Al-Muqtafi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Al-Muqtafi
Biographie
Naissance
Décès
Père
Enfant

Abû `Abd Allah Al-Muqtafî li-'Amr Allah Muhammad ben 'Ahmad al-Mustazhir[1], surnommé Al-Muqtafî[2], est né en 1096. Son père était le vingt-huitième calife Al-Mustazhir. Il succède à son petit-neveu Ar-Râchid comme trente-et-unième calife abbasside de Bagdad en 1136. Il meurt en 1160. Son fils Al-Mustanjid lui succède au califat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le règne du Calife Al-Muqtafî commence sous la tutelle du Sultan Seldjoukide Mas`ûd qui le met sur le trône après avoir assiégé dans Bagdad le précédent calife, Ar-Râchid, qui refusait de lui obéir, et l'avoir fait déposer. Cependant, les querelles internes chez les Seldjoukides permettent à al-Muqtafî d'accroître l'étendue de son autorité sur tout l'Irak, alors qu'elle était réduite à Bagdad au début de son règne.

Après le décès des Mas`ûd (1152), deux prétendants au titre de Sultan d'Irak se succèdent :

En 1156, Al-Muqtafî reconnaît Süleyman Chah[5], fils de Muhammad II, comme Sultan, à la condition que celui-ci respecte l'autonomie du Califat. Mais lorsque Suleïman Chah est battu par son père le Sultan en titre Muhammad II, Al-Muqtafî se retrouve assiégé dans Bagdad. Ce siège est levé après plusieurs mois, le Sultan ayant des problèmes plus pressants sur ses frontières orientales. Al-Muqtafî se retrouve en mesure de contrôler toutes les opérations militaires en Irak.

Al-Muqtafî retrouve cependant les bonnes grâces de Seldjoukides lorsque le Sultan épouse une de ses filles.

Deuxième croisade[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Deuxième croisade.

La croisade fait rage pendant cette période. Zengi, atabeg de Moussoul et d'Alep, est comblé d'honneurs du fait de sa bravoure. Une fois, cependant, il fait appel à l'aide de Bagdad : le Sultan et le Calife lui envoient 20 000 hommes en renfort. En réalité, ni le Calife, ni le Sultan, ni les émirs n'étaient très enthousiastes à l'idée de partir eux-mêmes au combat contre les Francs.

Fin du règne[modifier | modifier le code]

En 1159/1160, le Sultan Muhammad II décède. Son fils, Süleyman Chah, lui succède comme Sultan Seldjoukide. En 1160, le Calife Al-Muqtafî décède. Son fils Al-Mustanjid lui succède comme calife Abbasside.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. arabe : al-muqtafī li-ʾamr allāh,
    أبو عبد الله المقتفي لأمر الله محمد بن أحمد المستظهر
  2. Ne pas confondre
    Al-Muqtafî, arabe : al-muqtafī li-ʾamr allāh,
    المقتفي لأمر الله, Sur le (bon) chemin par la volonté de Dieu
    avec son quasi homonyme et dix-septième calife
    Al-Muktafî, arabe : al-muktafī bi-llāh,
    المكتفي بالله, A qui Dieu suffit
  3. "Mu`in ad-Duniyâ wa ad-Dîn" Malikchah, arabe : muʿīn ad-duniyā wa ad-dīn malikšāh ben maḥmūd,
    معين الدنيا و الدين ملكشاه بن محمود,
    Désigné par le monde et la religion
  4. Rukn ad-Duniyâ wa ad-Dîn Muhammad, arabe : rukn ad-duniyā wa ad-dīn muḥammad ben maḥmūd,
    ركن الدنيا و الدين محمد بن محمود
  5. Ghiyath ad-Dîn wa ad-Duniyâ Sulayman Chah,
    arabe : ḡiyāṯ ad-dīn wa ad-duniyā sulaymān šāh ben muḥammad,
    غياث الدنيا و الدين سليمان شاه بن محمد

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentation externe[modifier | modifier le code]