Rouperroux-le-Coquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rouperroux-le-Coquet
Rouperroux-le-Coquet
Une ancienne grange en centre-bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes Maine Saosnois
Maire
Mandat
Pascal Champclou
2020-2026
Code postal 72110
Code commune 72259
Démographie
Gentilé Coqueroupéen
Population
municipale
287 hab. (2018 en diminution de 7,42 % par rapport à 2013)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 37″ nord, 0° 25′ 49″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 133 m
Superficie 12,07 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bonnétable
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Rouperroux-le-Coquet
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Rouperroux-le-Coquet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouperroux-le-Coquet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouperroux-le-Coquet

Rouperroux-le-Coquet est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 287 habitants[Note 1].

Bien que située dans la région naturelle du Perche sarthois, la commune fait partie de la province historique du Maine[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rouperroux-le-Coquet
Saint-Cosme-en-Vairais
Courcival Rouperroux-le-Coquet Nogent-le-Bernard
Terrehault Bonnétable

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Guémançais (orthographié Gué-Mançais sur le cadastre de 1835), l'Ardrillère, le Domaine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rouperroux-le-Coquet est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau qui traverse la commune lui a donné son nom : du celtique ru, ruisseau, et de pietrossus, pierre[réf. nécessaire]. C'est en 1894 que le qualificatif de Coquet a officiellement été accolé au nom de Rouperroux[7].

Le village est situé sur l'ancienne voie romaine Le Mans-Evreux. La ligne droite démarre au guémancais (Gué Mansais) et se poursuit vers Terrehault en empruntant la voie nommée "chemin vert" à la sortie vers Bonnétable.

Le gentilé est Coqueroupéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église de Rouperroux, mentionnée en 1405, est vers 1508 à la présentation du seigneur de paroisse.

Le village s'est développé avant le milieu du Moyen Age sur la rive nord du ruisseau (ancienne limite seigneuriale ?).

En 1747-1748, le village présente un bâti discontinu d'une trentaine d'édifices,

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1971[8] mars 2014 Georges Champclou SE Retraité
mars 2014[9] En cours Pascal Champclou[10] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2018, la commune comptait 287 habitants[Note 3], en diminution de 7,42 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %). En 1836, Rouperroux comptait 761 habitants[7].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
598511636662683761721722690
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
644692653589598564570557585
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
576535521427465474413429403
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
394347337300263277319325313
2017 2018 - - - - - - -
290287-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Boucherie charcuterie.
  • Salon de coiffure.
  • Restauration, bar.
  • Imprimerie.
  • Gîtes.
  • Chambres d'hôtes.
  • Dépôt de pain.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Relais de poste (ancien) du XVIIe siècle.
  • École (ancienne) de 1877.
  • Presbytère (ancien) des XVe et XVIe siècles, rue Principale.
  • Église Saint-Mamert-et-de-la-Vierge, des XIe et XVIe siècles, renfermant un haut-relief intitulé la Mort de la Vierge, du XVIe siècle, classé monument historique au titre d'objet en 1908[14].
  • Prieuré (ancien) de Guémançais.
  • Motte castrale au lieu-dit la Poudrière.
  • Gare tramway "La détourbe" : bifurcation entre 2 sections du Tramway Sarthois : La Détourbe - Saint-Georges-du-Rosay - La Ferté-Bernard (16 km) et la section Bonnétable - La Détourbe - Mamers (26 km). Mise en service en 1898, et fermeture au service voyageurs et marchandises en 1947.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le premier dimanche de mars : banquet des laboureurs
  •  : vide-greniers.
  •  : fête du village.
  • Le 2e week-end d'octobre : concours de pétanque.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 2, , p. 1410
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. « Georges Champclou arrête à l'issue de son 7e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er juin 2016).
  9. « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre, (consulté le 30 mars 2014).
  10. Réélection 2020 : « Municipales à Rouperroux-le-Coquet. Pascal Champclou réélu au poste de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 février 2021).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Haut-relief : La Mort de la Vierge », notice no PM72000780, base Palissy, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]