Religion en Angola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La religion principale en Angola est le christianisme. Environ 95 % de la population est chrétienne[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Convention baptiste à Luanda
Fétiches bilongo

En Angola, il y a près de 1 000 églises ou organisations / institutions religieuses comparables[2]. Quant aux nombres de leurs membres, l'on ne peut en ce moment (en attendant le recensement prévu pour 2012/2013) qu'avancer des estimations. Un peu plus de la moitié de la population est constitué par les membres de l'Église catholique introduite par les Portugais dès le XVe siècle. Environ un quart appartient aux Églises protestantes fondées pendant la période coloniale, au XIXe et XXe siècle, surtout à l'Église évangélique congrégationelle, concentrée dans le Plateau Central et les villes côtières avoisinantes, à l'Église méthodiste dont le fief est une région allant de Luanda jusqu'à Malange, ainsi que l'Église baptiste au Nord-Ouest, mais aussi les Églises luthériennes et reformées[3]. À ces Églises chrétiennes "traditionnelles" s'ajoutent les adventistes, les néo-apostoliques mais à partir de l'indépendance, souvent sous influence brésilienne, surtout d'innombrables communautés pentecostales ou semblables (y compris les Témoins de Jéhovah), qui surgissent en général dans les grandes villes où elles suscitent des adhésions massives. Il y a encore deux Églises chrétiennes-syncrétiques, l'Église kimbanguiste dont le centre se trouve en République démocratique du Congo, et l'Église tocoïste que s'est formée en Angola, toutes les deux des créations datant du temps colonial.

Une proportion très faible de la population, certainement inférieure à 5 %, se dit croyante d'une religion « animiste », mais il y a parmi les chrétiens, plus spécialement en milieu rural, un certain nombre qui maintient des croyances et pratiques "traditionnelles". La proportion des musulmans, tous sunnites, est inférieure à 1 %. Il s'agit exclusivement d'immigrés de l'Afrique de l'Ouest ou d'autres pays dont la diversité culturelle n'empêche qu'ils constituent une communauté. Dernièrement, l'Arabie saoudite fait un certain effort pour promouvoir l'islam en Angola; en 2010 elle a annoncé son intention de créer à Luanda une université musulmane[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Angola
  2. Fátima Viegas: Panorama das Religiões em Angola Independente (1975 - 2008). Ministério da Cultura/Instituto Nacional para os Assuntos Religiosos, Luanda 2008
  3. Lawrence W. Henderson, The Church in Angola: A river of many currents, Cleveland/Ohio: Pilgrim Press, 1989; Benedict Schubert: Der Krieg und die Kirchen: Angola 1961 - 1991. Exodus, Luzerne 1997
  4. (pt) Universidade Islâmica em Estudo (Université islamique en étude), O País online, 8 octobre 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Juergensmeyer, Wade Clark Roof, « Angola », in Encyclopedia of Global Religion, SAGE Publications, 2011, p. 37-38 (ISBN 9781452266565)
  • (en) Adebayo O. Oyebade, « Religion and worldview », in Culture and customs of Angola, Greenwood Press, Westport, Conn., 2007, p. 33-48 (ISBN 978-0-313-33147-3)
  • (pt) Óscar Ribas, Ilundo : espiritos e ritos Angolanso, Ministério da Cultura, Comissão Organizadora da Conferência Internacional sobre a Vida e Obra de Óscar Ribas, Luanda, 2009, 238 p.
  • (pt) Fátima Viegas, Viegas Bernardo, Irene Guerra Marques, Panorâmica das religiões em Angola independente (1975-2008), Instituto Nacional Para os Assuntos Religiosos, Luanda, 2008, 129 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :