Religion au Guatemala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

D'après Latinobarómetro, en 2013 la répartition est[1] :

  • Catholicisme (47 %)
  • Protestantisme (40 %)
  • Sans (9 %)
  • Autres (3 %)
  • Ne se prononce pas (1 %)

Le catholicisme était la religion officielle durant la période coloniale. Le protestantisme a progressé dans les récentes décennies. Plus du tiers des guatémaltèques sont protestants, principalement évangélistes et pentecôtistes. L'Église orthodoxe et l'Églises des trois conciles déclarent une croissance rapide, notamment parmi les Mayas indigènes.

Catholique romaine[modifier | modifier le code]

Après de la colonisation en 1527, le Guatemala est catholique, important et vital pour la société de l'époque, qui était sous forme de gestion féodale (comme les indulgences)[2].

L'Église catholique joué un rôle important dans le travail de la découverte, de la colonisation, le gouvernement et l'éducation au Guatemala. Aux XVe et XVIe siècles, le pape avait une grande signification politique, en plus de la spécifiquement religieux. Utilisé pour arbitrer les conflits entre états catholiques[2]. Durant la période coloniale, l'Église a fortement encouragé la catéchèse des Indiens, l'éducation à tous les niveaux, y compris l'université, le développement des arts et, en général, la haute culture. Il n'y avait alors pas de la liberté de religion, et la religion catholique était la seule religion qui pourrait être pratiquée[2].

Cependant, l'église n'a pas attaqué violemment les pratiques religieuses des Indiens, de sorte que certains d'entre eux persistent[2].

Protestantisme[modifier | modifier le code]

Les estimations actuelles de la population protestante du Guatemala varient de 25 à 40 pour cent, ce qui en fait le pays le plus protestant en Amérique latine. La plupart de ces protestants sont pentecôtistes. Le premier missionnaire protestant, Frederick Crowe, arrivé au Guatemala en 1843, mais le président conservateur Rafael Carrera l'a expulsé en 1845[3]. les missionnaires protestants rentré au pays en 1882 sous le patronage du Président libéral Justo Rufino Barrios.

Cependant, la plus forte croissance des églises protestantes étaient dans les années 1970 et 80, à la suite de la guerre civile, a la fin de la 90, le quart partie des Guatémaltèques est évangélique[4].

Liberté[modifier | modifier le code]

Selon l'article 36 de la Constitution du Guatemala (en), chacun a le droit de pratiquer sa religion. Le Guatemala n'a plus de religion officielle depuis 1882.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Entre 1990 et 2012, PROLADES mené une enquête sur l'opinion publique au Guatemala, les données sont les suivantes[5]:

Religion au Guatemala
Date Catholique Protestant Autres Sans religion/réponse
Mars-1990 65,5 % 20,5 % 2,9 % 11,1 %
Octobre-1995 64,0 % 23,0 % 2,0 % 11,0 %
2001 57,6 % 25,3 % 3,0 % 14,2 %
Mars-2004 55,5 % 30,0 % 2,5 % 12,0 %
Septembre-2012 47,9 % 38,2 % 2,3 % 11,6 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Las religiones en tiempos del Papa Francisco » [archive du ] [PDF], Latinobarómetro, (consulté le ), p. 6
  2. a b c et d (es) La Iglesia Católica durante la Época Colonial
  3. Protestantism in Guatemala: Living in the New Jerusalem. University of Texas Press (1998). (ISBN 0-292-72817-4) (p. 8)
  4. (en)ESTIMATED PROTESTANT POPULATION IN CENTRAL AMERICA BY COUNTRIES: 1935-2012 Compiled by Clifton L. Holland, Director of PROLADES
  5. (en)PUBLIC OPINION POLLS ON RELIGIOUS AFFILIATION IN GUATEMALA: 1990-2012 Created by Clifton L. Holland, Director of PROLADES