Al-Muizz li-Dîn Allah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Al-Muizz li-Dîn Allah
Image dans Infobox.
Fonction
Calife fatimide
-
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Famille
Père
Enfants
Abu Mansur Nizar al-Aziz Billah
Abdallah ibn al-Mu'izz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Al-Muizz li-Dîn Allah[1], né en 932 à Mahdia (ancienne capitale des Fatimide, actuelle Tunisie) et mort en 975 au Caire, capitale du califat fatimide (actuelle Egypte), est le quatrième calife fatimide, successeur d'Al-Mansur en 953.

Abu Mansur Nizar al-Aziz Billah lui succède en 975.

Biographie[modifier | modifier le code]

Al-Muizz li-Dîn Allah achève la conquête du Maghreb face aux Omeyyades de Cordoue, en occupant les royaumes idrisside et de Sijilmassa. Après avoir imposé son autorité sur l'Ifriqiya, l’actuelle Tunisie, il lance en 969 le général Jawhar al-Siqilli à la conquête de l’Égypte, à la faveur d’une crise économique. Son général, à la tête de plus de 100 000 cavaliers, emporte un immense trésor qu’il doit distribuer aux Égyptiens. Sous son règne, les Fatimides transfèrent leur capitale de Mahdia au Caire (Al-Qahira soit « La Victorieuse »).

Le calife s'entoure de deux Juifs convertis à l’Islam : Paltiel, son médecin et conseiller, et Yakub Ibn Killis qui devint son vizir et est chargé de la réforme administrative et de la collecte des impôts[2].

Selon un historien du XIVe siècle, Ahmad al-Maqrîzî, le calife al-Mu’izz est « savant, magnifique, généreux, de belles mœurs, juste pour ses sujets et passionné d’astronomie ».

Le miracle du Muqaṭṭam[modifier | modifier le code]

Al-Muizz li-Dîn Allah apparaît dans la légende du miracle du déplacement du Muqaṭṭam qui circule au sein de la communauté copte depuis un millier d’années. Cet évènements est souvent évoqué par les fidèles de l’Église copte comme un exemple de victoire de la foi chrétienne contre l’islam. Ce récit, a connu d’importantes variantes au fil des siècles et a fini par inclure la conversion au christianisme du calife al‑Muʿizz[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : أبو تميم "المعز لدين الله" معاذ بن المنصور soit abū tamīm al-muʿizz li-dīn allāh muʿād ben al-manṣūr
  2. « Les Juifs d’Égypte : des Arabes à Nasser », Alec Nacamuli - Parution dans « La Méditerranée des Juifs » sous la direction de Paul Balta, Catherine Dana, Régine Dhoquois-Cohen, L'Harmattan, Paris, 2003
  3. du Roy, Makhoul et Pilette, « Le miracle du Muqaṭṭam à travers les siècles Origines et réinventions d’une légende copte », Annales islamologiques,‎ , p. 193-218 (DOI https://doi.org/10.4000/anisl.4653, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-André Julien, Histoire de l'afrique du Nord, des origines à 1830, édition originale 1931, rééd. Payot, Paris, 1994 (ISBN 978-2-228-88789-2)
  • Jad Hatem, Le Traité christologique du Calife al-Mu‘izz, le druzisme et le nusayrisme, éd. du Cygne, Paris, 2013
  • G. Camps, « Ikjan », Encyclopédie berbère, vol.24, Edisud 2001, p.3683-3684 [lire en ligne (page consultée le 15 octobre 2020)]

Liens externes[modifier | modifier le code]