Coudrecieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coudrecieux
Coudrecieux
L'église Saint-Sigismond.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes Le Gesnois Bilurien
Maire
Mandat
Laurent Goupil
2020-2026
Code postal 72440
Code commune 72094
Démographie
Gentilé Coudrécelestin
Population
municipale
615 hab. (2018 en diminution de 6,25 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 33″ nord, 0° 37′ 48″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 182 m
Superficie 24,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Calais
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Coudrecieux
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Coudrecieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coudrecieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coudrecieux

Coudrecieux est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 615 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine (Maine blanc).

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Coudrecieux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (41,2 %), terres arables (36,9 %), prairies (14,4 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), zones urbanisées (2,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Coudrecélestin. Le nom de la commune semble lié à la présence de forêts, plus particulièrement de bois de coudriers.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du Moyen Âge, la vie locale dépend sans doute pour une bonne partie de la fabrication et du négoce du verre[9]. La présence de grandes forêts et l'éloignement de grandes rivières navigables pour en assurer le transport a favorisé le développement de cette industrie, entre Perche et Vendômois, qui consommait donc localement cette production sylvicole.

Dans son Dictionnaire topographique[10] publié en 1829, Julien Rémy Pesche indique qu'une verrerie, construite en 1732 et située près du bois des Loges, fabrique toutes sortes d'objets en verre et cristal de belle qualité. Cette fabrique fait vivre 80 à 90 ouvriers. Selon l'abbé Charles Girault (1882-1964, spécialiste de l'histoire de la Sarthe ainsi qu'en témoigne l'importance du "fonds Girault" aux archives départementales de la Sarthe) déjà une ancienne verrerie "existait avant le XVIIe siècle, dans le voisinage de la Teillaie et des Maisons-Rouges, sur le chemin de Semur à Coudrecieux".

Un mémoire relatif au rétablissement d'une manufacture de verrerie dans la paroisse de Coudrecieux (consultable aux archives départementales d'Indre et Loire car Coudrecieux dépendait au début du XVIIIe siècle de la généralité de Tours) indique que :

« Le sieur Le Gras du Luart représente qu'il a une quantité considérable de bois taillis dans les paroisses de Coudrecieux et autres circonvoisines situées province du Maine, élection du Château-du-Loir, généralité de Tours. Que ces bois dépérissent et se perdent faute de consommation attendu la difficulté des transports et l'éloignement des rivières navigables. Depuis l'interruption de cette verrerie, il n'y a plus eu de consommation de bois taillis, plus de travail et de secours pour les habitants, en sorte qu'il y a plus de trois cents maisons ou bordages abandonnés ou détruits en ce canton. Dans la vue de procurer du travail aux habitants qui y restent et des secours pour le paiement des impositions et afin d'avoir le débit des bois, le sieur Le Gras demande qu'il lui soit permis de rétablir une verrerie. »

À la suite d'un décret impérial du , Coudrecieux, qui comptait alors 762 habitants, absorbe la commune des Loges (445 habitants).

Quarante-six habitants de Coudrecieux sont morts pour la France durant la Première Guerre mondiale[11].

Au lieu-dit la Pierre, la verrerie désaffectée a été transformée en camp d’internement pour les nomades entre et le où 370 d'entre eux sont transférés au camp de Mulsanne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1920 ? Auguste Bluteau    
1932 ? Arthur Louis Bezard    
1951 1977 Ladislas du Luart   Sénateur de la Sarthe (1968-1977)
Conseiller général du canton de Bouloire (1964-1976)
Vice-président du conseil général de la Sarthe
1977 1983 Yves Bataille    
1983 mars 2001 Frédéric de Montalembert    
mars 2001 mars 2014 Michel Hoguin PCF  
mars 2014[12] En cours Laurent Goupil[13]   Responsable d'un service enfance jeunesse
Les données manquantes sont à compléter.

Depuis le , Coudrecieux est rattachée à l'intercommunalité du Gesnois Bilurien qui regroupe vingt-trois communes et plus de 30 600 habitants.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 615 habitants[Note 3], en diminution de 6,25 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6016697621 2931 4221 3481 4111 3771 436
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4231 4011 4021 4661 4801 4701 4501 4141 426
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4701 5191 4701 3711 2991 2151 1721 1291 024
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
986904733573530568609634619
2018 - - - - - - - -
615--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Coudrecieux possède plusieurs monuments notables :

  • L'église Saint-Martin, au hameau des Loges, du XIe au XVIe siècles. Classée au titre des Monuments Historiques en 1952[18]. Le clocher roman à deux étages a la particularité d’être tout en pierre. Il daterait de l'an mil. Au Sud, l’église se prolonge par une chapelle romane. La fresque de la voûte présente un original concert de douze anges musiciens[19] (estimé fin du XVe siècle)[20].
  • L'église Saint-Sigismond, du XIIe au XIXe siècle). L'édifice d'origine daterait du XIIe siècle. Le clocher, situé côté sud, est une tour carrée couronnée par une originale poivrière de forme octogonale qui daterait du XVIIe siècle. Des rénovations importantes ont été effectuées aux XIXe et XXe siècles.
  • Le château des Loges, du XVIe siècle. Julien-Rémy Pesche indique la présence de fortifications gallo romaines, en réutilisation d'un site gaulois. Au demeurant, le nom de "Loges" (loiges) confirme la présence de fortification (tour ou château).
  • Le château de la Pierre, du XVIe au XIXe siècle.
  • Le manoir de la Cour[21], du XVIe siècle, Logo monument historique Inscrit MH
  • Le foyer Sainte-Élisabeth, édifié au XIXe siècle comme une école libre pour les filles. Il est devenu, plus tard, une maison de retraite. Désaffecté, il a été racheté par la commune et a été utilisé ponctuellement par des associations de la commune. Il a depuis été vendu par la commune à un propriétaire privé.
  • La verrerie de la Pierre, bâtiment désaffecté situé à proximité du château de la Pierre (fonctionna de 1733 à 1936). Entre octobre 1940 et avril 1942, l'ancienne verrerie sera utilisée comme camp d'internement de nomades.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Diverses animations organisées tout au long de l'année par l'association Coudre'liens[22].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

La romancière et dramaturge anglaise Daphne du Maurier, dont de nombreux ouvrages (son plus célèbre étant sans doute Rebecca) ont été adaptés au cinéma (notamment par Alfred Hitchcock), avait des ancêtres issus de la commune de Coudrecieux. Elle a d'ailleurs publié un récit intitulé Les Souffleurs de verre (titre original The glass-blowers, paru en 1963) dans lequel elle évoque ses aïeux coudrecélestins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 1, , p. 917
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Justification de la mémoire de M. Pierre Codde [...] contre un decret de l'inquisition du 14 janvier 1711 », sur Dutch Pamphlets Online (consulté le ).
  10. « Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe : suivi d'une biographie et d'une bibliographie », sur archive.org (consulté le ).
  11. (en) Éric Blanchais, « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  12. « Les nouveaux maires et adjoints élus », Le Maine libre, (consulté le ).
  13. Réélection 2020 : « Coudrecieux. Des projets de commissions et de page Facebook », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Église des Loges », notice no PA00109725, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Christian, « coudrecieux », sur www.apemutam.org (consulté le ).
  20. « Peinture murale sur la voûte du chœur : anges musiciens, ensemble », notice no APMH00294008, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  21. « Manoir de la Cour », notice no PA72000031.
  22. « Permanences du café associatif de Coudre'liens », sur cc-paysbilurien.fr, communauté de communes du Pays Bilurien (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :