Le Grand-Lucé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Grand-Lucé
Le Grand-Lucé
La mairie.
Blason de Le Grand-Lucé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Château-du-Loir
Intercommunalité communauté de communes Loir-Lucé-Bercé
Maire
Mandat
Pascal Dupuis
2014-2020
Code postal 72150
Code commune 72143
Démographie
Gentilé Lucéen
Population
municipale
1 920 hab. (2016 en diminution de 4,33 % par rapport à 2011)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 54″ nord, 0° 28′ 10″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 153 m
Superficie 27,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Le Grand-Lucé

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Le Grand-Lucé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Grand-Lucé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Grand-Lucé
Liens
Site web www.legrandluce.mairie72.fr

Le Grand-Lucé est une commune française, située au sud-est du département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 920 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Grand-Lucé est un chef-lieu de canton du département de la Sarthe, situé à 28 km au sud-est du Mans dans la région naturelle du Perche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Grand-Lucé
Saint-Mars-d'Outillé Parigné-l'Évêque Challes
Saint-Mars-d'Outillé du Grand-Lucé Villaines-sous-Lucé, Montreuil-le-Henri
Pruillé-l'Éguillé Saint-Vincent-du-Lorouër Courdemanche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Lucéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château du Grand-Lucé[modifier | modifier le code]

Lucé-au-Maine est mentionné dès 1039 parmi les mottes féodales édifiées par le baron de Château-du-Loir. Guy de Lucé (1227-1281) est seigneur de Lucé. François Ier érige Lucé en baronnie en 1539.

Parmi les familles seigneuriales[1],[2], les d'Eschelles eurent Lucé depuis la fin du XIIIe siècle avec Pierre Ier (fl. 1280/1281), dont la petite-fille Marie († vers 1406) épousa en 1370 Brisegaud de Coësmes/Couesme (vers 1340-1410). Succession : leur fils Charles Ier de Couesme de Lucé, né vers 1370, marie Marguerite de Maulévrier, d'où Charles II de Couesme (1390/1392-1466), époux de Marguerite fille de Jean III de Rieux (vers 1400-1445) ; leur fils François de Couesme (1424-1494), épouse Jeanne, † 1494, fille d'Antoine Turpin de Crissé : d'où François/Nicolas de Couesme (vers 1450-1508), conseiller-chambellan de Louis XI, mari de Madeleine de Chourses de Malicorne, qui reconstruisit le château vers 1455 ; leur fils Charles III de Couesme, † 1543, fut le mari de Jeanne puis de Gabrielle d'Harcourt (deux filles de François d'Harcourt de Bonnétable), qui lui apportèrent Bonnétable.

Le fils de Charles III et Gabrielle d'Harcourt, Louis de Coësmes seigneur de Lucé-au-Maine et de Bonnétable, épousa vers 1555 Anne de Pisseleu (fille d'Adrien et nièce d'Anne), d'où Jean de Coesme (vers 1555-1574/1575 ; premier mari en 1573 de Françoise de Maridor, la Dame de Monsoreau), et sa sœur Jeanne de Coesme (vers 1554/1560-1601), dame de Lucé et de Bonnétable, femme en 1574 de Louis/Ludovic de Montafié, seigneur piémontais, comte de Montafié et de Carignan. Leur fille Anne de Montafié (1577-1644) se maria en 1601 avec Charles de Bourbon-Soissons, d'où les Savoie-Carignan et les d'Albert ducs de Luynes et de Chevreuse.

Il y eut ensuite des ventes ; ainsi, sont signalés comme sires de Lucé : Michel II de/du G(u)ast (né vers 1550 ; dit sire de Montgaug(i)er et de Lucé-au-Maine en 1614, gouverneur d'Amboise, marié en 1589 à Antoinette, fille de Pierre de Montmorency-Fosseux et sœur de la Belle Fosseuse ; son fils Roger de Gast est dit seigneur de Lucé et Montgauger en 1617, marquis de Montgoger en 1623) ; Dangeau (1638-1720) en 1702 ; puis les Pineau de Viennay.

De 1761 à 1764, Jacques Pineau de Viennay ordonne de raser les demeures seigneuriales et de construire un nouveau château. En 1781, un incendie détruit complètement le village. Les habitants se réfugient dans les cours et les annexes du château épargné. En 1871, le maire obtient des Prussiens qu'ils n'attaquent pas l'armée de la Loire en retraite et arrêtée au Grand-Lucé. Le combat aura lieu au Tertre Rouge au Mans.

Adélaide, fille de Jacques Pineau de Viennay, épouse le 17 avril 1776 François Achard Joumart Tison d'Argence, seigneur de Dirac et de Monceau, et lui donne deux enfants Claude François Achard Joumart Tison d'Argence et Frédéric François Achard Joumart Tison d'Argence, tous deux nés au château du Grand-Lucé. Leur sont apparentées les familles du baron Le Vavasseur, de Quemper de Lanascol, de la Guilbourgère, de Polignac, de Kerouartz, de Kermel, du Bouys de la Bégassière, de la Villéon, du Raquet, de la Chapelle et de Cressol).

C'est en suivant son avancement par correspondance, depuis l'Alsace où il était gouverneur, que Jacques Pineau de Viennay, avait fait édifier le château du Grand-Lucé. Il se rendit pour la fin de son chantier dans la cour d'honneur où il fut frappé d'une attaque cardiaque foudroyante. Le château resta dans la famille des marquis d'Argence jusqu'en 1920 quand le château fut vendu au vicomte d'Avenel (1855-1939). Sa fille Madeleine d'Avenel (1910-1984) épousa en 1933 le prince Éric de Broglie (1904-1956 ; fils d'Albert (1876-1922), petit-fils d'Henri-Amédée de Broglie (1849-1917) et Marie Say, d'abord marié à Marie-Georgette Soutzo (1904-1932), et père de Jean-Albert de Broglie (1929-1973) ; sa belle-mère Hélène Chrisoveloni princesse Soutzo (1879-1975) fut en deuxièmes noces la femme de Paul Morand).

Le château fut vendu vers 1939 à un marchand de biens qui morcela la propriété en exploitant le parc forestier. Pendant l'occupation allemande, un officier supérieur qui habitait le château prévint les autorités françaises du désastre. Le préfet intervint pour arrêter les opérations. Puis à la Libération le château fut transformé en hôpital militaire pour les Alliés. L'armée américaine céda le château à la ville pour la création d'un sanatorium, puis la fondation Georges-Coulon s'y installa dès 1955. Le château quelques années plus tard se transforma en maison de cure. Cette propriété devenant une charge constante pour la municipalité du Grand-Lucé, fut cédée au conseil général de la Sarthe. Des travaux gigantesques furent entrepris, jardins, toitures, menuiseries. Le conseil général décida, après avoir investi des sommes très importantes, de revendre le château du Grand-Lucé à un riche Américain, grand décorateur d'intérieur, Timothy Corrigan[3] de Los Angeles. Celui-ci le transforma depuis en un véritable écrin « du siècle des Lumières » : le château retrouve enfin l'éclat de la grande époque des familles Pineau de Viennay de Lucé et des marquis d'Argence.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
février 1790   Pierre Madeleine Rottier   1er maire
         
(avant 1865)   - de Longueval    
         
(avant 1975)   Albert Cotin    
1984[4] mars 2008 Serge Lecomte   Vétérinaire
En cours Pascal Dupuis DVD Facteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 1 920 habitants[Note 2], en diminution de 4,33 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7802 0452 1462 3102 3722 3162 3542 3652 505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3102 2942 1862 1312 1402 0912 1222 0302 042
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9281 9611 9551 7881 7991 7471 7231 7071 649
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6851 6941 7461 7921 9611 9332 0252 0402 054
2013 2016 - - - - - - -
1 9351 920-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Magasin Intermarché.
  • Carrosserie automobile.
  • Agriculture.
  • Centre médical Georges-Coulon.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Concours hippique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Joumart Tison d'Argence, marquis d'Argence ; il épousa Adélaïde Jacquette Marie Pineau de Viennay de Lucé, la fille de Jacques Pineau de Viennay de Lucé, baron de Lucé et Marie Charlotte de la Live de Bellegarde.
  • Vicomte Georges d'Avenel, économiste spécialiste de l'histoire des prix.
  • Paul Chevalier : père fondateur de l'hématologie française (étude du sang).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Grand-Lucé Blason D'or au lion d'azur, armé et lampassé de gueules ; au chef d'argent chargé de trois pommes de pin de sinople.
Détails
Adopté le 6 avril 1961.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les origines du Grand-Lucé », sur Les jardins secrets de Lucé : la saga d'une famille (les Pineau de Viennay) et d'un domaine au siècle des Lumières, par Pierrick Bourgault, aux Editions de la Reinette, 2000
  2. « Charles II de Couësme de Lucé », sur Geneanet, arbre de Peter Bachelier
  3. Timothy Corrigan
  4. « Serge Lecomte, l'ancien maire, n'est plus », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 janvier 2016)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :