Religion en Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Belgique se définit comme un État neutre. Cette neutralité se concrétise par la reconnaissance de certaines religions et organisations non confessionnelles. Cette reconnaissance s'accompagne du financement du culte ainsi que de l'organisation dans les écoles de cours issus de ces religions ou option philosophique.

La Belgique est de tradition catholique depuis le haut Moyen Âge mais ce culte cohabite maintenant avec d'autres religions ainsi qu'avec une importante minorité agnostique et athée.

Le territoire de la Belgique actuelle au VIIe siècle, avec les sièges épiscopaux et les abbayes. Les abbayes sont à l'origine de plusieurs villages et même de quelques villes.

Pratique actuelle[modifier | modifier le code]

Selon le Baromètre du religieux 2008[1], 43 % des Belges francophones se disent catholiques, 17 % athées, 12 % musulmans, 10 % agnostiques, 0,8 % déclarent se reconnaître dans la laïcité organisée). Les autres confessions chrétiennes telles que le protestantisme ou l'orthodoxie n'apparaissent pas dans ce sondage. En Région de Bruxelles-Capitale, les musulmans représentent un tiers de la population. Toujours selon cette étude, 80 % des sondés répondent qu'ils sont attachés aux traditions religieuses et 68 % qu'ils sont croyants. 42 % affirment qu'ils sont croyants non pratiquants et plus de 25 % qu'ils sont pratiquants. 23 % des Belges francophones déclarent avoir assisté à au moins dix offices religieux au cours des douze derniers mois, 8 % déclarent assister à au moins un office par semaine, 33 % déclarent ne pas avoir pénétré dans un lieu de culte.

Selon un sondage eurobaromètre de 2005[2], seuls 43 % des Belges croient en un dieu.

Selon l’ouvrage Autres temps, autres mœurs publié en 2012 par les sociologues Liliane Voyé (UCL) et Karel Dobbelare (KUL)[3], les catholiques dits « actifs » (soit ceux qui se rendent au moins une fois par mois à l’église) ne représentent plus que 4 % de la population belge (3 % en Wallonie et à Bruxelles)[4].

L'Antoinisme est un culte né en Belgique. La Belgique est par ailleurs l'un des principaux centres du Jaïnisme européen.

Reconnaissance officielle[modifier | modifier le code]

À l'origine, la bourgeoisie belge tant libérale que catholique s'unit contre l'autoritarisme de Guillaume d'Orange (Union des oppositions, 1828) et conclut un accord sur les rapports entre l'Église et l'État, dont les grands principes avaient été émis en France par le prêtre Félicité de Lamennais, mais ces principes ne furent appliqués qu'en Belgique. Il s'agit d'une laïcité pluraliste : l'État ne reconnaît aucune religion comme officielle mais les reconnaît toutes selon les principes qui viennent d'être rappelés. Il n'y a d'ailleurs par exemple pas de concordat entre la Belgique et le Vatican et la Constitution belge dès 1830 ne mentionne nulle part le mot Dieu, même si le pays était à plus de 90 % catholique et si le clergé y était très influent.

En 1830, cette voie mennaisienne, bien que contradictoire de la doctrine officielle de Rome, n'y fut pas critiquée. Elle permit un type d'entente politique entre laïcs et catholiques que l'on baptisa unionisme. La devise de la Belgique « L'union fait la force » fut adoptée en 1828 par les libéraux et catholiques dans cet esprit de tolérance, de pluralisme et de séparation du civil et du religieux. Dans les grandes lignes, les principes mennaisiens ont continué à inspirer les rapports entre le religieux et le civil, de même que la manière dont les catholiques à travers une série d'organisations (syndicats, partis, écoles, etc.), entendaient étendre leur influence, non pas à l'ombre d'un pouvoir civil favorable (doctrine de Rome), mais en jouant le jeu du libéralisme et de la démocratie comme le voulait Lammennais. Depuis, la situation a fortement évolué avec la déchristianisation et la reconnaissance d'autres religions que le catholicisme qui n'était concurrencé en 1830 que par le judaïsme et le protestantisme.

Aujourd'hui, les cultes peuvent recevoir une reconnaissance officielle. Les critères sont les suivants : regrouper un nombre significatif de fidèles ; disposer d’un organe qui représente le culte concerné dans ses rapports avec les autorités ; être établi dans le pays depuis plusieurs décennies ; avoir une utilité sociale ; ne développer aucune activité contraire à l’ordre social.

C'est le ministre de la Justice qui examine les demandes de reconnaissance. Le 26 août 2005, l'Église syriaque orthodoxe d'Antioche, a introduit une telle demande de reconnaissance. L'Union bouddhique belge a également pris des contacts avec le cabinet de Laurette Onkelinx et une délégation a été reçue pour la première fois le 10 février 2006[5]. L'UBB a introduit le une demande de reconnaissance officielle du bouddhisme, en vertu de la loi du 4 mars 1870 sur le temporel des cultes, comme philosophie non confessionnelle. Le Gouvernement fédéral a entamé le processus de reconnaissance le [6].

Le 8 mars 2014[7], l'assemblée constituante composée des délégués du conseil général a élu un nouvel organe représentatif du culte musulman de Belgique (ORCMB[8]) composé de dix sept personnes. Smaili Nordin sera président du nouvel exécutif islamique.

Financement des cultes[modifier | modifier le code]

L'article 181 de la Constitution belge dispose que l'État octroie un salaire et des retraites aux ministres du culte et aux délégués des organisations non-confessionnelles reconnues par la loi[9]. Il existe également des cours de religions et de morale laïque organisés dans l'enseignement public, le salaire des enseignants étant à charge de l'État.

En 2000, le CRISP[10] publie[11] des chiffres concernant le financement public des cultes et de la laïcité :

Culte/Organisation millions
d'euros
 %
Culte catholique 458,20 79,2
Laïcité organisée 75,36 13,0
Culte islamique 20,33 3,5
Culte protestant 18,20 3,2
Culte israélite 3,21 0,6
Culte orthodoxe 2,36 0,4
Culte anglican 0,46 0,1
Total 579,00 100

Par ailleurs, les pouvoirs locaux subviennent à l'entretien des lieux de cultes catholiques via les Fabriques d'Église[12].

Contrairement à une idée répandue, le financement des cultes ne dépend pas du nombre de croyants baptisés. La déclaration d'apostasie est donc sans effet immédiat sur le financement des cultes[13],[14].

Catéchisme[modifier | modifier le code]

Le catéchisme n'est pas enseigné dans les écoles belges. Toutefois, il existe des cours de religion catholique, musulmane, protestante, judaïque, orthodoxe et de morale non confessionnelle dans l'enseignement officiel. Dans la plupart des établissements de l'enseignement libre catholique, seul le cours de religion catholique est dispensé[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Laporte, «  La Belgique terre religieuse » dans La Libre Belgique, 11 mars 2008 [lire en ligne]. Etude réalisée en Communauté française par le bureau d'étude Sonecom pour le compte de la Libre Belgique, de Dimanche paroissial, de la Radio-Télévision belge de la Communauté française, de Lumen Vitae et de l'Université catholique de Louvain,
  2. Social values, Science and Technology
  3. Liliane Voyé, Karel Dobbelaere et Koen Abts, Autres temps, autres mœurs. Travail, famille, éthique, religion et politique: la vision des Belges, FRB et Racine Campus, 2012, 296 pp. Lire en ligne
  4. Julien Vlassenbroek, Belgique: que représentent encore le "Mercredi des Cendres" et le Carême?, RTBf-info, 22 février 2012 Lire en ligne
  5. Peter Vanvelthoven, ministre de l'Emploi, en réponse à une question orale de Clotilde Nyssens (Centre démocrate humaniste), sur « Les demandes de reconnaissance de cultes », Sénat de Belgique, 9 février 2006.
  6. Communiqué de presse du ministère de la Justice du 30 mars 2007 : Laurette Onkelinx initie la reconnaissance du bouddhisme en Belgique.
  7. Belga DHNET
  8. EMB
  9. Le financement public des cultes et de la laïcité, paru dans Politique, revue de débats, Bruxelles, n°52, décembre 2007.
  10. crisp.be
  11. Informations chiffrées sur le financement public des cultes et de la laïcité en Belgique (mai 2005)
  12. http://archives.lesoir.be/region-wallonne-le-debat-sur-le-financement-des-cultes_t-20100105-00RNEU.html?firstHit=0&begYear=2010&begMonth=1&begDay=3&endYear=2010&endMonth=1&endDay=3&sort=datedesc&by=100&when=-1
  13. Le financement des cultes, Apostasie.be
  14. Cultes, ULB
  15. http://www.gallilex.cfwb.be/document/pdf/05108_005.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :