Aller au contenu

Lombron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lombron
Lombron
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes Le Gesnois Bilurien
Maire
Mandat
Alain Grémillon
2020-2026
Code postal 72450
Code commune 72165
Démographie
Gentilé Lombronnais
Population
municipale
1 900 hab. (2021 en diminution de 1,3 % par rapport à 2015)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 41″ nord, 0° 25′ 05″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 134 m
Superficie 24,11 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Le Mans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Savigné-l'Évêque
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Lombron
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Lombron
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
Lombron
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Lombron
Liens
Site web www.mairie-lombron.fr

Lombron est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 900 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine (Maine roux).

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Moyenne vallée de la Loire, caractérisée par une bonne insolation (1 850 h/an) et un été peu pluvieux[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 714 mm, avec 11,4 jours de précipitations en janvier et 7,1 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Saint-Corneille à 6 km à vol d'oiseau[5], est de 12,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 774,0 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Lombron est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Mans, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[10]. Cette aire, qui regroupe 144 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (30,4 %), prairies (25,1 %), forêts (22,3 %), zones agricoles hétérogènes (16,8 %), zones urbanisées (4,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lunbrun et Lumbrun en 1050 et 1102[14]. L'origine du toponyme a été longtemps considérée comme obscure[14]. Son origine est probablement gauloise pour les raisons suivantes :

On peut trouver deux racines celtiques[15]. La partie lum- (devenue ici Lom-) est issue d'une base désignant les marécages limoneux probablement très présents avant qu'ils ne deviennent des étangs au nord et à l'ouest du village. La partie -brun (devenue ici -bron) est issue d'une base bere qui désignait une colline d'apparence allongée (même racine qu'une barre de collines, et que barrer) et ayant une grande part de son périmètre suffisamment escarpée pour que les Gaulois aient pu y voir un site propice à l'installation d'un camp fortifié.

Ceci est compatible avec la butte de Montrentin, dont le nom actuel peut-être postérieur à la création du nom d'origine de Lombron si celui-ci a migré vers le sud (possible déplacement paroissial pré-médiéval). Mais ce peut être aussi l'une des collines au-dessus de la Pelterie ou du Buisson. Toutefois, le nom Lombron n'est pas compatible avec une origine dans la motte de Bresteau[pas clair] qui est trop petite. Le nom actuel de celle-ci peut avoir aussi une origine médiévale dans un mot issu également de la racine gauloise bere ; il peut avoir signifié petit tertre fortifié ; c'est la partie -ellum du nom Breitellum latinisé en latin médiéval qui évoque la petitesse, et c'est le t , reste d'un suffixe à la partie bere qui évoquerait la fortification.

Seule l'archéologie pourra peut-être un jour dire s'il y a eu un fort gaulois en bois sur une des collines citées ; par exemple sur la colline de la Pelterie avec des fortins avancés comme à Bresteau, lequel se serait perpétué.

Le gentilé est Lombronnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
8 août 1944 19 mars 1959 Alexandre Maugé[16] SFIO puis
Soc.ind.
Cultivateur
Conseiller général de Montfort-le-Gesnois (1945-1959)
mars 1959 mars 1965 Maurice Pouillet[Note 3]    
mars 1965 28 mars 1971 Maurice Pouillet[Note 4]    
28 mars 1971 27 mars 2001 Marcel-Pierre Cléach DVD puis
RPR puis UMP
Administrateur de sociétés
Sénateur de la Sarthe (1995-2014)
Conseiller général de Montfort-le-Gesnois (1985-2011)
Premier vice-président du conseil général (1998-2011)
Président de la CC du Pays des Brières et du Gesnois (1994-2001)
27 mars 2001 22 mars 2008 Claude Bontemps DVD Ancien chef de corps des sapeurs-pompiers, ancien 1er adjoint
22 mars 2008[17] En cours
(au 29 mai 2020)
Alain Grémillon[18] FG Artiste peintre, professeur de technologie en retraite
Réélu pour le mandat 2020-2026

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[18].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2021, la commune comptait 1 900 habitants[Note 5], en diminution de 1,3 % par rapport à 2015 (Sarthe : −0,42 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3441 3611 5021 1841 5201 6451 5931 6001 555
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4431 4481 3881 3921 4071 3451 3811 3671 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2491 3121 3171 1961 1341 0461 0601 0341 016
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 0489919731 2611 7861 8251 9271 9621 933
2018 2021 - - - - - - -
1 9011 900-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Activité label et manifestations[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

La commune est un village fleuri (une fleur) au concours des villes et villages fleuris[26].

Sports[modifier | modifier le code]

Le Lombron Sports fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[27].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Marcel-Pierre Cléach (né en 1934), maire de Lombron de 1995 à 2001, sénateur et conseiller général.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Maurice Fernand Pouillet, né le à Lombron, décédé le à Lombron.
  4. Maurice Gustave Alix Pouillet, né le à Lombron, décédé le à Lombron.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 1, , p. 386
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Orthodromie entre Lombron et Saint-Corneille », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Saint-Corneille », sur la commune de Saint-Corneille - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Saint-Corneille », sur la commune de Saint-Corneille - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Lombron ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Mans », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  15. « Etude Illiberis », sur www.acg66.org (consulté le ).
  16. a et b notice MAUGÉ Alexandre, Joseph par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 24 mai 2021
  17. « Canton de Tuffé : Alain Gremillon, candidat du Front de gauche », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  18. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Lombron. Troisième mandat de maire pour Alain Grémillon », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. « Château de Lauresse », notice no PA00109777, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Église », notice no PA00109778, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Le château de l'Aunay, publié sur le site de la Mairie de Lombron (consulté le 27 février 2018)
  26. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  27. « Lombron Sp. », sur Site officiel de la Ligue du Maine (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]