Al-Mustain (Abbasside du Caire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Mustain.

Abû al-Fadhl al-`Abbâs al-Musta`in bi-llah[1] est un calife abbasside au Caire de 1406 à 1414. Il règne sous la tutelle des Mamelouks burjites et porte le titre de sultan pendant quelques mois en 1412.

Biographie[modifier | modifier le code]

Al-Musta`in bi-llah succède à son père Al-Mutawakkil Ier comme calife à la fin de son troisième règne en 1406 pendant le règne du sultan mamelouk burjite An-Nâsir Faraj.

En 1412, An-Nâsir Faraj part pour la Syrie accompagné d’Al-Musta`in dans le but de remettre au pas les émirs en rébellion, en particulier l’émir Chaykh al-Muhammudi alors gouverneur d’Alep. Le sultan se rend à Gaza avec l’intension d’y passer quelques jours, mais une partie de ses troupes ayant passé à l’ennemis, il part vers Damas. Assiégé par les émirs rebelles, le sultan se prépare à un long siège. Les rebelles ont fait prisonnier le calife Al-Musta`in et lui enjoignent de prononcer la destitution du sultan et d’en accepter le titre[2]. Le [3], Al-Musta`in accepte le titre de sultan à condition de conserver son titre de calife en cas de destitution de celui de sultan car il ne se fait guère d’illusion sur la durée de son mandat[4]. Le 28 mai, Nasir Faraj est arrêté et tué dans la forteresse de Damas. Chaykh al-Muhammudi revient au Caire avec le calife Al-Musta`in[2].

Al-Musta`in semble prendre son rôle de sultan au sérieux, au lieu de s’installer dans le palais des califes, il s’installe dans le citadelle, résidences des sultans burjites[2]. Chaykh al-Muhammudi parvient à rendre impopulaire le calife et le démet au bout de sept mois de règne. Chaykh al-Muhammudi se fait proclamer sultan et prend le titre d’Al-Muayyad Abu an-Nasir[5] Al-Musta`in est renvoyé dans le palais des califes puis démis[6] de son titre de calife et remplacé par son frère cadet Abû al-Fath Dâwud al-Mu`tadid II[7]. Il est relégué à Alexandrie où il meurt de la peste en 1430[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : abū al-faḍl al-ʿabbas al-mustaʿīn bi-llāh, أبو الفضل العباس المستعين بالله
  2. a, b et c Joseph Fr Michaud et Louis Gabriel Michaud, op. cit., vol. 26 (lire en ligne), « Mahmoudy (Cheikh Al-) », p. 184
  3. 25 muharram 815.
  4. André Clot, op. cit., « Un sultan compétent et sage », p. 176
  5. en arabe : al-muayyad ʾabū al-naṣir, المؤيد أبو النصر « l'auxiliaire père de la victoire ».
  6. La date de sa destitution et de son remplacement dans la fonction de calife est incertaine :
  7. en arabe : ʾabū al-fatḥ dāwud al-mutaḍid bi-llāh, أبو الفتح داود المعتضد بالله
  8. Jean Baptiste Glaire, Joseph Chantrel, Orse et Edouard Alletz, op. cit., vol. 11 (lire en ligne), « Soudans d’Égypte », p. 43-44

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Glaire, Joseph Chantrel, Orse et Edouard Alletz, Encyclopédie catholique, répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers,..., vol. 11, P. Desbarres, (lire en ligne), « Soudans d’Égypte », p. 43-44
  • Joseph Fr Michaud et Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, vol. 26, (lire en ligne), « Mahmoudy (Cheikh Al-) », p. 184
  • André Clot, L'Égypte des Mamelouks 1250-1517. L'empire des esclaves, Perrin, , 474 p. (ISBN 978-2-262-03045-2)
  • René Grousset, L'empire des steppes., Paris, Payot, (1re éd. 1938), 620 p. (lire en ligne)
  • (en) Clifford Edmund Bosworth, The new Islamic dynasties: a chronological and genealogical manual, Edinburgh University Press, 389 p. (ISBN 978-0-7486-2137-8, lire en ligne), « The Burjī line 784-922/1382-1517 », p. 77