Al-Muʿtas̩im (Abbasside)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Mu'tasim.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Al-Musta'sim.
Al-Muʿtas̩im
Byzantine emissaries to the Caliph.jpg
Fonctions
Calife
Gouverneur
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Fratrie
Muhammad ibn Harun al-Amin
Al-Qâssim ibn Hârûn Al-Rashîd (en)
Al-Ma’mūnVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Religion

Abû Ishâq « al-Mu`tasim bi-llah » 'Abbas ben Hârûn ar-Rachîd [1] surnommé Al-Mu`tasim [2] est né en 794. C'est le troisième fils de Hâroun ar-Rachîd à prendre le titre de calife le [3] où il succède à son frère Al-Ma’mūn. Il est mort le 5 janvier 842[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Déjà sous le règne de Al-Mu`tasim, on avait commencé à enrôler dans l'armée des jeunes gens capturés aux franges de l'empire. Ces soldats, les « ghilmân[5], » étaient des esclaves recrutés dans les régions nouvellement conquises. Ce procédé de recrutement a anticipé le devchirmé et les janissaires qui eurent cours pendant l'Empire ottoman. Ces ghilmân qui n'avaient à répondre que devant le calife lui-même, se sont révoltés pendant le règne de Ar-Radhî.

Prise du pouvoir[modifier | modifier le code]

Al-Mu`tasim était à Tarse quand il apprit la nouvelle de la mort de son frère Al-Ma'mûn. Il y reçut le serment de ses troupes. Il est revenu à Bagdad au commencement du mois de ramadan 218 A.H[6].

Le dissident Babak Khorramdin était devenu puissant dans l'Azerbaïdjan. Al-Mu`tasim envoya contre lui une armée qui attaqua les Khurramites à Hamadān et remporta une victoire complète : soixante mille ennemis furent tués[7].

Changement de capitale vers Samarra[modifier | modifier le code]

Ces ghilmân ont provoqué la colère des troupes arabes régulières. Les ghilmân Arméniens et Turcs ont même été la cause d'émeutes dans la population de Bagdad (836). C'est à la suite de ces événements que la capitale fut transférée à Samarra, une ville nouvelle conçue pour être une ville de garnison. Les califes ne sont revenus à Bagdad qu'en 892 sous le règne d'Al-Mu'tamid.

À l'emplacement de Samarra, il y avait une ancienne ville fondée par les Sassanides qui était tombée en ruine. Al-Mu`tasim résolut de reconstruire cette ville. Hârûn ar-Rachîd avait déjà pensé quitter Bagdad dont l'air ne lui convenait pas. L'armée menaçait de se révolter et réclamait sans cesse des augmentations de solde. Sous prétexte de chasses, Hârûn ar-Rachîd visitait la région pour trouver l'emplacement de sa future capitale. Samarra lui sembla un bon emplacement et il y fit construire un palais. Hârûn ar-Rachîd abandonna ce palais et se rendit à Raqqa pour s'éloigner de la Syrie où se déroulaient des émeutes.

Al-Ma'mûn pour ne pas risquer ce genre de problème, laissait les armées dispersées pour qu'elles ne soient pas trop nombreuses en même temps à Bagdad.

Al-Mu`tasim a résidé à Bagdad deux mois et s'est résolu à changer de résidence. Il aimait les Turcs et avait pris de nombreux Turcs à son service. Ces soldats parcouraient la ville en galopant pour aller s'entrainer au tir en dehors des murs. Al-Mu`tasim eut l'occasion d'entendre les plaintes des habitants. Il décida de quitter Bagdad avec la cour et ses esclaves. Il laissa son fils comme gouverneur de Bagdad et résida sous une tente à Samarra jusqu'à la fin de la construction du palais[8].

Campagnes contre Babak[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Babak Khorramdin.

Bābak Khurramdîn était un des chefs du mouvement des Khurramites ayant vécu entre 795 (ou 798 selon les sources) et janvier 838. Le mouvement des Khurramites était un mouvement anti-arabe et anti-musulman localisé sur le territoire azéri (partie iranienne et partie azerbaïdjanaise) qui se battait contre le califat Abbasside.

Al-Mu`tasim désigna un général d'origine perse, nommé Afchîn, pour aller combattre contre Bâbek. Afchîn avec difficulté finit par capturer Bâbek. Bâbek fut exécuté le 4 janvier 838[9] à Samarra.

Les divisions de l'empire[modifier | modifier le code]

Les Tâhirides qui ont pris le pouvoir dans le Khorasan pendant le règne d'Al-Ma`mûn continuèrent à asseoir leur domination sur la région : Ils reçurent le gouvernorat sur la Transoxiane, Samarkand, la Ferghana et Hérat.

En Ifriqiya les Aghlabides tout en restant théoriquement des vassaux du calife, prennent de plus en plus d'indépendance et partent à la conquête de la Sicile.

Sous le règne d'Al-Mu`tasim l'empire abbasside continua à se diviser. L'Irak et la Syrie sont restés arabes, le Khorasan et tout le nord-est de l'empire ont repris une personnalité persane.

Mort[modifier | modifier le code]

Al-Mu`tasim s'était fait faire une saignée le vendredi 21 octobre 841[10]. Il contracta une fièvre et il est mort le jeudi 5 janvier 842[11] des suites de cette maladie[12].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Al-Mu`tasim est un personnage de fiction dans une des histoires du recueil Fictions[13] de l'auteur Argentin Jorge Luis Borges. Aux dires de Borges son personnage « a le même nom que le huitième calife Abbasside qui remporta huit batailles, qui eut huit enfants mâles et huit filles, qui laissa à sa mort huit mille esclaves et qui a régné huit années huit mois et huit jours[14] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : abū ʾisḥāq al-muʿtaṣim bi-llāh 'Abbas ben hārūn ar-rašīd, أبو إسحاق “المعتصم بالله” عباس بن هارون الرشيد
  2. arabe : al-muʿtaṣim bi-llāh, معتصم بالله, celui qui est sous la protection de Dieu
  3. 19 rajab 218 A.H.
  4. 18 rabi 1 227 A.H.
  5. arabe : ḡilmān, غلمان, pl. ḡulām, غلام, jeune homme, le mot est utilisé dans le Coran, pour désigner les éphèbes du paradis au service des élus (Le Coran, « Le Mont Sinaï », LII, 24, (ar) الطور)
  6. ramadan 218 A.H. C’est-à-dire septembre/octobre 833
  7. Tabari, La Chronique (Volume II, L'âge d'or des Abbassides) p. 179
  8. Tabari, La Chronique (Volume II, L'âge d'or des Abbassides) p. 179-181
  9. 3 çafar 223 A.H.
  10. 1 muharram 227 A.H.
  11. 18 rabi`a al-awwal 227 A.H.
  12. Tabari, La Chronique (Volume II, L'âge d'or des Abbassides) p. 198
  13. Ficciones (1944), le recueil contient la célèbre nouvelle « La bibliothèque de Babel » (ISBN 978-2-07-036614-9)
  14. À 48 ans après un règne de 8 ans 8 mois et 22 jours d'après Tabari, La Chronique (Volume II, L'âge d'or des Abbassides) p. 198

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Abbassides, Art abbasside et Bābak Khurramdîn.

Liens externes[modifier | modifier le code]