Saint-Géraud-de-Corps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Géraud-de-Corps
Saint-Géraud-de-Corps
L'église de Saint-Géraud-de-Corps.
Blason de Saint-Géraud-de-Corps
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Intercommunalité Communauté de communes de Montaigne Montravel et Gurson
Maire
Mandat
Thierry Boidé
2020-2026
Code postal 24700
Code commune 24415
Démographie
Population
municipale
243 hab. (2017 en augmentation de 33,52 % par rapport à 2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 10″ nord, 0° 13′ 38″ est
Altitude Min. 40 m
Max. 127 m
Superficie 14,95 km2
Élections
Départementales Canton du Pays de Montaigne et Gurson
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Géraud-de-Corps
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Géraud-de-Corps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Géraud-de-Corps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Géraud-de-Corps

Saint-Géraud-de-Corps est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte représentant Saint-Géraud-de-Corps e ses communes avoisinantes.

Saint-Géraud-de-Corps est limitrophe de six autres communes. Au nord-est, son territoire est distant de moins de deux cents mètres de celui de Saint-Géry.

Communes limitrophes de Saint-Géraud-de-Corps
Saint-Sauveur-Lalande Beaupouyet
Saint-Rémy Saint-Géraud-de-Corps Fraisse
Saint-Méard-de-Gurçon Monfaucon

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune se nomme Sent Giraud de Còrbs[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Saint-Géraud-de-Corps, nommée Saint Geraud dans un premier temps, a fait partie du canton de Saint Meard de Gurson qui dépendait du district de Mussidan jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Villefranche-de-Loupchapt — devenu ensuite le canton de Villefranche-de-Lonchat — dépendant de l'arrondissement de Bergerac[2].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[3]. La commune est alors rattachée au canton du Pays de Montaigne et Gurson.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Saint-Géraud-de-Corps intègre dès sa création la communauté de communes du Gursonnais. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes Montaigne Montravel et Gurson.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2017, onze conseillers municipaux ont été élus en 2020[4],[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1907 1935 Jean Javerzac[6]   Conseiller général du canton de Villefranche-de-Lonchat (1898-1934)
         
mars 2002
(réélu en mai 2020[7])
En cours Thierry Boidé UMP
puis DVD[8]
Chef d'entreprise
Conseiller général du canton de Villefranche-de-Lonchat (2004-2015)
Président de la CC du Gursonnais (2002-2012)
Président de la CC Montaigne Montravel et Gurson (depuis 2013)
Conseiller départemental du canton du Pays de Montaigne et Gurson (depuis 2015)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2017, la commune comptait 243 habitants[Note 1], en augmentation de 33,52 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420398416477500446431422412
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
440440464408410435401375364
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
373395454282272250230188201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
162149152149150167191181238
2017 - - - - - - - -
243--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 100 personnes, soit 45,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (sept) a diminué par rapport à 2010 (dix) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 6,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte vingt-neuf établissements[13], dont quatorze au niveau des commerces, transports ou services, huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, trois dans l'industrie, deux dans la construction, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Géraud-de-Corps Blason
De sinople à cinq huchets d'or, liés de sable, le pavillon à senestre, ordonnés en sautoir ; au chef cousu* d'azur chargé de trois tourterelles d'argent[16].
Détails
* Ces armes emploient le terme « cousu » dans le seul but de contrevenir à la règle de contrariété des couleurs : elles sont fautives : azur sur sinople.
Les cors de chasse font un jeu de mots avec le nom de la commune et rappellent en même temps que les chasseurs se réunissaient à Saint-Géraud pour fêter la Saint-Hubert. Les tourterelles évoquent la foire aux tourterelles qui se tenait dans le bourg le 15 août.

Adopté en 1997.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 27 mars 2014.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 mars 2017).
  4. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 11 septembre 2020.
  5. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 11 septembre 2020.
  6. Monique Cézac, « La nouvelle mairie inaugurée », Sud Ouest édition Périgueux, 9 septembre 2016, p. 24h.
  7. « Ils ont aussi été élus », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 13.
  8. Voici vos 557 maires, supplément à Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2008, p. 31.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Dossier complet - Commune de Saint-Géraud-de-Corps (24415) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 8 janvier 2019.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 8 janvier 2019).
  14. Dossier complet - Commune de Saint-Géraud-de-Corps (24415) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 8 janvier 2019.
  15. Domaine naturiste de Chaudeau
  16. « 24415 Saint-Géraud-de-Corps (Dordogne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 12 septembre 2020)