréales, bovins, porcins (pour la fabrication régionale de rillettes du Mans).
  • Choux à choucroute et cornichons (pour l'usine de conserves Charles Christ à Connerré).
  • Centres d'éducation (IME et foyer ANAIS) .

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame d'origine romane, en partie reconstruite, ayant un vitrail du XVIe siècle et un retable du XVIIe.
  • Monument aux morts.
  • Hôtel Saint-Jacques, très grande restauration.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (une fleur) au concours des villes et villages fleuris[16].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 655
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Jean-Claude Godefroy élu maire, Claude Plais premier adjoint », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  10. Réélection 2014 : « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre, (consulté le ).
  11. « Municipales. Thorigné-sur-Dué : Nathalie Gauthier-Chailloux a été élue », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :