Semur-en-Vallon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Semur-en-Vallon
Semur-en-Vallon
Écoles communales de Semur-en-Vallon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées de la Braye et de l'Anille
Maire
Mandat
Yvan Bosnyak
2020-2026
Code postal 72390
Code commune 72333
Démographie
Gentilé Semurois
Population
municipale
444 hab. (2018 en augmentation de 0,68 % par rapport à 2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 26″ nord, 0° 39′ 16″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 184 m
Superficie 15,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Calais
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Semur-en-Vallon
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Semur-en-Vallon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Semur-en-Vallon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Semur-en-Vallon

Semur-en-Vallon est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 444 habitants[Note 1] (les Semurois).

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Semur-en-Vallon est un village sarthois situé à 40 km à l'est du Mans dans la région naturelle du Perche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Semur-en-Vallon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Sinemurum en 518[7].

Du latin sine muro, « sans mur » d'enceinte[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 1981) ? Robert Pottier    
(avant 2001) mars 2008 Daniel Gonsard    
mai 2020 Alain Carreau[8] SE Agriculteur retraité
mai 2020[9] En cours Yvan Bosnyak SE Agent de maîtrise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 444 habitants[Note 3], en augmentation de 0,68 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5416586508651 0181 0151 0421 027963
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 000931945892950896851844869
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
822808779673677662579523517
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
451402413438429441472455439
2018 - - - - - - - -
444--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La plus grande entreprise est Métaseval qui emploie une bonne partie de la population du village et des alentours.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village de Semur-en-Vallon propose un train touristique qui permet de voyager le temps d'une après-midi dans la campagne semuroise et de renouer avec le temps des petits trains d'autrefois.

  • Le musée de la Paix.
  • L'église Saint-Martin.
  • La chapelle Sainte-Barbe, ouverte lors des journées du patrimoine.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • La Compagnie du Chemin de Fer de Semur en Vallon (CCFSV) près du plan d 'eau.
  • Le musée de la Paix, lieu historique.
  • Le Twirling semurois qui regroupe un grand nombre de jeunes filles de la commune et des communes voisines et qui participe à des concours.
  • L'Amicale semuroise qui organise la fête de la Braise lors de la Saint-Jean dans l'allée du château. Les randonnées VTT et pédestres de la Semuroise en juin qui permettent à environ 600 personnes de découvrir le village.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le cross Courons à Semur en juillet.
  • Courses cyclistes en octobre.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Joseph d'Aumont (1809-1888), 10e et dernier duc d'Aumont et de Villequier, explorateur de l'Egypte, châtelain de Semur, mort et inhumé au Caire : son légataire universel, Aristide Gavillot, lui fait ériger un mausolée inspiré du style égyptien dans le cimetière de Semur où sa dépouille ne sera finalement jamais transférée et où repose ledit Gavillot depuis 1912[14].
  • Valéry Giscard d'Estaing, 3e Président de la Ve République française (1974-1981) : le , Semur-en-Vallon fut le lieu de son huitième « dîner chez les Français » du septennat[15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[16].
  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 117
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 392.
  8. Réélection 2014 : « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le 13 avril 2014).
  9. « Municipales. Semur-en-Vallon : Yvan Bosnyak, nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 août 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Pierrick Barreau, « Cénotaphe du duc d'Aumont, rue des Écoles », Patrimoines, l'inventaire en région, sur gertrude.paysdelaloire.fr, Semur-en-Vallon, Région Pays de la Loire, (consulté le 10 avril 2021)
  15. Mathilde Belaud, « Mort de Valéry Giscard d’Estaing. Quand le Président s’invitait à dîner chez un couple de Sarthois », sur ouest-france.fr, (consulté le 10 avril 2021)
  16. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :