Sélim II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sélim II
Illustration.
Le sultan Selim II.
Titre
11e sultan ottoman
75e calife de l’islam

(8 ans, 3 mois et 8 jours)
Prédécesseur Soliman Ier
Successeur Mourad III
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Nom de naissance سليم الثاني بن سليمان الأول
Date de naissance
Lieu de naissance Constantinople
Date de décès (à 50 ans)
Lieu de décès Constantinople
Père Soliman le Magnifique
Mère Roxelane
Fratrie Mahmud, Mustafa, Mehmed, Mihrimah, Abdullah, Raziye, Bayezid, Cihangir, Murad
Conjoint Nur-Banu
Enfants Mourad III , Mehmed, Abdullah, Cihangir, Mustafa, Osman, Suleiman, Esmehan Sultan,Gevherhan Sultan,Şah Sultan
Religion Islam
Résidence Palais de Topkapı
Signature de Sélim II
Liste des sultans de l'Empire ottoman

Sélim II Mest (« l'Ivrogne ») ou Sarı (« le Blond »), né le et mort le [1], est le 11e sultan ottoman et un calife de l’islam , fils et successeur de Soliman le Magnifique et de son épouse Roxelane. Il règne de 1566 à 1574.

Son règne correspond à l'apogée de la puissance ottomane et au début de son lent déclin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il reçoit son premier poste de gouvernement en 1542, à 18 ans, en tant que sandjak bey de Karaman et part donc pour Konya[1]. Après la mort de son frère aîné Mehmed, il est transféré en 1544 à Manisa pour remplacer ce dernier[1], mais retourne à Konya en 1558[1].

En 1559, il défie son frère Bayezid à Konya et reste donc le seul héritier de Soliman, son autre frère Mustafa ayant été exécuté en 1553[1]. Il épouse sa favorite Nurbanu Sultan, dont il a trois filles et un fils Mourad III, qui lui succède.

Sélim II monte sur le trône de l'Empire ottoman à la mort de son père Soliman le Magnifique ; son avènement est marqué par des mouvements séditieux au sein des janissaires.

Il signe un traité de paix avec l'Autriche en 1568 et renforce son pouvoir en Moldavie et en Valachie. Il établit des relations amicales avec Tahmasp Ier, chef safavide d'Iran. L'invasion de Chypre par les Ottomans provoque la formation d'une ligue aboutissant à la défaite de Lépante en 1571. Mais l'année suivante, une nouvelle flotte ottomane force Venise à reconnaître l'hégémonie ottomane. En 1574, avec cette nouvelle flotte, la Tunisie est reprise à l'Espagne de Philippe II.

Réalisations architecturales[modifier | modifier le code]

Il fait réaliser des travaux de restauration à La Mecque, édifier de nouveaux minarets et contreforts à Sainte-Sophie et construire la mosquée qui porte son nom à Edirne[1].

Postérité[modifier | modifier le code]

Plusieurs portraits furent réalisés pour Selim II dont un par le célèbre portraitiste Nigari.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Christine Woodhead, s.v. « Selīm II » dans Encyclopædia of Islam vol. IX, 1997, pp. 131-132.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Bouquet : Pourquoi l'Empire ottoman ? : Six siècles d'histoire, 2022, Éditeur Folio; édition illustrée (ISBN 2072941431)

Liens externes[modifier | modifier le code]