Montagne de la Mandallaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montagne de la Mandallaz
Vue de la montagne de la Mandallaz par-delà l'agglomération d'Annecy depuis l'extrémité septentrionale du Semnoz.
Vue de la montagne de la Mandallaz par-delà l'agglomération d'Annecy depuis l'extrémité septentrionale du Semnoz.
Géographie
Altitude 923 m[1]
Massif Préalpes
Coordonnées 45° 58′ 33″ nord, 6° 04′ 48″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Géologie
Roches Calcaire
Type Mont, crêt
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Montagne de la Mandallaz
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Montagne de la Mandallaz

La montagne de la Mandallaz ou montagne de Mandallaz (prononcer Mandalle[Note 1]), ou encore montagne de la Balme, est une montagne des Préalpes située dans le département de la Haute-Savoie (France).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot mandallaz est issu de l'ancien français muer, qui a donné les verbes « remuer » et « mouvoir », et plus particulièrement le substantif remue. Il désigne ainsi un petit chalet situé en alpage, en savoyard muanda avec le suffixe diminutif -allaz[5].

La montagne prend localement le nom de montagne de la Balme ou de La Balme-de-Sillingy, du nom de la commune éponyme. Dans une retranscription d'une séance de l'Académie florimontane (1912), une note indique que « C'est abusivement qu'on appelle Mandallaz la montagne de la Balme de Sillingy »[6].

Elle peut être également appelée montagne de Mandallaz ou simplement la Mandallaz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue de la montagne de la Mandallaz depuis le lac d'Annecy au sud-est.

La montagne de la Mandallaz est un petit massif préalpin de huit kilomètres de longueur sur trois à quatre kilomètres de largeur situé au nord-ouest du bassin annécien. Il s'étend dans les communes d'Annecy (ancienne commune de Pringy), de Choisy, de Cuvat, d'Epagny Metz-Tessy, de La Balme-de-Sillingy, de Sillingy et d'Allonzier-la-Caille. Son sommet le plus marqué, la tête de la Mandallaz, à l'extrémité méridionale de la montagne dominant La Balme-de-Sillingy et Epagny Metz-Tessy à 900 mètres d'altitude, ne constitue pas son point culminant, le point le plus élevé se trouvant dans le centre de la montagne avec 923 mètres d'altitude.

La Mandallaz offre un panorama sur l'agglomération d'Annecy, le lac d'Annecy, la chaîne des Alpes, la montagne d'Âge et la campagne alentour.

Géologie[modifier | modifier le code]

La montagne de la Mandallaz appartient géologiquement au chaînon jurassien du Salève.

La Tête de la Mandallaz possède un miroir de faille, visible depuis la Petite-Balme, surface rocheuse complètement lisse, formée à la suite des mouvements de la faille sur laquelle elle se trouve. Ce miroir de faille se trouve sur la commune de Sillingy, qui a été le lieu de différents séismes en 1996, du fait de la présence de cette faille.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La Mandallaz est habitée par des sangliers, des blaireaux (localement appelés tassons), des chevreuils et des chamois. Enfin, il existe des indices concernant la présence de lynx boréal et du loup.

Les forêts de la Mandallaz sont principalement composées de châtaigniers, chênes, pins sylvestres, épicéas, hêtres, charmes et érables.

Histoire[modifier | modifier le code]

La montagne de la Mandallaz est occupée dès la Préhistoire. Quatre corps et la molaire d'un cinquième ont été retrouvés dans la grotte de Lesvaux, lors de fouilles en 1979[7]. Ils appartiendraient au Néolithique final[7] (vers 2300 av. J.-C.).

La Tête de la Mandallaz accueille les restes de murs correspondant probablement à un poste de guet ou un oppidum[8], repérés par l'archéologue Pierre Broise, qui sans être précisément datables, auraient été édifiés avant la conquête romaine (à partir de 125 av. J.-C.)[9],[10].

Zone de protection de biotope[modifier | modifier le code]

Un Arrêté préfectoral de protection de biotope (APPB) a été pris le 20 septembre 1983[11] après une demande du maire de Sillingy de préserver le patrimoine naturel présent sur ce site.

L'intérêt était également marqué par la présence de chamois fréquentant le versant sud-ouest. La présence de ces populations à basse altitude (500-600 mètres) était exceptionnelle dans le département.

Il couvre une surface de plus de 500 hectares.

Il s'agit du premier APPB signé dans le département de la Haute-Savoie. Il concerne uniquement les communes de La Balme-de-Sillingy et Sillingy.

L'arrêté a fait l'objet de deux modifications :

  • le 27 mars 1985[12] afin d’exclure les deux parcelles concernées par l’extension de la carrière à ciel ouvert de sables et graviers « André », autorisée par l’arrêté préfectoral n° 82/1936 du 8 octobre 1982 (antérieur à la prise de l’arrêté de création de l’APPB) ;
  • le 25 novembre 2015[13] afin d’ajuster le périmètre au niveau de deux parcelles bordant la RD 908B, pour permettre la création d’une voie verte par le conseil départemental de la Haute-Savoie.

Le règlement actuel (de 1983) interdit[14] :

  • l’abandon de tous types de déchets ;
  • l’utilisation de véhicules à moteurs, autres que ceux utilisés pour les pratiques agricoles et forestières ;
  • le dérangement par le bruit ;
  • la destruction d’espèces animales, quel qu’en soit le stade de développement ;
  • la construction et l’extraction de matériaux.

Un projet de modification du réglement de l'APPB et une extension de son périmètre est en cours de finalisation[Quand ?].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Vue depuis Sillingy.

Au sud de la montagne, de nombreuses voies d'escalade sont équipées. Les noms des voies sont souvent écrits sur la roche en bas de la voie. Elles sont généralement courtes, et sont de difficulté variés. Certaines, difficiles, comportent de grands surplombs.

La montagne de la Mandallaz comporte de nombreuses grottes et cavités souterraines permettant la pratique de la spéléologie. La plus notable est la grotte du curé, située au sud-ouest. L'entrée de la grotte est aisément accessible depuis le sentier et signalée par un gros point de peinture jaune et un panneau. Après un passage étroit, il est possible de pénétrer dans une salle de 10 mètres de long.

La montagne de la Mandallaz est aussi un terrain de jeu idéal pour les amateurs de randonnées, de VTT ou de parapente.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[2],[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  3. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  4. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le ).
  5. Henry Suter, « Mandallaz », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en ).
  6. « Séance du 7 février 1912 », Revue savoisienne, Volume 53, Académie florimontane, Annecy, 1912, p. 8 (lire en ligne).
  7. a et b J. Combier (dir.), « Circonscription Rhône-Alpes », Gallia préhistoire, vol. 23,‎ , p. 520 (lire en ligne).
  8. Aimé Bocquet, Hannibal chez les Allobroges : 218 avant Jésus-Christ La Grande Traversée des Alpes, La Fontaine de Siloé, , 221 p. (ISBN 978-2-84206-419-8, lire en ligne), p. 16.
  9. Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 134.
  10. Dominique Bouverat, « La genève de l'occupation humaine », Le Bénon, no 54,‎ , p. 13 (lire en ligne [PDF], consulté en ).
  11. « Biotopes protégés / Nature / Votre département / Politiques publiques / Accueil - Les services de l'État en Haute-Savoie », sur www.haute-savoie.gouv.fr (consulté le )
  12. « Arrêté préfectoral DDA/A n°138 du 27 mars 1985 modifiant l'arrêté du 20 septembre 1983 » Accès libre [PDF] (consulté le )
  13. « Arrêté préfectoral n° DDT-2015-0986 du 25 novembre 2015 modifiant l'arrêté du 27 mars 1985 » Accès libre [PDF]
  14. « Arrêté préfectoral DDA-A N°336 de création de la protection de biotope "Montagne de la Mandallaz" du 20 septembre 1983 » Accès libre [PDF] (consulté le )