Al-Mustain (Abbasside du Caire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Mustain.

Abû al-Fadhl al-`Abbâs al-Musta`in bi-llah[1] est un calife abbasside au Caire de 1406 à 1414. Il règne sous la tutelle des Mamelouks burjites et porte le titre de sultan pendant quelques mois en 1412.

Biographie[modifier | modifier le code]

Al-Musta`in bi-llah succède à son père Al-Mutawakkil Ier comme calife à la fin de son troisième règne en 1406 pendant le règne du sultan mamelouk burjite An-Nâsir Faraj.

En 1412, An-Nâsir Faraj part pour la Syrie accompagné d’Al-Musta`in dans le but de remettre au pas les émirs en rébellion, en particulier l’émir Chaykh al-Muhammudi alors gouverneur d’Alep. Le sultan se rend à Gaza avec l’intension d’y passer quelques jours, mais une partie de ses troupes ayant passé à l’ennemis, il part vers Damas. Assiégé par les émirs rebelles, le sultan se prépare à un long siège. Les rebelles ont fait prisonnier le calife Al-Musta`in et lui enjoignent de prononcer la destitution du sultan et d’en accepter le titre[2]. Le 7 mai 1412[3], Al-Musta`in accepte le titre de sultan à condition de conserver son titre de calife en cas de destitution de celui de sultan car il ne se fait guère d’illusion sur la durée de son mandat[4]. Le 28 mai, Nasir Faraj est arrêté et tué dans la forteresse de Damas. Chaykh al-Muhammudi revient au Caire avec le calife Al-Musta`in[2].

Al-Musta`in semble prendre son rôle de sultan au sérieux, au lieu de s’installer dans le palais des califes, il s’installe dans le citadelle, résidences des sultans burjites[2]. Chaykh al-Muhammudi parvient à rendre impopulaire le calife et le démet au bout de sept mois de règne. Chaykh al-Muhammudi se fait proclamer sultan et prend le titre d’Al-Muayyad Abu an-Nasir[5] Al-Musta`in est renvoyé dans le palais des califes puis démis[6] de son titre de calife et remplacé par son frère cadet Abû al-Fath Dâwud al-Mu`tadid II[7]. Il est relégué à Alexandrie où il meurt de la peste en 1430[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : abū al-faḍl al-ʿabbas al-mustaʿīn bi-llāh, أبو الفضل العباس المستعين بالله
  2. a, b et c Joseph Fr Michaud et Louis Gabriel Michaud, op. cit., vol. 26 (lire en ligne), « Mahmoudy (Cheikh Al-) », p. 184
  3. 25 muharram 815.
  4. André Clot, op. cit., « Un sultan compétent et sage », p. 176
  5. en arabe : al-muayyad ʾabū al-naṣir, المؤيد أبو النصر « l'auxiliaire père de la victoire ».
  6. La date de sa destitution et de son remplacement dans la fonction de calife est incertaine :
  7. en arabe : ʾabū al-fatḥ dāwud al-mutaḍid bi-llāh, أبو الفتح داود المعتضد بالله
  8. Jean Baptiste Glaire, Joseph Chantrel, Orse et Edouard Alletz, op. cit., vol. 11 (lire en ligne), « Soudans d’Égypte », p. 43-44

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Glaire, Joseph Chantrel, Orse et Edouard Alletz, Encyclopédie catholique, répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers,..., vol. 11, P. Desbarres,‎ 1846 (lire en ligne), « Soudans d’Égypte », p. 43-44
  • Joseph Fr Michaud et Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, vol. 26,‎ 1820 (lire en ligne), « Mahmoudy (Cheikh Al-) », p. 184
  • André Clot, L'Égypte des Mamelouks 1250-1517. L'empire des esclaves, Perrin,‎ 2009, 474 p. (ISBN 978-2-262-03045-2)
  • René Grousset, L'empire des steppes., Paris, Payot,‎ 1965 (1re éd. 1938), 620 p. (lire en ligne)
  • (en) Clifford Edmund Bosworth, The new Islamic dynasties: a chronological and genealogical manual, Edinburgh University Press, 389 p. (ISBN 978-0-7486-2137-8, lire en ligne), « The Burjī line 784-922/1382-1517 », p. 77