Religion au Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bonjongo, l'une des premières églises du Cameroun

On pratique plusieurs religions[1] au Cameroun. État laïque, il est composé[2] :

  • d'environ 65 % à 69 % de chrétiens[3] :
    • les catholiques : 38,4 %
    • les protestants : 26,3 %
    • les orthodoxes : 0,5 %
  • de 20,9 % de musulmans[4]
  • de 5,6 % d'animistes
  • d'1 % d'autres religions
  • de 3,2 % de libres penseurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la colonisation, les peuples du Cameroun partageaient des croyances animistes caractérisées par des mythes et des rites variés mais ayant comme points communs le culte des ancêtres. Il y eut, à partir du XIXe siècle, une véritable compétition entre missionnaires catholiques et protestants pour évangéliser les camerounais. En pratique, beaucoup de personnes associent aujourd'hui une foi chrétienne et d'anciennes croyances autochtones. Il faut noter le succès au Cameroun de toutes sortes d'Églises, notamment évangéliques, inspirées de modèles américains ou africains.

Christianisme[modifier | modifier le code]

La population est estimée à 50 % de chrétiens.

les catholiques[modifier | modifier le code]

La population catholique est estimée à 38,4 %. Les fidèles sont répartis en 22 diocèses. Leur plus haut dignitaire est Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala qui succède au cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala.

Visite du souverain pontife[modifier | modifier le code]

Les édifices religieux catholiques[modifier | modifier le code]

les protestants[modifier | modifier le code]

La population protestante est estimée à 10 % de la population camerounaise. Les fidèles sont répartis principalement sur le littoral et les provinces anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

les orthodoxes[modifier | modifier le code]

La population orthodoxe est estimée à 2.6% de la population camerounaise. Les fidèles de l'Église syriaque orthodoxe antiochienne sont répartis principalement sur le littoral, le Centre et l'Est.

Églises de réveil[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église évangélique du Cameroun.

Le pentecôtisme a donné lieu à la naissance de ce qu’on appelle les Églises de réveil, un ensemble lui-même éclaté réunissant une variété d'unions d'Églises chrétiennes évangéliques et d'institutions d'enseignement.

Islam[modifier | modifier le code]

La mosquée centrale de New-Bell, à Douala.

La population musulmane est estimée à 20%[4] de la population camerounaise. Les fidèles sont répartis principalement dans l'Adamaoua, le Nord, l'Extrême Nord et à l'ouest (peuple bamoun). mais également dans la capitale Yaoundé

Animisme-Religions traditionnelles[modifier | modifier le code]

Les adeptes des religions traditionnelles (estimés à 5.6 % de la population) sont principalement présents à l'ouest, au sud et à l'est.

Persistance de l'irrationnel[modifier | modifier le code]

La superstition garde une certaine prégnance au Cameroun, même dans les médias. Par exemple en janvier 2015 plusieurs stations de radio ont parlé pendant un mois d'un homme qui se serait transformé en moto[5], moto qui aurait été publiquement exposée dans un commissariat de Yaoundé. Des tables rondes ont même été organisées par elles sur le sujet. Des rumeurs, fondées ou non, de crimes rituels[6],[7] y font régulièrement surface. imporhghcvzbvhhysry cest leur langue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Messina et Jaap van Slageren, Histoire du christianisme au Cameroun : des origines à nos jours : approche œcuménique, Karthala, Paris, CLÉ, Yaoundé, 2005, 452 p. (ISBN 9782845866874)
  • Louis Ngongo, Histoire des forces religieuses au Cameroun : de la Première guerre mondiale à l'Indépendance, 1916-1955, Éditions Karthala, Paris, 1982, 298 p. (ISBN 2-86537-054-2) (texte remanié d'une thèse)
  • Roger Bernard Onomo Etaba, Rivalités et conflits religieux au Cameroun, l'Harmattan, Paris, 2014, 189 p. (ISBN 978-2-343-01953-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TABLEAU CONFESSIONNEL LEGAL DE LA REPUBLIQUE DU CAMEROUN
  2. Institut national de la statistique du Cameroun, « Etat et structure de la population: indicateurs démographiques » (consulté le 29 janvier 2011), p. 6
  3. 64,2 % selon l'Institut national de la statistique du Cameroun, déjà cité, et 68,2 % pour The world factbook, qui compte 4,5 % d'« autres chrétiens », incluant les orthodoxes.
  4. a et b « The World Factbook », sur www.cia.gov (consulté le 9 juin 2016)
  5. http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/une-folle-rumeur-cr-la-panique-nkoabang?context=tag-cameroun
  6. http://www.bbc.com/afrique/region/2015/08/150824_camercrime
  7. http://www.jeuneafrique.com/52736/politique/crimes-rituels-sur-l-autel-de-la-puissance-et-de-l-impunit/