Religion au Burkina Faso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

On pratique plusieurs religions au Burkina Faso. Le quatrième recensement général de la population et de l’habitation du Burkina Faso a été réalisé sur le terrain au mois de décembre 2006[1]. Il a recensé 60,5 % de musulmans, 23,2 % de chrétiens (19 % de catholiques et 4,2 % de protestants), 15,3 % d'animistes, 0,6 % d'autres religions et 0,4 % de sans religion[1].

Une estimation de 2010 de la Central Intelligence Agency donnait 62,5 % de musulmans, 23,2 % de catholiques, 7,8 % de pratiquants des religions traditionnelles ou de l'animisme, et 6,5 % de protestants[2].

Islam[modifier | modifier le code]

Mosquée de Bobo-Dioulasso
Cathédrale de Ouagadougou
Office du dimanche dans une église de Bobo-Dioulasso
Article détaillé : Islam au Burkina Faso.

Christianisme[modifier | modifier le code]

Le 4 juillet 2013, une étude portant sur la «cartographie des églises et missions évangéliques au Burkina Faso» - initiée par l'ONG Compassion Internationale et commanditée par la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques (FEME) -, a révélé que le pays recense à ce jour 6094 églises et 6166 pasteurs.

De manière plus précise, il ressort de cette étude que «79,8% des églises sont implantées en milieu rural. Et, la région de l’Est regroupe le plus grand nombre d’églises, soit 1 073 sur les 6094 tandis que la région du Sahel compte 112 églises. L’étude a également révélé que trois dénominations sont utilisées pour désigner les églises évangéliques au Burkina Faso : Église des Assemblées de Dieu, Centre international d’évangélisation et Église biblique de la vie profonde.  En ce qui concerne les regroupements évangéliques, contrairement aux autres fédérations, l’étude a indiqué que les Églises membres de la FEME sont représentées dans toutes les régions et totalisent 5753 églises». 

La croissance s’est révélée être explosive au fil des dernières décennies. Ainsi «entre 1931-1940, l’Union des églises évangéliques baptistes et l'Église protestante évangélique qui disposaient déjà chacune d’une église, se retrouvent actuellement avec 128 et 99 églises respectives sur toute l’étendue du territoire national. Le Centre international d’évangélisation qui a inauguré sa première église entre 1971 et 1980 a connu une «explosion» et compte à ce jour 280 églises réparties dans toutes les treize régions du Burkina».

Seule ombre au tableau, le niveau d’instruction des pasteurs et la place des femmes dans le ministère : «le document a dévoilé que l'Église évangélique du Burkina de façon générale compte au total 39 femmes pasteurs dont 7 sont des pasteurs principaux de leurs églises respectives. Les statistiques ont prouvé aussi que 54,3% des pasteurs n’ont pas franchi le niveau primaire, moins de 36,6 % ont atteint le secondaire et moins de 13,2 % le supérieur»[3].

Mais la plus grande dénomination pentecôtiste demeure l'Église des Assemblées de Dieu. Elle est aussi la première à s'implanter au Burkina.[réf. nécessaire]

Catholicisme[modifier | modifier le code]

L'Église catholique est organisée en trois archidiocèses : l'archidiocèse de Bobo-Dioulasso, l'archidiocèse de Ouagadougou, et l' archidiocèse de Koupéla.

Animisme[modifier | modifier le code]

Liberté religieuse[modifier | modifier le code]

Longtemps considéré comme un exemple de coexistence pacifique des différentes religions, le pays est en proie à des tensions religieuses croissantes. L'arrivée d'un islam rigoriste des pays du Golfe ainsi que la montée en puissance d'églises protestantes plus radicales sont vues comme une des causes du problème par l'International Crisis Group. L'administration de l'État, héritée du colonialisme, et plus souvent chrétienne, ne reflète pas la majorité musulmane de la population. De plus, la montée du terrorisme islamiste en Afrique de l'Ouest est également pointée du doigt[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Katrin Langewiesche, Mobilité religieuse : changements religieux au Burkina Faso, LIT Verlag, Münster, 2003, 438 p. (ISBN 9783825856793)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Comité national du recensement, « Recensement général de la population et de l'habitation de 2006 », Conseil national de la statistique, (consulté le 22 janvier 2011).
  2. « BURKINA FASO », sur CIA (consulté le 9 avril 2018)
  3. Compassion Internationale Burkina Faso, Etude commanditée par la FEME
  4. Ludivine Laniepce, « Au Burkina Faso, la tolérance religieuse n’est pas un acquis », sur La Croix, (consulté le 9 avril 2018)