Ar-Rachid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abû Ja`far ar-Râchid bi-llah al-Mansûr ben al-Fadhl al-Mustarchid[1] surnommé Ar-Râchid[2] Il est né en 1109. Il a succédé comme trentième Calife abbasside de Bagdad à son père Al-Mustarchid assassiné en 1135. Un grand-oncle Al-Muqtafi fils du vingt-huitième calife Al-Mustazhir l’a déposé en 1136. Il est mort assassiné en 1138.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Sultan Seljoukide Mas`ûd domine tout le bref règne du Calife Ar-Râchid. Ce dernier essaya de suivre les pas de son père pour conquérir une certaine indépendance avec les mêmes infortunes. Pour se venger de l’assassinat de son père, il a insulté l’émissaire du Sultan venu exiger des avantages. Il a été soutenu par Zengi gouverneur de Mossoul dans son opposition au Sultan.

Le Sultan qui résidait en Perse s’est hâté vers Bagdad pour faire obéir cette ville rebelle. Il assiégea la ville qui, bien protégée par le fleuve et ses canaux a résisté aux attaques. Zengi et le Calife Ar-Râchid Enfin le calife et le Zengi, désespérant du succès, se sont échappés à Mossoul.

Fin du règne[modifier | modifier le code]

Une fois le pouvoir du Sultan rétabli, un conseil s’est réuni qui a décidé de la démission du Calife et de la nomination de son grand-oncle Al-Muqtafi fils d’Al-Mustazhir pour le remplacer (1136).

Ar-Rachid s’est enfui à Ispahan, où il a été la nouvelle victime des poignards des assassins (1138).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. arabe : abū ja`far ar-râchid bi-llah al-mansūr ben al-fadhl al-mustarchid,
    أبو جعفر الراشد بالله المنصور بن الفضل المسترشد
  2. Ne pas confondre :
    râchid, arabe : rāšid, راشد, orthodoxe, et
    rachîd, arabe : rašīd, رشيد, sûr ; réfléchi qui était le surnom de Hârûn ar-Rachîd.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentation externe[modifier | modifier le code]