Religion en Sierra Leone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'islam est la religion la plus importante en Sierra Leone, avec une importante minorité chrétienne et animiste. Selon une estimation de 2015 du Pew Research Center, 78,0 % de la population est musulmane, 20,9 % est chrétienne, tandis que le reste suit d'autres religions, dont l'animisme[1]. Une autre estimation de 2013  réalisée par Enquête Démographique et de Santé, trouvait 78,2 % de musulmans et 21,2 % de chrétiens[2].

Pour le département d'État des États-Unis, 60 % des Sierraléonais sont musulmans, 20 à 30 % chrétiens et 5 à 10 % animistes ou d'une autre confession.

En 2007, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés[3] estime qu'il y a 55 % de musulmans, 40 % de chrétiens et 5 % d'autres croyances, même si nombre de personnes conservent des croyances ou des rites de religions traditionnelles en parallèles de l'islam ou du christianisme.

L'article 24 de la constitution de 1991 reconnaît la liberté religieuse.

Islam[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Islam en Sierra Leone.

La grande majorité des musulmans sierraléonais sont sunnites malikites, avec des minorités chiites et ahmadistes.

Christianisme[modifier | modifier le code]

La majorité des Sierraléonais chrétiens sont protestants, avec principalement des méthodistes[4],[5] et divers mouvements évangéliques[6],[7]. Parmi les autres dénominations protestantes, on note les presbytériens[8], les baptistes[9], les adventistes du Septième jour[10] et les luthériens[11].

Les catholiques représentent environ 5 % de la population du pays[12].

Les Témoins de Jéhovah[13], les anglicans[14] et les Saints des Derniers jours[15],[16] forment une petite minorité.

Religions traditionnelles[modifier | modifier le code]

Les religions traditionnelles, comme l'animisme, comportaient en 2005 39 % d'adeptes selon une étude de l'Université de Sherbrooke[17]. Le syncrétisme avec islam ou christianisme est présent. Une estimation de 2015 donnait 30 % d'animistes[18].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]