Mansur al-Amir Bi-Ahkamillah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Mansur.

Mansur al-Amir Bi-Ahkamillah[1] était le 10e calife fatimide et le 20e Imam mustalien de 1101 à 1130. Il lutte notamment contre la secte des Nizârites (« Assassins »). Pour cela, son vizir Al-Ma'mûn Al-Batâ'ihî met en place l'une des premières procédures étatiques d'identification, procédant en 1121, au Caire, à l’enregistrement systématique du « nom de tous les habitants, rue par rue et quartier par quartier » et interdit « à quiconque de déménager sans son autorisation expresse ». L’administration surveille aussi les surnoms, la situation et les moyens d’existence des habitants, et recueille les noms de tous les étrangers leur rendant visite[2].

Son fils Abû al-Qâsim al-Tayyib s'est occulté pour devenir selon la tradition Tayyibi le 21e Imam mustalien.

Un neveu, al-Hafiz, prend alors le pouvoir, ce qui provoque un schisme entre les Tayyibi et les Hafizi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : ʾabū ʿalī al-ʾamir bi-ʾakām allāh manṣūr ben al-mustaʿlī, أبو علي "الآمر بأحكام الله" منصور بن المستعلي
  2. Voir Laniel, Laurent et Piazza, Pierre (2006) « L’encartement, réponse au terrorisme (France/Grande-Bretagne) ? », in Xavier Crettiez & Pierre Piazza (dir.), Du papier à la biométrie, identifier les individus, Presses de Sciences-Po, 2006, p.211-235.

Lien externe[modifier | modifier le code]