Jürgen Roelandts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roelandts.
Jürgen Roelandts
Jürgen Roelandts 2, 2013 Tour Down Under (cropped).jpg

Jürgen Roelandts lors du Tour Down Under 2013

Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (32 ans)
AsseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
2008-2009 Silence-Lotto
2010-2011 Omega Pharma-Lotto
2012-2014 Lotto-Belisol
2015-2017 Lotto-Soudal
2018- BMC Racing
Principales victoires
Jürgen Roelandts, meilleur jeune du Tour Down Under 2010.

Jürgen Roelandts, né le à Asse (dans la province du Brabant flamand, en Belgique), est un coureur cycliste belge qui se spécialise dans l'exercice du sprint sur route. Il est actuellement membre de l'équipe Lotto-Soudal et est professionnel depuis 2008. Il a notamment remporté le titre de champion de Belgique sur route durant cette première saison professionnelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Jürgen Roelandts naît le à Asse. C’est à six ans qu’il désire devenir sportif : cycliste ou footballeur. Lorsqu’il a douze ans, il joue successivement à Liedekerke et à l’Eendracht Alost. À quinze ans, il décide d’opter pour le cyclisme dans la continuité des mœurs de sa famille ; son grand-père maternel et son père avaient également couru[2].

Carrière junior[modifier | modifier le code]

Jürgen Roelandts commence sa carrière junior en 2001 au sein de la formation Mez Team Belgium avec laquelle il devient champion de Belgique juniors du contre-la-montre à Torhout, remporte le Tour d’Anvers et le Circuit du Meetjesland[3].

En 2002, Roelandts est champion de Belgique sur route juniors, deuxième du Circuit des Ardennes flamandes juniors et est sélectionné pour les championnats du monde junior. En fin d'année, il rejoint l’équipe Sweet Paradise-Quick Step[3].

Roelandts s’impose sept fois en 2003. Notamment lors du Münsterland Giro juniors où il remporte deux étapes. Il enlève également une étape de Liège-La Gleize et du Tour de l'Abitibi, épreuves appartenant à la Coupe du monde UCI Juniors[3],[Note 1].

Carrière espoir[modifier | modifier le code]

En 2004, Jürgen Roelandts fait des études de bachelier en éducation physique à la VUB et se voit contraint à cesser de courir pendant l'été. Il commence sa carrière espoir dans l’effectif de Jong Vlaanderen 2016 qu’il intègre en s'adjugeant le titre de champion du Brabant flamand et une étape du Tour de la province de Namur[3].

Jong Vlaanderen 2016 devient Bodysol-Win For Life-Jong Vlaanderen en 2005 et est invitée sur le Tour de Belgique où Roelandts termine quatrième de la cinquième étape, sa première place d'honneur sur une course professionnelle. Il termine également huitième du Prix national de clôture et son unique succès est le Gooikse Pijl[3].

Roelandts signe en 2006 quarante-deux top dix et gagne une étape du Tour de Normandie, du Loir-et-Cher, de la province de Namur et un nouveau championnat du Brabant flamand. En fin de saison, il signe un pré-contrat avec Davitamon-Lotto pour 2008[3].

Bodysol-Win For Life-Jong Vlaanderen devient Davitamon-Win For Life-Jong Vlaanderen en 2007. Roelandts remporte Paris-Tours espoirs et obtient son diplôme universitaire fin juin[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Jürgen Roelandts passe professionnel en 2008 avec Silence-Lotto. Fin janvier, il se classe cinquième de la deuxième étape du Tour du Qatar et du classement final que remporte Tom Boonen[4]. En février, Roelandts échoue à la seconde place de la troisième étape du Tour de l’Algarve derrière Robert Förster[5]. Durant le mois de mars, Roelandts se fait battre par Wouter Weylandt lors de la Nokere Koerse[6],[7]. Il est cependant « ménagé » pour le Tour des Flandres par son manager sportif Marc Sergeant[8] en avril, mais participe à Paris-Roubaix en remplacement de Gorik Gardeyn, malade[9],[10]. Roelandts se distingue entre la fin de mai et le début de juin en terminant huitième de la première étape du Tour de Belgique[11], cinquième de la seconde[12] et deuxième de la cinquième et dernière[13],[14]. Après un Tour de Suisse jugé bon mais sans victoire[2].

Il commence la saison 2010 en prenant la huitième place du Tour Down Under. Il obtient de nombreuses places d'honneur, terminant notamment sixième de Gand-Wevelgem et troisième du Mémorial Rik Van Steenbergen, mais ne remporte aucune victoire. L'année suivante, il échoue à une minute de Fabian Cancellara sur le Grand Prix E3 et termine cinquième du championnat du monde remporté par Mark Cavendish.

En 2012, Roelandts commence sa saison au Tour Down Under, où il chute dès la première étape et se fracture une vertèbre cervicale[15]. Ayant initialement prévu de faire son retour sur Tirreno-Adriatico, sa reprise est retardée en raison de vertiges dus à un manque de vascularisation du cervelet survenu lors de sa chute[16]. De retour à la compétition, il remporte en juin une étape du Tour de Luxembourg et se classe troisième du Ster ZLM Toer. En juillet, il dispute le Tour de France, en tant qu'équipier d'André Greipel, qui gagne trois étapes. Aux Jeux olympiques de Londres, Roelandts forme avec Tom Boonen, Philippe Gilbert, Greg Van Avermaet et Stijn Vandenbergh l'équipe de Belgique lors de la course en ligne. Il la termine à la septième place. En fin d'été, il se classe cinquième du Grand Prix de Plouay et septième du Grand Prix de Montréal. Aux championnats du monde, dans le Limbourg néerlandais, il prend la 17e place du nouveau contre-la-montre par équipes avec Lotto-Belisol. Il dispute ensuite la course en ligne avec un rôle d'équipier pour Tom Boonen et Philippe Gilbert[17]. Ce dernier remporte le titre en attaquant seul dans la dernière ascension du Cauberg. Roelandts termine à la 35e place. Il remporte l'Eurométropole Tour grâce à son succès dans la première étape[18]. Il s'annonce alors comme prétendant au podium de Paris-Tours[18] mais ne peut y participer en raison d'une fracture de la clavicule droite survenue lors de Binche-Tournai-Binche, fracture qui clôture sa saison[19].

À la fin de la saison 2014, le contrat qui le lie à son employeur est prolongé pour l'année suivante[20].

En 2015 Roelandts est remplaçant pour la course en ligne des championnats du monde de Richmond. Les chefs de file belges sont Tom Boonen, Philippe Gilbert et Greg Van Avermaet[21].

Au mois d'août 2017 la presse spécialisée annonce que le coureur belge quitte la formation Lotto-Soudal et s'engage pour 2018 avec l'équipe BMC Racing[22].

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès par année[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Jürgen Roelandts lors du Tour de France 2012.

Tour de France[modifier | modifier le code]

7 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Classement ProTour 82e[23]
Calendrier mondial UCI 166e[24] 81e[25]
UCI World Tour 72e[26] 79e[27] 51e[28] 146e[29] 52e[30] 57e[31]
UCI Europe Tour 519e[32] 206e[33] 161e[34] 294e[35]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jurgen Roelandts et Jens Debusschere prolongent chez Lotto-Belislol », sur lesoir.be, (consulté le 28 octobre 2013)
  2. a et b Sport/Foot Magazine - hors série cyclisme, p. 40 à 42, 18 février 2009.
  3. a, b, c, d, e, f et g (nl) « Biographie de Jürgen Roelandts », sur jurgenroelandts.be (consulté le 7 février 2009)
  4. « L'étape et le maillot pour Boonen », sur sport.be, (consulté le 14 février 2009)
  5. « Förster devant Roelandts », sur sport.be, (consulté le 14 février 2009)
  6. « Weylandt à Nokere », sur sport.be, (consulté le 14 février 2009)
  7. « Wouter Weylandt s'impose à Nokere », sur dhnet.be, (consulté le 16 mars 2009)
  8. « Jurgen Roelandts ménagé », sur sport.be, (consulté le 14 février 2009)
  9. « Silence-Lotto sur les routes de Paris-Roubaix », sur sport.be, (consulté le 21 février 2009)
  10. « Gardeyn absent à Paris-Roubaix », sur sport.be, (consulté le 21 février 2009)
  11. « Etape 1: Eeklo - Eeklo », sur sport.be, (consulté le 21 février 2009)
  12. « Etape 2: Eeklo - Tirlemont », sur sport.be, (consulté le 21 février 2009)
  13. « Etape 5: Buggenhout - Putte », sur sport.be, (consulté le 21 février 2009)
  14. « Boonen en clôture, Devolder vainqueur final », sur sport.be, (consulté le 21 février 2009)
  15. (en) « Roelandts out of hospital », sur cyclingnews.com,
  16. Alexandre Mignot., « Roelandts : "J'ai échappé deux fois au pire" », sur cyclismactu.net,
  17. « Un Philippe Gilbert de classe mondiale », sur dhnet.be, (consulté le 25 septembre 2012)
  18. a et b « Jurgen Roelandts: "Je viserai le podium à Paris-Tours" », sur 7sur7.be.,
  19. « Clavicule cassée pour Roelandts », sur lequipe.fr.,
  20. « Saison 2015 - La Lotto-Soudal avec 28 coureurs », sur cyclismactu.net, (consulté le 26 octobre 2014)
  21. Belga, « Bomans dévoile sa sélection pour le Mondial de cyclisme », sur rtbf.be,
  22. « Le journal des transferts du 5 août », sur velo101.com, (consulté le 6 août 2017)
  23. « Classement ProTour au 20 septembre 2008 », sur http://www.memoire-du-cyclisme.eu/, (consulté le 6 avril 2013)
  24. « Classement Mondial UCI 2009 », sur dataride.uci.ch, UCI, (consulté le 15 août 2017)
  25. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  26. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  27. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  28. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  29. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  30. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  31. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  32. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  33. « Classements Route UCI 2005-2006 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  34. « Classements Route UCI 2006-2007 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  35. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :