Wilfried Nelissen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nelissen.
Wilfried Nelissen
Wilfried NELISSEN.jpg

Wilfried Nelissen au prologue du Tour de France 1993

Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
TongresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes professionnelles
1991 Weinmann
1992 Panasonic-Sportlife
1993-1994 Novemail-Histor
1995 Lotto-Vetta-Caloi
1996 Lotto-Isoglass
1997-1998 Palmans-Lystex
Équipes dirigées
2005 Amuzza.com-Davo
2006 Unibet-Davo
2007 Unibet.com
Wilfried Nelissen à droite, lors du Paris-Nice 1993.

Wilfried Nelissen, né le à Tongres, est un coureur cycliste belge. Professionnel de 1991 à 1998, il a gagné quatre fois le titre de champion de Belgique sur route, en 1986 en catégorie débutant, en 1990 en catégorie amateur et en 1994 et en 1995 en catégorie élite. En 1994, il est victime d'une chute sur le Tour de France en percutant un policier qui prenait une photo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières armes et début de carrière (1991)[modifier | modifier le code]

Champion de Belgique en catégorie débutant en 1986, puis amateur en 1990, Wilfried Nelissen commence sa carrière professionnelle en 1991 dans l'équipe Weinmann, dirigée par Walter Godefroot et au sein de laquelle il a été stagiaire en 1990.

Premières grandes victoires (1992-1993)[modifier | modifier le code]

Insatisfait de l'encadrement de l'équipe, il rompt son contrat en fin d'année et est recruté en 1992 par Walter Planckaert pour l'équipe Panasonic[1], renommée Novemail-Histor en 1993. Vainqueur du Circuit Het Volk au début de l'année 1993, il remporte en juillet la deuxième étape du Tour de France à Vannes. Il porte le maillot jaune à l'issue de cette étape. Il le perd ensuite lors du contre-la-montre par équipes remporté par l'équipe GB-MG Maglificio à Avranches, et le reprend le lendemain, pour une journée.

Champion de Belgique (1994-1995)[modifier | modifier le code]

En 1994, il remporte le Circuit Het Volk, après avoir écarté du bras Djamolidine Abdoujaparov, déclassé ensuite pour sprint irrégulier. Le lendemain, il chute durant la course Kuurne-Bruxelles-Kuurne et se fracture une clavicule. Privé de compétitions pendant plusieurs semaines, il manque notamment la classique Milan-San Remo[2]. En juin, il remporte une première fois le championnat de Belgique sur route à Liedekerke[3]. Lors de l'arrivée de la première étape du Tour de France à Armentières, il percute un policier qui s'est avancé sur la chaussée pour prendre une photo. Il souffre d'un traumatisme crânien et doit abandonner la course, comme Laurent Jalabert et Alexander Gontchenkov qu'il a entraînés dans sa chute[4].

L'équipe Novemail-Histor disparaît en fin de saison. Nelissen est recruté par l'équipe belge Lotto, en compagnie de son coéquipier Marc Sergeant[5]. Il débute sa saison à l'Etoile de Bessèges, où il remporte trois victoires d'étapes[6]. Il remporte à nouveau le championnat de Belgique, à Geel, en devançant au sprint Tom Steels et Johan Museeuw[7]. Aidé par ses coéquipiers belges de l'équipe Lotto, il bénéficie également du travail de Johan Capiot, son ami et compagnon d'entraînement, et membre de l'équipe italienne Refin. La ligue vélocipédique belge condamne Nelissen et Capiot au paiement d'une amende, et le second est en outre suspendu par son équipe[8],[9]. Il est de nouveau contraint de quitter le Tour de France dès la cinquième étape, souffrant au genou à la suite d'une chute intervenue la veille lors de l'arrivée d'étape au Havre[10].

Fin de carrière (1996-1998)[modifier | modifier le code]

En avril 1996, lors de Gand-Wevelgem, une chute survenue en heurtant une borne routière lui cause une double fracture tibia-péroné. Il reprend la compétition en juillet 1997, lors d'une kermesse à Saint-Nicolas, avec l'équipe Palmans[11]. En août, il gagne une course de kermesse à Buggenhout[12]. Il ne parvient pas à retrouver un niveau satisfaisant et arrête sa carrière de coureur en 1998, à 28 ans[13].

L'après-carrière[modifier | modifier le code]

Wilfried Nelissen devient vendeur pour le constructeur de machines et véhicules industriels MAN. En 2003, il revient au cyclisme, en exerçant la fonction de directeur sportif de l'équipe espoirs de Palmans-Collstrop[14]. Il a ensuite occupé ce poste en 2005 dans l'équipe continentale Amuzza.com-Davo, devenue Unibet-Davo en 2006, puis en 2007 dans l'équipe continentale Unibet.com, réserve de l'équipe ProTour du même nom.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1992 : abandon (10e étape)
  • 1993 : abandon (11e étape), vainqueur d'étape, Maillot jaune maillot jaune pendant 5 jours
  • 1994 : non-partant à la 2e étape
  • 1995 : abandon (5e étape)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Deblander, « Wilfried Nelissen, toutes voiles dehors », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  2. Bruno Deblander, « Les bras levés et la clavicule fracturée : Wilfried Nelissen passe du rire aux larmes », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  3. Bruno Deblander, « Nelissen retrouve trois couleurs », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  4. « L'erreur est humaine, la chute est dramatique : Nelissen et Jalabert s'écrasent et quittent le Tour », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  5. « Nelissen : le dernier bon numéro du Lotto », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  6. (en) « Etoile de Besseges », sur cyclingnews.com,
  7. « Wilfried Nelissen à double titre », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  8. « Capiot réagit », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  9. Bruno Deblander, « Un titre, oui, mais pas à prix d'ami : Wilfried Nelissen et Johan Capiot mis à l'amende par la LVB », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  10. Bruno Deblander, « Blijlevens jaillit quand Nelissen faillit », sur lesoir.be (consulté le 18 avril 2011)
  11. « Wilfried Nelissen a fait sa rentrée à Saint-Nicolas », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  12. « Première victoire de Nelissen », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  13. Jean-François Lauwens, « Wilfried Nelissen ne sera plus jamais coureur », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)
  14. « Qu'est-il devenu ? Wilfried Nelissen », sur lesoir.be, (consulté le 18 avril 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :