Lavaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lavaré
Lavaré
L'église Saint-Pierre après la restauration de 2014.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées de la Braye et de l'Anille
Maire
Mandat
Nicolas Massé
2020-2026
Code postal 72390
Code commune 72158
Démographie
Gentilé Lavaréen
Population
municipale
843 hab. (2018 en diminution de 0,82 % par rapport à 2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 12″ nord, 0° 38′ 41″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 199 m
Superficie 22,88 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction La Ferté-Bernard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Calais
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Lavaré
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Lavaré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavaré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavaré
Liens
Site web www.lavare-72.fr

Lavaré est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 843 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine, et se situe dans le Haut-Maine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lavaré est un village de l'est de la Sarthe à une quarantaine de kilomètres du Mans. La commune est traversée par le ruisseau la Tortaigne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lavaré est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Ferté-Bernard, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (67,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,5 %), forêts (33,8 %), prairies (19,1 %), zones agricoles hétérogènes (3,6 %), zones urbanisées (2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté au XIe siècle sous la forme Lavariacum[réf. à confirmer][9].

Le gentilé est Lavaréen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie antique traversait le territoire avec une possible occupation humaine[9].

Au XIe siècle, il est fait mention de « Lavariacum » dans un texte révélant que le propriétaire des terres, entrant dans les ordres, fait don de son bien à l’abbaye de la Couture du Mans[9]. Le bourg doit peut-être sa création à la construction de l'église romane — dont une partie reste visible — par la volonté de cette abbaye.

En , un Messerschmitt 109 a été retrouvé dans un champ, non loin de Saint-Maixent. Cet avion serait tombé entre juin et , et un autre se serait abîmé vers Saint-Michel-de-Chavaignes le même jour[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977[10] mars 2008 Roger Massé PCF[11] Principal de Collège
mars 2008 En cours Nicolas Massé[12] SE Assureur
Les données manquantes sont à compléter.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école primaire se situe au centre du village.

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre de santé médical et dentaire le plus proche se trouve à Vibraye. Les hôpitaux les plus proches se trouvent à La Ferté-Bernard et Saint-Calais.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2018, la commune comptait 843 habitants[Note 4], en diminution de 0,82 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9009809631 0451 2221 2441 2331 2981 326
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3391 3521 3221 2901 2571 2391 2521 2671 208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2391 2981 3071 1181 1301 1061 0451 010921
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
922824761728712736808841842
2018 - - - - - - - -
843--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Location de chalets à la base de loisirs.
  • Agriculture.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église Saint-Pierre de Lavaré pendant sa restauration.
  • Église Saint-Pierre, des XIe et XVIe siècles, classée au titre des Monuments historiques en 2004[17] à l'initiative de l'association Le Bois aux Moines, créée en 1987 afin de protéger et restaurer l'église. Le Bois aux Moines propose des expositions et des concerts, dans l'église et le prieuré attenant, notamment dans le cadre de l'opération Patrimoine vivant, sous l'égide du conseil départemental de la Sarthe. L'église a été restaurée en 2014.
  • Prieuré du XVIe siècle, entièrement rénové en 2007, en location pour les manifestations, professionnelles ou privées.
  • Lavoir restauré sur le ruisseau la Tortaigne.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Base de loisirs dotée d'un lac, plage surveillée l'été avec jeux, zone de pêche, piste cyclable pour vélo et roller, skate park, camping deux étoiles, terrain de cross, terrain de boules, panier de basket, terrain de foot, terrain de tennis, parcourt santé.
  • La base de loisirs propose également des chalets d'hébergement de groupes, une salle de réception et un chalet des randonneurs avec tables et barbecue en libre service.

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le 14-Juillet c'est à Lavaré : sur la base de loisirs a lieu chaque année, depuis 1977, une grande fête réunissant petits et grands. Défilé en habit d'époque avec musique, restauration, animations et jeux toute la journée. Le soir, un spectacle sons et lumières sur le thème du 14-Juillet avec embrasement d'une grande Bastille (plus de 150 m2 au sol) et feu d'artifice à la nuit tombée.
  • Expositions et concerts du Bois aux Moines dans l'église ou le prieuré.

Sports[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de La Ferté-Bernard », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b et c Site du tourisme du Val de Braye
  10. « MASSÉ Roger, Alphonse », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr, Le Maitron (consulté le ).
  11. « Des villes, des maires communistes - Source ANECRE - PCF.fr » (consulté le ).
  12. Réélection 2020 : « Municipales à Lavaré. Nicolas Massé réélu maire avec treize voix », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Église Saint-Pierre », notice no PA00109775, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Association du jumelage

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :