Maisoncelles (Sarthe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maisoncelles.

Maisoncelles
Maisoncelles (Sarthe)
Église Notre-Dame-de-la-Visitation.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Saint-Calais
Intercommunalité Le Gesnois Bilurien
Maire
Mandat
Dominique Drouet
2014-2020
Code postal 72440
Code commune 72178
Démographie
Gentilé Maisoncellois
Population
municipale
191 hab. (2016 en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 09″ nord, 0° 34′ 13″ est
Altitude Min. 129 m
Max. 171 m
Superficie 11,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Maisoncelles

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Maisoncelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maisoncelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maisoncelles

Maisoncelles est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 191 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maisoncelles
Bouloire
Saint-Mars-de-Locquenay Maisoncelles Écorpain
Tresson Évaillé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Maisoncellois.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Maisoncelles se trouve sur le tracé de l'importance voie antique qui relie Vindunum (Le Mans) à Genabum (Orléans). La via lugdunensis (route de Lyon) traverse la commune de la Janverie (Bouloire) jusqu'à Marchesas (Écorpain). Connue aussi sous le nom « d'ancien chemin des romains » ou « chemin rouge » à cause des matériaux utilisés pour le remblaiement (scories de fer), la route, son emprise, sa technique de construction ont été décrits par l'abbé Voisin dans les années 1840[Où ?].

Nous trouvons [Où ?] l'origine du nom du lieu (mancionnis cellae, mesuncellis...). Il s'agissait d'une maison ou d'une ferme qui jouait le rôle d'une réserve de fourrage et nourriture, sans doute un de ces relais qui jalonnaient le chemin tous les quarante kilomètres environ, un endroit où les troupes et voyageurs trouvaient moyens et subsistances nécessaires pour continuer la route.

À l'époque médiévale, la châtellenie de Maisoncelles est un fief complètement organisé, l'un des plus considérables de la baronnie de Saint-Calais. Sa juridiction s'étend jusqu'au bords de la Braye et du Loir. Les seigneurs de Maisoncelles sont des personnages très importants, on en trouve cités dans des actes datés de 1075, 1084, 1154, 1217, 1239, 1242.

Au XIVe, la seigneurie appartient à la famille d'Illiers. En 1367, Geoffroy d'Illiers tue un habitant d’Écorpain qui l'avait insulté à la première porte du fort de Maisoncelles. Guillaume V d'Illiers est enterré le 15 août 1405 dans l’église de Maisoncelles , son fils Pierre instituera, en faveur de cette église, en 1424, une rente appuyée sur la terre des Petites Bruyères.

En 1432, le château de Maisoncelles sert de prison.

Des brigands, gens de guerre en rupture de campagne, sillonnent le Maine. Il est fréquent que des voyageurs, souvent simples particuliers, soient capturés et gardés dans un cachot de telle ou telle place forte de la région, dans l'attende du versement d'une rançon. Cette pratique courante est illustrée par un document provenant de l'évêché. L'évêque du Mans accorde des secours aux familles qui se trouvent dans des situations trop douloureuses. Le receveur/comptable de l'évêché tient une liste très précise de ses « aumosnes », il note les montants, les bénéficiaires et les lieux de détention. C'est ainsi que nous savons qu'une vingtaine de prisonniers, parmi ceux qui sont détenus à Maisoncelles, ont reçu une aide cette année-là. Le propre secrétaire de l’évêque et son écuyer furent menés à Maisoncelles par les brigands qui les ont arrêtés à Lucé où « ils étaient allés du commandement de Monseigneur pour pourchasser la délivrance de quatre bœufs et une jument ». Une somme de 17 sols et 6 deniers fut accordée à Olivier Boisbic et Jehan Telaye.

Après 1440, le seigneur de Maisoncelles est Florent d'Illiers, chambellan du roi Louis XI, gouverneur de Châteaudun, capitaine et bailli de Chartres. Compagnon de Jeanne d'Arc, Florent s’était illustré en mars 1429, quand il entra dans Orléans assiégé, à la tête de 400 lances. Il contribuera ensuite à chasser l'anglais du Vendômois et du Perche.

La châtellenie appartient ensuite à Magdeleine, puis à Antoinette d'Illiers, connues sous le nom de « dames de Maisoncelles ». Magdeleine épousera Jacques de Daillon , seigneur du Lude, cité comme chevalier Sieur de Maisoncelles en 1501. Antoinette se mariera quatre fois, ce qui ne l’empêchera pas de vivre jusqu'à environ 80 ans. De sa troisième union naîtront Paul Chabot, seigneur de Maisoncelles en 1559 et 1570, puis Anne Chabot dont le mariage avec Jehan de Maillé de la Tour Landry débouchera sur le rassemblement des seigneuries de Bouloire et de Maisoncelles au profit de leurs fils, Francois puis Jehan II. C 'est en récompense des services de Jehan II de Maillé de la Tour Landry, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, qu'Henri IV réunira officiellement , en 1593, les châtellenies de Bouloire, Maisoncelles et Ecorpain au sein de la baronnie de Bouloire. Des lors le destin de Maisoncelles se trouve scellé.

Il est vrai que, déjà depuis un siècle au moins, le château de Bouloire avait été choisi comme résidence par les seigneurs, exposant celui de Maisoncelles à un abandon propice à la destruction.

Le château de Maisoncelles est connu par des actes datés de 1408, 1457, 1488, 1529. Situé sur une motte à environ 225 m au sud de l’église, il comprenait « basse cour, courtilz (jardins), vergers, maison, douves, pont-levis et autre chose en un tenant joignant de toutes pars à mes terres, boys et étangs... ». Il était protégé à l'ouest par l'etangsort qui coulait en contrebas. Il a certainement connu une histoire bien tourmentée notamment entre 1360 et 1450 quand la région fut le théâtre de combats, pillages et exactions les plus divers, à l'occasion des luttes contre l'envahisseur anglais. Le château n'a pas résisté aux décennies qui suivirent. Nous noterons pour conclure que le 11 juin 1559, le jeune Louis de Ronsard, seigneur de la Chapelle Gauguin et de la Possonnière, neveu de l'illustre poète, « se présente devant les ruines du château de Maisoncelles »où il vient rendre hommage à Messire Paul Chabot, châtelain du lieu.

L'histoire des seigneurs de Maisoncelles se confond ensuite avec celle des châtelains de Bouloire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 René Cosnard    
mars 2001[1] mars 2008 Michel Cochon    
mars 2008 mars 2014 Robert Forgeard SE  
mars 2014[2] En cours Dominique Drouet SE Technicien territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 191 habitants[Note 2], en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378406457511536487481474451
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
444472444433446431413403402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
425422401375355340372347312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
290242200204177204199198182
2016 - - - - - - - -
191--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Visitation.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :