Osman Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Osman Ier
Illustration.
Le bey Osman Ier.
Titre
1er souverain ottoman
– vers 1326
(~ 27 ans)
Couronnement et 1299
Successeur Orhan
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Nom de naissance عُثمَان بن ارطُغرُل
Date de naissance
Lieu de naissance Söğüt
Date de décès vers 1326
Lieu de décès Bursa
Père Ertuğrul
Mère Halime Hatun
Fratrie Gündüz Alp, Saru Batu Savcı Bey
Conjoint Malhun Hatun, Rabia Bala Hatun
Enfants Pazarlı Bey, Çoban Bey, Hamid Bey, Orhan, Alaeddin, Melik Bey, Savcı Bey, Fatma Hatun
Profession Bey, chef militaire
Religion Islam

Osman Ier
Liste des sultans de l'Empire ottoman

Osman Ier (turc : Sultan Osman Gazi ; Osman est une déformation de l'arabe : Uṯmān, عُثمَان, Othman, alors qu'en turc, gazi (de l'arabe ghazî) signifie « triomphateur ; combattant de la foi ») est le fondateur de la dynastie ottomane (turc : Osmanlı). Il est né vers 1258 à Söğüt, il est le fils d'Ertuğrul et lui succède en 1281[1]. Osman meurt vers 1326[2].

Il profita de la faiblesse des empires seldjoukide et byzantin pour établir et renforcer son émirat.

Son état, alors que seulement une petite principauté turkmène[3] pendant la vie d'Osman, s'est transformé en un empire mondial dans les siècles après sa mort.[4] Il a existé jusqu'à peu de temps après la fin de la Première Guerre mondiale. En raison de la rareté des sources historiques datant de sa vie, très peu d'informations factuelles sur Osman ont survécu. Pas une seule source écrite ne survit du règne d'Osman.[5]Les Ottomans n'ont enregistré l'histoire de la vie d'Osman qu'au XVe siècle, plus de cent ans après sa mort[6]. Pour cette raison, les historiens trouvent qu'il est très difficile de faire la différence entre les faits et les mythes dans les nombreuses histoires racontées à son sujet.[7] Un historien est même allé jusqu'à la déclarer impossible, décrivant la période de la vie d'Osman comme un "trou noir".[8]

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Selon la tradition ottomane plus tard, les ancêtres d'Osman étaient des descendants de la tribu Kayı des Turcs Oghuz.[9] La principauté ottomane n'était qu'un des nombreux beyliks anatoliens apparus dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Située dans la région de Bithynie au nord de l'Asie Mineure, la principauté d'Osman s'est trouvée particulièrement bien placée pour lancer des attaques contre l'empire byzantin vulnérable, que ses descendants finiront par conquérir.

Le nom d'Osman[modifier | modifier le code]

Certains érudits ont soutenu que le nom d'origine d'Osman était turc, probablement Atman ou Ataman, et n'a été changé que plus tard en Osmān, d'origine arabe. Les premières sources byzantines, y compris le contemporain George Pachymeres d'Osman, épellent son nom comme Ατουμάν (Atouman) ou Ατμάν (Atman), tandis que les sources grecques rendent régulièrement à la fois la forme arabe Uthmān et la version turque Osmān avec θ, τθ ou τσ. Une ancienne source arabe le mentionnant écrit également ط plutôt que ث dans un cas. Osman a donc peut-être adopté le nom musulman le plus prestigieux plus tard dans sa vie[10].

Origine de l'Empire ottoman[modifier | modifier le code]

Osman lors de son couronnement en 1281.

La date exacte de la naissance d'Osman est inconnue, et on sait très peu de choses sur sa jeunesse et ses origines en raison de la rareté des sources et des nombreux mythes et légendes qui ont été racontés à son sujet par les Ottomans au cours des siècles ultérieurs.[11] Il est probablement né vers le milieu du XIIIe siècle, peut-être en 1258, date donnée par l'historien ottoman du XVIe siècle Kemalpaşazade[12]. Selon la tradition ottomane, le père d'Osman, Ertuğrul, a conduit la tribu turcique Kayı à l'ouest de l'Asie centrale en Anatolie, fuyant l'attaque mongole. Il a ensuite prêté allégeance au sultan des Seldjoukides d'Anatolie, qui lui a accordé la domination sur la ville de Söğüt à la frontière byzantine.[13] Ce lien entre Ertuğrul et les Seldjoukides, cependant, a été largement inventé par les chroniqueurs judiciaires un siècle plus tard, et les véritables origines des Ottomans restent donc obscures.[14]

Osman est devenu chef, ou bey, à la mort de son père en 1281.[13] Rien n'est connu avec certitude sur les premières activités d'Osman, sauf qu'il contrôlait la région autour de la ville de Söğüt et à partir de là a lancé des raids contre l'empire byzantin voisin. Le premier événement datable de la vie d'Osman est la bataille de Bapheus en 1302, au cours de laquelle il a vaincu une force byzantine envoyée pour le contrer.[15]

Osman semble avoir suivi la stratégie d'augmenter ses territoires aux dépens des Byzantins tout en évitant les conflits avec ses voisins turcs les plus puissants.[13] Ses premières avancées ont été faites à travers les cols qui mènent des zones stériles du nord de la Phrygie près d'Eskişehir moderne vers les plaines plus fertiles de la Bithynie; selon Stanford Shaw, ces conquêtes ont été réalisées contre les nobles byzantins locaux, "dont certains ont été vaincus au combat, d'autres étant absorbés pacifiquement par des contrats d'achat, des contrats de mariage, etc."[16]

Le Rêve d'Osman[modifier | modifier le code]

Selon le poème épique « Le Rêve d'Osman » : dans un village voisin de Söğüt, il y avait un cadi musulman appelé Edébali qui avait une fille, Rabi'a, qu'Osman avait demandée en mariage. Mais le sheikh Edébali refusa pendant deux ans de lui donner sa fille. Mais un jour, Osman alors âgé de 19 ans qui voyageait avec son père Ertuğrul fit un rêve. Dans son rêve, il voit un croissant sortir de la poitrine d'Edébali et rentrer dans son corps. Il voit un énorme platane sortir de sa poitrine et couvrir tout le ciel : son ombre s'étend sur la terre et les gens. En retournant dans son village, il demanda au sheikh de lui expliquer son rêve. Edébali l'interpréta comme un message divin lui enjoignant de donner sa fille en mariage à Osman : la foi musulmane en sortirait triomphante. Il a deux épouses, une fille Fatima et sept fils : Pazarli, Coban, Hamit, Alaeddin Pacha, Melik, Savci et Orhan ce dernier lui succède à sa mort.

Victoires militaires[modifier | modifier le code]

Expansion de l'émirat d'Osman lors de son règne.

Entre 1290 et 1300, Osman commence à attaquer ses voisins et à prendre leurs forteresses. À ce moment-là, il porte le titre de Bey et n'est qu'un vassal du sultanat seldjoukide. Il agrandit ainsi son domaine jusqu'à être voisin des Byzantins.

Osman engage le combat contre l'Empire byzantin, menant une véritable « guerre sainte » comme le laisse entendre le surnom familial de « Gazi ». Après avoir conquis le château de Bilecik, le sultan seldjoukide d'Anatolie (ou sultan de Roum) lui remet un étendard, un tambour et un caparaçon comme insignes de son pouvoir. Les prières du vendredi ne se font plus qu'en son nom et il fait battre monnaie. Il nomme grand vizir son fils Alaeddin.

Osman est acclamé comme bey de la tribu Kayı en 1299, titre qu'il porte jusqu'à sa mort, établissant ainsi les fondations de ce qui deviendra par la suite l'empire[17].

En 1302, après une écrasante victoire (Bataille de Bapheus) sur les Byzantins près de Nicée, Osman commence à pousser ses armées au plus près des territoires contrôlés par les Byzantins et très rapidement un grand nombre de religieux et de guerriers Gazis s'installent dans les nouveaux territoires conquis.

Inquiets de l'influence croissante d'Osman, les Byzantins, qui perdent progressivement l'Anatolie, se concentrent autour de l'idée qu'il faut à tout prix empêcher Osman d'atteindre l'Europe en contenant sa progression vers l'Ouest. Mais celui-ci s'empare sans difficulté de la ville d'Éphèse sur la mer Égée.[réf. souhaitée] L'afflux constant de migrants sur ses terres renforce sans cesse l'armée d'Osman qui continue son expansion en direction des villes au bord de la mer Noire.

La dernière campagne militaire d'Osman avant qu'il ne meure de vieillesse est dirigée contre la ville byzantine de Brousse. Bien qu'il n'y participe pas en personne, la prise de Brousse s'avère extrêmement importante pour les Ottomans : cette ville, dont ils en font leur capitale, constitue une base arrière contre les Byzantins pour la prise de Constantinople (les deux villes n'étant séparées que d'une centaine de kilomètres).

Il augmente la taille de son beylicat jusqu'à Nicée et Brousse, portant les terres héritées de son père d'une superficie de 4 800 km2 à une superficie de 16 000 km2.

Famille[modifier | modifier le code]

La généalogie d'Osman selon différents historiens ottomans.

En raison de la rareté des sources sur sa vie, on sait très peu de choses sur les relations familiales d'Osman. Selon certains écrivains ottomans du XVe siècle, Osman descendait de la branche Kayı des Turcs Oghuz, une affirmation qui devint plus tard partie de la généalogie officielle ottomane et fut finalement inscrite dans la tradition historique nationaliste turque avec les écrits de MF Köprülü.[18] Cependant, la revendication de la lignée Kayı n'apparaît pas dans les premières généalogies ottomanes existantes. Ainsi, de nombreux érudits des premiers Ottomans le considèrent comme une fabrication ultérieure destinée à consolider la légitimité dynastique à l'égard des rivaux turcs de l'empire en Anatolie[9]. Yazıcıoğlu Ali, au début du XVe siècle, a retracé la généologie d'Osman à Oghuz Khan, les ancêtres mythiques des Turcs occidentaux, par le biais de son petit-fils aîné de son fils aîné, donnant ainsi aux sultans ottomans la primauté parmi les monarques turcs.[19]

Il est très difficile pour les historiens de déterminer ce qui est factuel et ce qui est légendaire à propos des nombreuses histoires que les Ottomans ont racontées sur Osman et ses exploits, et les sources ottomanes ne sont pas toujours d'accord les unes avec les autres[20]. Selon une histoire, Osman avait un oncle nommé Dündar Bey avec lequel il s'était disputé au début de sa carrière. Osman souhaitait attaquer le seigneur chrétien local de Bilecik, tandis que Dündar s'y opposait, arguant qu'ils avaient déjà suffisamment d'ennemis. Interprétant cela comme un défi à sa position de leader, Osman a tiré et tué son oncle avec une flèche.[21] Cette histoire n'apparaît pas dans de nombreux ouvrages historiques ottomans ultérieurs. Si c'était vrai, cela signifie qu'il était probablement dissimulé afin d'éviter de ternir la réputation du fondateur de la dynastie ottomane avec le meurtre d'un membre de la famille. Cela peut également indiquer un changement important dans la relation des Ottomans avec leurs voisins, passant d'un logement relativement paisible à une politique de conquête plus agressive.[22]

L'épée d'Osman[modifier | modifier le code]

L'épée d'Osman.

L'épée d'Osman (turc: Taklid-i Seyf) était une épée d'État importante utilisée lors de la cérémonie de couronnement des sultans ottomans.[23] La pratique a commencé quand Osman était ceinturé de l'épée de l'islam par son beau-père Sheik Edebali.[24] La ceinture de l'épée d'Osman était une cérémonie vitale qui a eu lieu dans les deux semaines suivant l'accession d'un sultan au trône. Elle a eu lieu au complexe funéraire d'Eyüp, sur la voie navigable de la Corne d'Or dans la capitale Constantinople. Le fait que l'emblème par lequel un sultan était intronisé était une épée était hautement symbolique: cela montrait que la fonction dont il était investi était d'abord et avant tout celle d'un guerrier. L'épée d'Osman a été ceinte du nouveau sultan par le Sharif de Konya, un derviche Mevlevi, qui a été convoqué à Constantinople à cette fin.[25]

Personnalité[modifier | modifier le code]

Osman menant ses hommes à la bataille

L'historiographie ottomane dépeint Osman comme une personne semi-sainte[26].

Il est connu que parmi les tribus turkmènes, la tribu ou une partie de celle-ci a été nommée d'après son chef. Le fait que la tribu Kayi soit devenue connue sous le nom d'Osman suggère que la tribu est devenue puissante en raison de son excellent leadership[27]. L'orientaliste R. Rakhmanaliev écrit que le rôle historique d'Osman était celui d'un chef de tribu, qui a connu un énorme succès en unissant son peuple autour de lui[28].

Les activités et la personnalité d'Osman en tant que fondateur de l'État et de la dynastie sont très appréciées par les historiens du passé et du présent. L'État et la dynastie des dirigeants portent son nom. La population de l'État s'appelait Ottomans (Osmanlilar) jusqu'au début du XXe siècle, c'est-à-dire jusqu'à l'effondrement de l'Empire ottoman. L'historien F. Uspensky note qu'Osman s'est appuyé non seulement sur la force, mais aussi sur la ruse[29]. L'historien et écrivain Lord Kinross écrit qu'Osman était un dirigeant sage et patient, que les gens respectaient sincèrement et étaient prêts à le servir fidèlement. Il avait un sentiment naturel de supériorité, mais il n'a jamais cherché à s'affirmer avec l'aide du pouvoir, et donc il était respecté non seulement par ceux qui étaient en position égale, mais aussi par ceux qui dépassaient ses capacités sur le champ de bataille ou sur la sagesse. Osman n'a pas suscité de sentiments de rivalité dans son peuple - seulement de la loyauté[30]. Herbert Gibbons croyait qu'Osman était "assez grand pour exploiter des gens magistraux"[31].

Commémorations et évocations[modifier | modifier le code]

Le pont Osman Gazi, construit en 2013, traversant le golfe d'Izmit porte son nom.

Osman Ier dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La série télévisée turque Diriliş: Ertuğrul, relate de manière romancée la vie d'Ertuğrul Gâzi de 2014 à 2019[32], il est interprété par Emre Üçtepe.

Dans la série télévisée Kuruluş: Osman, la suite de la série précédente qui relate la vie d'Osman, il est interprété par Burak Özçivit[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire du monde.net », sur histoiredumonde.net (consulté le 10 juin 2020).
  2. Selon la tradition, Osman serait mort peu après la prise de Bursa par son fils Orhan Gazi le . Des recherches récentes suggèrent, cependant, que la mort d'Osman a eu lieu avant mars 1324. En mars 1324 est signé un acte (vakfiye) à Mekece au nom d'Orhan, ce qui suggère qu'Orhan est déjà souverain à cette date. Voir Colin Imber, « ʿOthmān I » dans The Encyclopaedia of Islam, New Edition, p. 180
  3. « Osman I », sur Encyclopedia Britannica
  4. The Ottoman Empire, 1700-1999, Donald Quataert, page 4, 2005
  5. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , xii :

    « There is still not one authentic written document known from the time of ʿOsmān, and there are not many from the fourteenth century altogether. »

  6. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , p. 93
  7. Caroline Finkel, Osman's Dream: The Story of the Ottoman Empire, 1300-1923, Basic Books, (ISBN 978-0-465-02396-7), p. 6 :

    « Modern historians attempt to sift historical fact from the myths contained in the later stories in which the Ottoman chroniclers accounted for the origins of the dynasty[.] »

  8. Colin Imber, The Ottoman Emirate (1300-1389), Rethymnon, Crete University Press, , p. 75 :

    « Almost all the traditional tales about Osman Gazi are fictitious. The best thing a modern historian can do is to admit frankly that the earliest history of the Ottomans is a black hole. Any attempt to fill this hole will result simply in more fables. »

  9. a et b Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , p. 122 :

    « That they hailed from the Kayı branch of the Oğuz confederacy seems to be a creative "rediscovery" in the genealogical concoction of the fifteenth century. It is missing not only in Ahmedi but also, and more importantly, in the Yahşi Fakih-Aşıkpaşazade narrative, which gives its own version of an elaborate genealogical family tree going back to Noah. If there was a particularly significant claim to Kayı lineage, it is hard to imagine that Yahşi Fakih would not have heard of it. »

    * Heath Lowry, The Nature of the Early Ottoman State, SUNY Press, (ISBN 0-7914-5636-6), p. 78 :

    « Based on these charters, all of which were drawn up between 1324 and 1360 (almost one hundred fifty years prior to the emergence of the Ottoman dynastic myth identifying them as members of the Kayı branch of the Oguz federation of Turkish tribes), we may posit that... »

    • Rudi Paul Lindner, Nomads and Ottomans in Medieval Anatolia, Indiana University Press, , p. 10 :

      « In fact, no matter how one were to try, the sources simply do not allow the recovery of a family tree linking the antecedents of Osman to the Kayı of the Oğuz tribe. »

  10. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , p. 124
  11. Caroline Finkel, Osman's Dream: The Story of the Ottoman Empire, 1300-1923, Basic Books, , p. 12 :

    « Beyond the likelihood that the first Ottoman sultan was a historical figure, a Turcoman Muslim marcher-lord of the Byzantine frontier in north-west Anatolia whose father may have been called Ertuğrul, there is little other biographical information about Osman. »

  12. Rhoads Murphey, Exploring Ottoman Sovereignty: Tradition, Image, and Practice in the Ottoman Imperial Household, 1400-1800, London, Continuum, , 24 p. (ISBN 978-1-84725-220-3)
  13. a b et c Stanford Shaw, History of the Ottoman Empire and Modern Turkey (Cambridge: University Press, 1976), vol. 1 (ISBN 9780521291637), p. 13
  14. Modèle:New Cambridge History of Islam
  15. Colin Imber, The Ottoman Empire, 1300-1650: The Structure of Power, New York, Palgrave Macmillan, , p. 8
    • Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , p. 129 :

      « Of [military undertakings] we know nothing with certainty until the Battle of Bapheus, Osman's triumphant confrontation with a Byzantine force in 1301 (or 1302), which is the first datable incident in his life. »

  16. Shaw, Ottoman Empire, p. 14
  17. (en) « The State of Social Progress of Islamic Societies », sur Google Books (consulté le 9 mars 2020).
  18. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , 10, 37 p.
  19. Colin Imber, (2002), The Ottoman Empire, 1300-1650, p. 95
  20. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , p. 105
    • Caroline Finkel, Osman's Dream: The Story of the Ottoman Empire, 1300-1923, Basic Books (ISBN 978-0-465-02396-7), p. 6 :

      « Modern historians attempt to sift historical fact from the myths contained in the later stories in which the Ottoman chroniclers accounted for the origins of the dynasty »

  21. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , p. 105
  22. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , 107–8 p.
  23. Frederick William Hasluck, [First published 1929], "XLVI. The Girding of the Sultan", in Margaret Hasluck, Christianity and Islam Under the Sultans II, pp. 604–622. (ISBN 978-1-4067-5887-0)
  24. Frank R. C. Bagley, The Last Great Muslim Empires (Leiden: Brill, 1969), p. 2 (ISBN 978-90-04-02104-4)
  25. « Girding on the Sword of Osman », The New York Times,‎ , p. 2 (ISSN 0362-4331, lire en ligne [PDF], consulté le 19 avril 2009)
  26. Ihsanoglu, E. "History of the Ottoman state, society and civilization: in 2 volumes"; translated from Turkish by Feonova, ed. by M.S. Meyer; Eastern Literature, 2006. V.1. p. 6; (ISBN 5-02-018511-6).
  27. Ihsanoglu, E. "History of the Ottoman state, society and civilization: in 2 volumes"; Translation from Turkish by V.B.Feonova, ed. by M.S.Meyer; Eastern Literature, 2006. V. 1; p. 6; (ISBN 5-02-018511-6).
  28. R.Rakhmanaliev. "Empire of the Turks. Great civilization. Turkic peoples in World History since the 10th century B.C. to the 20th century". Ripol Classic, 2008. (ISBN 5386008471), 9785386008475.
  29. Uspensky, F. "History of the Byzantine Empire: XI-XV centuries. Eastern question". Moscow, Mysl', 1996. (ISBN 524400882X), 9785244008821.
  30. Kinross, Lord. "The Ottoman Centuries. The Rise and Fall of the Turkish Empire". Harper Collins, 1979.
  31. Gibbons, Herbert Adams. "The Foundation of the Ottoman Empire: A History of the Osmanlis Up To the Death of Bayezid I 1300-1403". — Routledge, 2013. p. 27. (ISBN 1135029822), 9781135029821.
  32. Marie Jégo, « Le Vénézuélien Maduro séduit par Erdogan « leader du nouveau monde multipolaire » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  33. « Kuruluş Osman'ın ilk tanıtım fragmanı yayınlandı! », (consulté le 30 décembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :